LES ILLUMINATI AUX ETATS-UNIS 1785-1881

Publié le par Bernard Gasnot

2: source qui allait entrainer le guerre de secession

Les Illuminati prennent pieds en Amérique.

En 1785, la loge des Illuminati est ouverte à New York. Parmi ses membres figuraient le gouverneur DeWitt Clinton, Horace Greeley (homme politique et rédacteur en chef du New York Daily Tribune), Charles Dana, et Clinton Roosevelt (ancêtre de Franklin Delanno Roosevelt).

Le 19 juillet 1789, David Pappin, Président de l'Université de Harvard, publia un avertissement relatif à l'influence des Illuminati sur la politique Américaine et sur la religion (il devait avoir eu des échos sur les dessous de ce qui se passait en France). En avril 1793, la France avait envoyé son nouvel ambassadeur Edmond Genet en Amérique, pour qu'il puisse percevoir le paiement de la dette Américaine encourus durant la Révolution Américaine. L'argent devait servir à financer la guerre de la France avec l'Angleterre. Toutefois, sa véritable raison était d'obtenir des faveurs politiques pour la France et aussi d'assurer la propagation de l'idéologie Illuminati, ce qu'il fit par la création de "Clubs démocratiques", sur le sol Américain.

Washington déclara qu'avec ces "clubs": "...le gouvernement allait être ébranlé dans ses fondements". Tandis que John Quincy Adams (fils aîné du second président, John Adams, et qui deviendra lui-même le sixième président en 1825), déclara que ces clubs étaient "si parfaitement affiliés avec les Jacobins Parisiens, qu'il est impossible de se tromper sur leur origine". En raison de la menace des Illuminati, Washington et Adams ont fait pression au Congrès, dans le but d'adopter la Loi sur les étrangers et la sédition.qui a été "conçue pour protéger les Etats-Unis de la conspiration jacobine Française, et par des agents payés qui étaient encore en haut lieu au sein du gouvernement". Ils avaient peur que les troubles de la révolution Française ne se propage en Amérique. (sedition :Etymologie : du latin seditio, discorde, division, guerre civile, ayant un caractère concerté, prémédité, dirigée contre une autorité établie ou incitant à la désobéissance envers celle-ci : guerre de secession)

Thomas Paine, un auteur et théoricien de la politique, a aidé les Illuminati à infiltrer plusieurs loges maçonniques. Il a révélé sa loyauté envers eux dans son livre "The Age of Reason" (publié en 1794) qui portait sur le rôle de la religion dans la société. Bien qu'il croyait en Dieu, il ne pouvait pas accepter l'intégralité de la Bible comme étant un fait. Un deuxième volume sera publié en 1796. Un troisième volume sous-titrée: "Examen des prophéties" est également apparu, "sous le manteau", qui mettait sérieusement en doute la divinité et l'existence de Jésus. L’anti-religion est bien devenu un des fondements de la sympathie que certains portaient aux idées illuminati.

Le 9 mai 1798, le Révérend Jedediah Morse, pasteur de l'église congrégationaliste de Charleston (Caroline du Sud), a fait un sermon à l'église de New North à Boston sur les Illuminati:

"Pratiquement tous les établissements civils et ecclésiastiques de l'Europe ont déjà été ébranlés jusque dans leurs fondements par cette terrible organisation, la Révolution Française elle-même doit sans doute être attribuée à ses machinations,...

Les Jacobins ne sont ni plus ni moins que la manifestation ouverte du système caché des Illuminati. L'Ordre a ses succursales établies et ses émissaires sont au travail en Amérique. Les affiliés des sociétés jacobine en Amérique ont sans doute eu comme objet de leur mise en place la propagation des principes du "Club des Jacobins" en France...

Je tiens un devoir, mes frères, que je dois à Dieu, à la cause de la religion, à mon pays et à vous, à ce moment, de vous déclarer, donc honnêtement et fidèlement, ces vérités. Mon seul but est de réveiller en vous et en moi-même toute l'attention voulue, à cette époque alarmante, à nos intérêts les plus chers. Comme un gardien fidèle, je vous avertis de ce danger présent."

