Nikola Tesla, L'homme qui a éclairé le monde…!

Publié le par Bernard Gasnot

Nikola Tesla, L'homme qui a éclairé le monde…!

Nikola Tesla, " L'homme qui a éclairé le monde " est un livre raconte l'esprit brillant et visionnaire d'un très grand scientifique des temps modernes, décrié et traité de fou par certains, loué comme un génie par d'autres, mais resté une énigme pour presque tous. Doté d'une puissance mentale unique, il est allé là où personne ne s'était aventuré avant lui, il a vu ce que personne n'avait imaginé avant lui.

Comme d'autres, il a changé son époque : on lui doit le champ magnétique tournant, la transmission d'électricité par courant alternatif, la radio.. Mais il est le seul de ses contemporains, dont les fulgurances restent encore aujourd'hui, plus de 150 ans après sa naissance, en avance sur notre monde : la robotique, les missiles téléguidés, l'énergie solaire, la géothermie, les ampoules basses tension, et même l’internet. plus de 800 brevets portent son nom.

Mais au-delà, on voit se dessiner la philosophie qui fait l'unité de l'œuvre et de la vie de Tesla : améliorer la condition de vie des hommes en les réunissant, en les reliant par des réseaux, hier électriques, aujourd'hui virtuels. A l'heure des grands débats sur l'avenir de la planète, il nous faut rappeler que Tesla avait, en son temps, affirmé qu'une énergie propre existait en grande quantité, ce qui encore aujourd'hui lui vaut critiques et sarcasmes. Si l'idée d'une énergie libre et gratuite paraît aujourd'hui utopique, rappelons comment Tesla, promoteur du courant alternatif, fut attaqué par Edison qui en tenait pour le courant continu.

Edison a sagement rejoint le Musée de l'histoire des sciences, en revanche, les prémonitions, visions, et idées de Tesla sont toujours au rendez-vous des chercheurs du troisième millénaire. Resté célibataire, en dépit de l'adoration des plus belles femmes de son temps, solitaire, étrange et fantasque, et en même temps populaire et admiré par des hommes aussi différents que Mark Twain et George Westinghouse, mort dans la plus absolue pauvreté, en ayant été à l'origine des plus grandes richesses, habité par des compulsions obsessionnelles mais capable de construire de ses propres mains un laboratoire en plein New York, Tesla fut l'homme de la complexité et de la singularité.

Sa personnalité et son œuvre continuent à inspirer les chercheurs et artistes du monde entier, écrivains, cinéastes et ingénieurs lui rendent hommage et, après un long silence, le 21ème siècle redécouvre l'actualité des travaux de Nikola Tesla. Il y a presque 100 ans, B.A. Behrens, l’un des grands ingénieurs de son temps, président de l’Américan Institute Of Electrical Engineers, écrivait :

‘’ Si nous devions éliminer de notre univers industriel les résultats de l’œuvre de Tesla, les rouages de l’ industrie s’arrêteraient de tourner, nos trains et nos tramways s’immobiliseraient, nos villes seraient plongées dans l’obscurité, nos usines resteraient inactives. ‘’

Quel était donc cet homme que Behrend présente avec une solennité inhabituelle comme le démiurge de notre age industriel ?

Un mutant à tout le moins, né en 1856 en Croatie, dans l’empire austro-hongrois, de parents serbes orthodoxes qui le destinaient à une carrière ecclésiastique. Il ne revêtira pas la soutane. Tant mieux… Mais chaussé de bottes de sept lieues, il avancera à pas de géants avec la ‘’ hardiesse de l’ignorance ‘’, selon ses mots, dans des territoires jusque-là inexplorés. Tout lui en semblait procéder d’un savoir sans commune mesure avec celui de ses contemporains, comme s’il nous venait d’un futur lointain ou d’une civilisation avancée. Les hommes paraissaient être encore à l’age de la pierre alors que lui se trouvait à celui du laser.

A côté de la sienne, la science de son temps semblait pareille à un enfant hésitant. Elle balbutiait plus qu’elle n’articulait. Comment aurait- elle put le suivre ? Sa profusion, presque offensante, faisait ressortir par contraste l’étroitesse de ses rivaux. Il était cigale dans un monde de fourmis ouvrières. Impardonnable.

Il est inscrit au National Inventors Hall of Fame. Le panthéon des inventeurs américains. Mais guère enseigné dans les universités.

