La CGT aurait-elle  montré un signe de capitulation

Publié le par Bernard Gasnot

Il fallait bien que cela arrive, la CGT a fini par capituler et par montrer que le combat est truqué de toute manière… Bien beau d’appeler la France à se mobiliser contre cette loi qui n’a jamais été réellement française, bien beau de fixer une date une fois de temps en temps alors que l’idéal serait de bloquer l’ensemble du pays et pas uniquement les raffineries, en bloquant la finance, les centres de grande distribution, en bloquant les banques, et surtout, en reconduisant l’ensemble des grèves chaque jour pour une durée indéterminée. Car n’oubliez pas que nous avons beaucoup plus à perdre en voyant cette loi appliquée qu’en faisant grève durant plusieurs semaines, triste mais vrai…

La prochaine date pour faire grève est connue, le 14 Juin, en plein Euro, combien vont accepter de rater un match de foot en battant le pavé? Alors qu’il y avait tellement plus efficace, en bloquant carrément cette coupe du monde qui de toute manière, à n’en pas douter, n’est qu’une histoire de fric, dissimulant au passage l’ensemble des affaires louches, des scandales, des problèmes de corruptions qui ont éclaté ces derniers mois. Nous aurions pu faire grève chaque jour, mais la CGT en a décidé autrement semble-t-il…

Les syndicats ont fixé la prochaine manifestation au 14 juin 2016 ! et pourquoi pas dans 14 ans, tant qu’ils y sont !?!

Si, en 1995, on a gagné contre Juppé qui voulait détruire la Sécurité sociale, c’est parce qu’il y avait une manif tous les jours ! PAS tous les quinze jours ! Les syndicats ont fixé la prochaine manifestation au 14 juin 2016, de façon à ne pas gêner l’ouverture de l’Euro de foot qui a lieu le 10 juin 2016, alors que c’est pourtant pour nous un excellent moyen de pression ! Pas d’Euro de foot sans retrait de la Loi Travail ! Le pouvoir s’enorgueillit d’avoir débloqué tous les dépôts de carburants sauf un ; mais, qui empêche les salariés de les rebloquer aussitôt ?

Pourquoi Martinez et la CGT ne les font-ils pas rebloquer tout de suite ?

Les directions syndicales font parti du pouvoir et sont nos ennemis autant que les patrons ! Pour gagner, la grève doit être générale, c’est-à-dire toucher tous les secteurs publics et privés. Qu’attendent les profs pour faire grève, et pour expliquer la grève à leurs élèves ? Pour gagner, la grève doit être totale et illimitée jusqu’à la victoire ! Si nous voulons gagner, on ne peut pas faire confiance aux directions syndicales. Nous devons auto-organiser notre mouvement en une coordination qui réunira ensemble tous les salariés, étudiants, paysans et chômeurs en lutte. Le gros avantage d’une coordination par rapport à une intersyndicale, c’est qu’elle réunit en son sein non seulement tous les syndiqués, mais aussi tous les non-syndiqués. Or ceux-ci sont les plus nombreux et sans eux, il est impossible de gagner !

Commenter cet article