Pour infiltrer les loges maçonniques en Europe, Weishaupt avait demandé l'aide de John Robison, qui fût longtemps, un maçon de haut degré dans le rite Ecossais. C'était aussi un professeur de philosophie à l'Université d'Edimbourg en Ecosse, un historien, et le secrétaire général de la Royal Society of Edinburgh. Quand il était allé en Allemagne, il lui avait été demandé de réviser les plans de la conspiration de Weishaupt, afin d'élargir l'influence des Illuminati dans les îles Britanniques. Toutefois, Robison n'était pas d'accord avec leurs principes, et après un premier avertissement aux Maçons Américains en 1789, il a publié un livre pour dénoncer l'organisation en 1798 appelé "Preuves d'un complot contre toutes les religions et les gouvernements de l'Europe, exercé dans les réunions secrètes des Francs-Maçons, Illuminati, et les Sociétés de lecture", qui présentait le point de vue protestant. Il avait écrit:

"J'ai observé ces doctrines progressivement la diffusion et le mélange avec tous les différents systèmes de la franc-maçonnerie jusqu'à ce que, enfin, une association a été formée dans le but exprès de déraciner tous les établissements religieux, et renverser tous les gouvernements en place de l'Europe."

La même année, l'abbé Augustin Barruel (jésuite, et maçon du 3ème degré) a publié ses "Mémoires pour servir à l'Histoire du jacobinisme" (connues aussi sous le titre "Mémoires illustrant l'histoire du jacobinisme", et qui présentait le point de vue catholique romain). Les deux livres cherchaient à mettre en garde l'Amérique sur la conspiration des Illuminati, mais les mises en garde ne furent pas prises au sérieux. En janvier 1798, une édition du magazine mensuel contenait une lettre de Auguste Böttiger, prévôt de l'Ordre de Weimar, qui accusa Robison de faire des déclarations inexactes et a déclaré que depuis 1790, "toutes les préoccupations des Illuminati avaient cessé" (mais si "elles avaient cessé", c'est bien qu'elles eurent effectivement lieu).

Thomas Jefferson, qu'on pense être un membre de la loge des Illuminati de Virginie et un maçon qui aurait aidé les Illuminati pour infiltrer les loges maçonniques de la Nouvelle-Angleterre, a nié toutes les allégations négatives et a décrit Weishaupt comme "un mécène enthousiaste" et a appelé les révélations de Barruel "les délires d'un Bedlamite" (Bedlam était le nom d'un hôpital à Londres pour les états de démence).

Au cours de l'été 1798, le révérend G.W. Snyder, un pasteur luthérien, a écrit une lettre au Président des Etats-Unis accompagnée d'un exemplaire du livre de Robison, en exprimant son inquiétude quant à l'infiltration des loges maçonniques. Dans la réponse de Washington, en date du 25 septembre 1798, Washington écrit: "J'ai beaucoup entendu parler du plan néfaste et dangereux et les doctrines des Illuminati", mais poursuivait en disant qu'il ne croyait pas qu'ils aient pût être impliqué dans les loges.

Une autre lettre de Snyder, demandant une réponse plus rassurante donna lieu à une lettre du président, en date du 24 octobre 1798, qui se trouve d'ailleurs dans "Les Ecrits de George Washington", ouvrages qui avaient été préparé sous la direction de la Commission du bicentenaire de G. Washington, et sera publié par le "Government Printing Office" en 1941. Il avait écrit:

"Ce n'était pas mon intention de mettre en doute que les doctrines de l'Illuminati et les principes du jacobinisme ne se sont pas propagé aux Etats-Unis. Au contraire, personne n'est plus convaincu de ce fait que je ne le suis. L'idée que j'ai voulu dire, a été, que je ne pense pas que les loges des francs-maçons dans ce pays étaient, en tant que sociétés, de s'efforçer de propager les principes diaboliques des premiers principes, ou pernicieux de ce dernier. Que des individus parmi eux, ou que le fondateur ou les instruments employés, aient pût avoir trouvé les sociétés démocratiques dans les Etats-Unis qui ont pût avoir cet objet, et effectivement eu une séparation de la population de leur gouvernement en vue, est trop évidente pour être interrogé."

Peu de temps avant sa mort, Washington émettra deux avertissements supplémentaires sur les Illuminati.