Il était trop exentrique pour cela, au sens le plus fort et le plus complet du mot, ressemblant plus à un magicien aux pouvoirs démesurés qu’à un inventeur. À mi - chemin de la science et de la prescience. C’est peut-être ce qui l’a le plus desservi auprès de confrères moins doués qui n’ont jamais manqué de dénigrer son génie. Il mettait en scène ses inventions, ce qui leur conférait une dimension irréelle, plus proche de l’alchimie que de la physique. Avec son ‘’ homme électrique ‘’, il produisait des éclairs de quarante mètres.

Avec ses chaussures à semelles de liège, il allumait des ampoules à distance en utilisant son corps comme conducteur. On aurait dit le maitre de la foudre. Un prestidigitateur qui, muni de sa bobine, dite depuis ‘’ bobine de Tesla ‘’, déchainait le feu électrique, qu’il avait dérobé aux dieux, comme Prométhée, et dont il comptait lui aussi dompter la puissance.

Tel est l’homme qui a éclairé le monde…

Certes Tesla n’a pas eu le Nobel, comme Einstein, Planck, et Marconi, mais il a eu mieux : une unité de mesure physique a son nom, l’induction magnétique, privilège rare qu’il ne partage qu’avec quelques grands savants, comme Ampère ou Watt. De la scène rock à la Silicon Valley, c’est une icône plus vivante que quantité de gloires scientifiques défuntes. N’apparaît-il pas à intervalles réguliers dans des séries télévisées, des bandes dessinées, des jeux vidéo ?

Un constructeur de voitures électriques high-tech n’a-t-il pas choisi d’estampiller ses véhicules du sigle Tesla Motors ? Oui, Nikola Tesla fascine plus que jamais. Le mystère autour de sa personnalité, de ses inventions, n’a jamais été levé. A plus d’un demi-siècle de distance, on reste sidéré par son génie prémonitoire.

Il n’était pas seulement inventeur, il était visionnaire anticipateur de ses inventions. C’est à lui que l’on doit les moteurs à courant alternatifs que nous utilisons dans nos réfrigérateurs, nos ascenceurs, nos trains électriques, métro ou TGV. A lui, les techniques de production et de transmission à grande échelle d’électricité, dont il conçut personnellement le premier élément : La centrale électrique de Niagara Falls.

A lui la transmissions radio. Il a même pu concevoir un système de transmission sans fil de l’information dès 1893, un siècle avant internet ! Ce n’est pas tout, il a entrevu la robotique, les missiles téléguidés, les radars, l’énergie solaire, la géothermie, les ampoules basse tension, le laser, les accélérateurs de particules …

Plus de sept cents brevets portent son nom.

Il citait comme exploits techniques possibles : L’interconnexion des échanges téléphoniques et télégraphiques partout à travers le monde, l’instauration d’un système mondial de diffusion de musique, un système d’orientation sans boussole pour les bateaux, une technologie de reproduction des clichés, dessins et imprimés. On a là le numérique, le GPS, le Web, la téléphonie mobile. Tesla fut l’ancêtre des réseaux sociaux, du téléchargement gratuit, d’internet

Ce n’est pas Larry Page, le fondateur de Google, qui nous démentira, lui qui le citait comme une source d’inspiration à ses début, tout en concluant qu’ ‘’ il était incapable de commercialiser quoi que ce soit ‘’. Business is business. Il faut lire Nikola Tesla. L'homme qui a éclairé le monde de Margaret Cheney pour voir à quel point il y a chez lui une mystique électrique

Fiat lux, et la lumière fut !

Triomphes, trahisons, ruines… la vie de Tesla est loin d’être un long fleuve tranquille. Ces inventions ont bien entendu été reprise ‘’ secrètement ‘’ par l’armé après sa mort, on ne saura rien des expériences sur les armes rayon désintégrateur, le fameux rayon de la mort, ou sur HAARP… Toutes ces inventions et travaux, on été détournés à des fins pas du tout pacifique, l’énergie colossale que N.Tesla comptait tirer de la Terre pour la distribuer gratuitement a été hélas détournée à des fins militaires. Ces notes toutes furent saisies par le FBI, les archives de l’inventeur ont été rendues ensuite, mais nul doute qu’il manque des pièces.

Commenter cet article