Vers 1807, John Quincy Adams (qui deviendra président en 1825), a écrit trois lettres au colonel William C. Stone, un maçon de haut degré, lui disant que Thomas Jefferson, le 3ème président, avait aidé les Illuminati en utilisant les loges maçonniques à des fins subversives. Ces lettres ont étaient longtemps archivées à la bibliothèque Rittenburg à Philadelphie, mais ont mystérieusement disparu par la suite. Adams a également écrit à Washington, disant que Jefferson et Alexander Hamilton abusaient les loges maçonniques pour les Illuminati et le culte de Lucifer (courrier enregistré dans les "Adams Chronicles").

Benjamin Franklin a également été accusé d'être un membre des Illuminati qui est vrai,. Il existe certaines preuves indiquant qu'il avait utilisé les sociétés démocratiques et les clubs des Jacobins de 1796 dans son combat avec John Adams, que pour accéder à la présidence. Malgré tout, le révérend Jedediah Morse identifia Jefferson comme "un Illuminatus".

Il a été suggéré, que l'une des raisons pour lesquelles les Britanniques avaient pillé et incendié Washington en 1812, aurait été de détruire des documents secrets qui exposaient la trahison envers les Etats-Unis de différentes personnes haut placées au sein du gouvernement.

A partir du début du XIXème siècle, les Illuminati cherchèrent à augmenter leur influence dans plusieurs domaines et surtout en politique. Faire passer leurs idée et chercher à les diffuser sous la forme de prinicipes idéologiques, en les édulcorants afin de les rendre plus acceptables par le public et en les relayant par des groupes politiques. Surtout pour faire accepter ce que certains appelèrent le "communautarisme" (appelé un temps "communisme" à l'époque) et l'idée d'un gouvernement unique mondial. Mais l'acte le plus important au cour de cette période, fût la naissance des deux partis officiels, qui existent encore aujourd'hui. Les Illuminati y ont certainement joué un rôle, étant donné qu'un tel système favorisait leurs plans. Il est bien plus facile d'influencer les choses en ayant des hommes dans les deux camps, au lieu d'avoir tour-à-tour, une multitude de partis très différents, qui seraient au pouvoir les uns après les autres, et pour certains, peut-être jamais.

La naissance des partis Républicain et Démocrate.

Ceux qui préconisaient une administration centrale forte organisèrent le Parti Fédéraliste en 1791. Les anti-fédéralistes, eux, sont devenus un parti politique organisé après la Convention constitutionnelle de 1787 dirigée par le gouverneur de New York George Clinton, Patrick Henry de la Virginie, et Elbridge Gerry du Massachusetts (l'un des signataires de la Déclaration d'Indépendance). Les anti-fédéralistes se basaient sur la classe populaire. Ils étaient contre un seul état, le gouvernement fédéral, la domination de la classe supérieure, et une réelle séparation des pouvoirs (législatif et exécutif).

Les républicains de Jefferson, ainsi nommé à cause de leur position anti anti-fédéralistes, auront le pouvoir de 1801 à 1825. En 1796, le parti s'était scindé en deux avec d'un côté les "Républicains-Démocrates" organisé par le sénateur Martin Van Buren (qui deviendra le 8ème président), qui s'intéressés aux droits des états, des intérêts des agriculteurs et des procédures démocratiques, et les "National-Républicains", menés par John Quincy Adams, Henry Clay, et Daniel Webster, qui fusionnèrent avec les fédéralistes en 1820. En 1826, les démocrates-républicains sont devenu les "Démocrates", tandis que les "National-républicains" devinrent les "Républicains", en 1854. C'est ainsi que le système à deux partis a vu le jour dans ce pays.

En 1841, Clinton Roosevelt avait écrit un livre intitulé "La science de gouvernement fondé sur la loi naturelle" qui sera le plan de la conspiration pour pouvoir contourner la Constitution des Etats-Unis et avoir un pays sur la base des principes de Weishaupt. Il contenait le plan détaillé pour le "New Deal" et le "National Recovery Act", qui sera mis en place 92 ans plus tard par son descendant direct, Franklin D. Roosevelt. Mais la plus grande influence, sera dans le domaine de la finance.

La main mise sur le gouvernement Américain par le système bancaire.

Dès la création de la première banque des Etats-Unis en 1791, sous l'initiative d’Alexander Hamilton (un Illuminati), qui influença le Congrès pour avoir une "banque centrale Américaine", qui aurait un fonctionnement, calqué sur celui des banques privées. Le capital n'étant détenu au départ par l'état Américain, qu'à hauteur de 20. Les 80% restant étaient détenu par des investisseurs privés. George Washington signa la loi qui créa la première banque des Etats-Unis le 25 février 1791.

Lorsque Thomas Jefferson devint président, il s'opposera à ce système bancaire, qui était contraire à la Constitution. Mais les banques Anglaises, qui avaient des participations dans la banque centrale Américaine, ont riposté en avançant la menace d'une guerre. Jefferson voulait en fait profité que la charte accordé la banque, votée par le Congrès 20 ans plus tôt, arrivait à échéance en 1811. Cela lui permettait d'en proposer un autre. Mais il n'en aura pas le temps et en 1812, eu lieu la seconde guerre avec l'Angleterre depuis la guerre d'indépendance. Guerre qui fera augmenter la dette de l'état Américain, de 45 à 127 millions de dollars. Jefferson voyait arriver le danger. Il avait écrit John Tyler (futur président en 1841):

"Si le peuple américain permet un jour que des banques privées puissent contrôler l'émission de leur monnaie, d'abord par l'inflation, et ensuite par la récession, les banques et les sociétés qui grandiront autour d'eux priveront les gens de tous les biens jusqu'à ce que leurs enfants se réveillent sans-abri sur le continent conquis leur père... Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées permanentes... La puissance d'émission devraient être prises par les banques et restauré au gouvernement, à qui elle appartient. "

Le 16 mai 1816, le nouveau président James Madison, signa le projet de loi pour une deuxième banque des Etats-Unis, et la charte précédente sera resonduite, ce qui permettra au système de fonctionner encore de cette manière pendant vingt ans. Ce système était inconstitutionel, alors en 1819, la Cour Suprème reconnaitra la banque des Etats-Unis, comme étant "constitutionelle".

En 1828, le nouveau président Andrews Jackson, chercha à entraver le pouvoir sans cesse grandissant des banques privées (c'est lui qui dira "Si le peuple savait comment fonctionne réellement le système bancaire, et comment les banques crées l'argent, il y aurait une révolution demain matin"). Après une mauvaise gestion, la banque était en faillite. Ce qui causera chômage et recession. Cela sera de courte durée et la banque retrouvera sa prospérité, sous la direction de Nicolas Biddle. Ce dernier demandera au Congrès un renouvellement de la charte de la banque en 1932, quatre avant son expiration. Mais, malgré que le Sénat était prêt a accepter le renouvellement de la charte (projet de loi 28-20 107-85), le président Jackson exerça son droit de véto. Il demanda la suppression de la banque en 1832 et ordonna le transfert de ses fonds vers des banques d'état. Le 8 janvier 1835, Jackson paya la dernière tranche de la dette Américaine. Le seul moment dans toute l'histoire des Etats-Unis où la dette du pays sera de zéro! Il y aura même un excédent de 35 millions de dollars qui sera distribué aux états du pays. Cette banque "d'état", continuera de fonctionner jusqu'en 1836, limitant ainsi la cupidité des banquiers. Mais ces derniers ne se laissèrent pas faire, et réussirent à le faire destituer. En mars 1844, pour "avoir enlever les dépôts du gouvernement de la banque des Etats-Unis sans l'autorisation expresse du Congrès", il sera démit de ses fonctions. Mais les banquiers verront de nouveau leurs plans contre-carré par le nouveau président John Tyler, qui par deux fois, opposera son véto à deux projets de loi en 1841, qui visaient à faire revivre la "banque des Etats-Unis".

Mais pour reprendre la main, en obligeant le pays à avoir besoin d'énormément d'argent (donc de devoir emprunter), les Illuminati commencèrent diverses manoeuvres, afin d'attiser les tensions entre les états du nord et ceux du sud (ce qui aboutira quinze ans plus tard à la guerre de Sécession).

Les Illuminati dans la guerre de Sécession.

En 1837, les Rothschild avaient envoyé un autre de leurs agents aux Etats-Unis. Son nom était Belmont (son vrai nom était Schonberg, un cousin de la famille Seligman de Francfort, en Allemagne). En 1829, à 15 ans, il commenca à travailler pour la banque à Francfort et se révéla être un génie de la finance. En 1832, il a été promu à la banque à Naples, afin qu'il puisse être pleinement intégrée dans le secteur bancaire international. Il est devenu à l'aise en anglais, français et italien. Sa mission était de susciter des difficultés financières au sein des banques du Sud. Il a ouvert une banque à New York et s'est établi dans les milieux financiers en achetant des obligations du gouvernement et plus tard il deviendra un des conseillers financiers du président.

En 1857, les Illuminati se sont réunis à Londres pour décider de leur action en Amérique. Ils décidèrent de créer un incident qui aiderait la création d'une Banque centrale (indépendante du gouvernement fédéral) et qui serait une guerre. Les guerres coûtent cher et les gouvernements doivent emprunter pour les financer. Le Canada et le Mexique n'étaient pas assez puissants, comme en témoignait la défaite de Santa Anna au Texas l'année précédente, l'Angleterre et la France étaient trop loin et la Russie n'était pas sous leur contrôle. Alors ils décidèrent de "diviser pour régner", en provoquant un conflit entre le Nord et le Sud. En cas de séparation définitive, un autre plan prévoyait que le Nord pourrait devenir une nouvelle colonie Britannique qui serait annexé au Canada et contrôlée par Lionel Rothschild, tandis que le Sud pourrait être sous la tutelle de Napoléon III et de la France (sous prétexte d'une alliance, pour les rendre plus fort contre les états du nord) et pourrait être contrôlée de manière indirecte par James Rothschild.

Afin de commencer un mouvement qui conduirait à la sécession des états du Sud, ils ont utilisé les "Chevaliers du Cercle d'or" qui avait été formé en 1854 par George Bickley, pour utiliser les tensions raciales d'un état à l'aide de l'esclavage. Les membres, au temps de la guerre ont inclus Jefferson Davis, John Wilkes Booth (futur assassin de Lincoln) et Jesse James (un maçon, qui après avoir volé l'or des banques et des compagnies minières, detournera plus tard plusieurs centaine de millions de dollars dans l'espoir de financer une deuxième guerre civile). Le "Ku Klux Klan", fondé en 1867, deviendra le bras armé des Chevaliers.

Les Rothschild ont financé le Nord à travers des émissaires comme Belmont, Jay Cooke (qui a été chargé de vendre les émissions obligataires, en s'arrangant avec Belmont pour vendre des obligations de l'Union en Europe), J. et W. Seligman & Co., et de Spire & Co.

Judah P. Benjamin du cabinet d'avocats de "Slidell, Benjamin & Conrad" en Louisiane a été un agent de Rothschild qui deviendra secrétaire d'état de la Confédération en 1862. John Slidell sera l'envoyé des confédérés en France. La fille de Slidell était mariée au baron Frédéric d'Erlanger à Francfort, qui était lié aux Rothschild et agissait en leur nom. Slidell a été le représentant du Sud qui empruntera de l'argent pour le financement de la Confédération.

Vers la fin de 1861, l'Angleterre avait envoyé 8000 soldats au Canada et en 1862, les Anglais, les troupes Françaises et Espagnoles débarquèrent à Vera Cruz, au Mexique. Soi-disant pour recouvrer les dettes qui leur étaient dues par le Mexique. En avril 1861, l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis avait conseillé à son gouvernement: "L'Angleterre aura l'avantage de la première occasion de reconnaître les Etats qui ont fait sécession et la France va la suivre." Le 10 juin 1863 le général Français Elie-Frédéric Forey, avec 30000 soldats Français en renfort, a repris la ville de Mexico et la France contrôlait la majorité du pays.

Grâce à ses représentants à Paris et à Londres, le tsar Alexandre II en Russie a découvert que les Confédérés avaient fait une offre des Etats de Louisiane et du Texas à Napoléon III, s'il envoyait ses troupes se battre contre le Nord. La Russie avait déjà indiqué son soutien à Lincoln, mais voulait quelque chose de plus à envoyer, que leur marine pour défendre les nordistes. Le 1 janvier 1863, en tant que geste de bonne volonté, Lincoln fera sa "proclamation d'émancipation" pour libérer les esclaves de même que le tsar avait abolit le crevage en 1861. Le 8 septembre 1863 à la demande du président Lincoln et du secrétaire d'état William H. Seward, Alexandre envoya la flotte Russe à destination de San Francisco et de New York et leur avait ordonné "d'être prêt à lutter contre toute puissance et de prendre leurs ordres que de Abraham Lincoln."

En février et mars 1862, et mars 1863, Lincoln avait reçu l'approbation du Congrès d'emprunter 450 millions de dollars en vendant des obligations, pour payer la guerre de Sécession. Ils n'étaient pas remboursables jusqu'en 1865, lorsque trois dollars pouvaient être échangés contre un dollar en argent. Ils auront plein cours légal en 1879. Ainsi, Lincoln résolu la crise monétaire du pays sans l'aide des banques pivées internationales.

Avant l'administration Lincoln, les banques privées avaient pût émettre du papier-monnaie appelée "billets de banque d'état", mais cela pris fin avec la loi des Banques Nationales de 1863, qui interdisait aux états de créer de l'argent. En précurseur de la Loi sur la Réserve fédérale, il a commencé le mouvement pour l'abolition de devises remboursables. Un système de banques privées avaient reçues des chartes du gouvernement fédéral qui leur donnait l'autorisation d'émettre des billets de banque nationale. Cela a donné aux banques le pouvoir de contrôler les finances et le crédit du pays et a fourni des établissements bancaires centralisés sous contrôle fédéral en temps de guerre. La crise financière créée par les banquiers internationaux avait détruit 172 banques d'état, 177 banques privées, 47 institutions d'épargne, 13 sociétés de prêt et de fiducie, et 16 sociétés de prêts hypothécaires.

L'assassinat de Lincoln.

Le 14 avril 1865 Lincoln était abattu par John Wilkes Booth et le soir même une tentative infructueuse de ses complices était faite contre le secrétaire d'état Seward. En 1866, une tentative était faite pour assassiner le tsar Alexandre II en 1881, le tsar sera tué par un attentat à la bombe.

John Wilkes Booth avait un livre remplit de messages codés et la clé de ce code a été trouvée parmi les affaires de Juda Benjamin. Benjamin avait fui en Angleterre, où il mourut. Il a toujours su que la mort de Lincoln était le résultat d'une conspiration massive. En 1974, des chercheurs ont trouvé dans les papiers d’Edwin Stanton et du secrétaire de la guerre, des lettres décrivant le complot qui avaient été écrites à Stanton ou interceptées par lui. Ils ont également trouvé les 18 pages qui ont été retirés du Journal de Booth et qui révélait les noms de 70 personnes (dont certaines avec le code) qui étaient directement ou indirectement impliqués dans le plan de Booth. Stanton, Charles A. Dana, secrétaire adjoint de la guerre (membre des Illuminati), et le major Thomas Eckert, chef du Département de la Guerre du Telegraph Office, y ont également participé.

Les journaux et documents codés par le colonel Baker La Fayette C., chef de l'Office de la police, détaillaient une tentative d'enlèvement et un complot d'assassinat contre Lincoln. Les membres comprenaient un groupe d'agriculteurs du Maryland, un groupe de confédérés de Jefferson Davis (le président de la Confédération) et de Juda Benjamin (le Secrétaire confédéré de la Guerre et secrétaire d'état), un groupe de banques du Nord et des intérêts industriels, y compris Jay Cooke (un financier de Philadelphie), Henry Cooke (banquier de Washington, DC), et Thurlow Weed (éditeur d'un journal new-yorkais), et un groupe de républicains radicaux qui ne voulaient pas que le sud soient réunis avec le Nord en tant qu'états, mais voulaient les contrôler comme territoires militaires. Ceux-ci comprenaient le sénateur Benjamin Wade de l'Ohio, le sénateur Zacharie Chandler du Michigan, et le sénateur John Conness de la Californie.

Tous ces groupes ont en fait utilisé l'acteur John Wilkes Booth, un patriote confédéré. Le plan initial prévoyait l'enlèvement de Lincoln, du vice-président Andrew Johnson, et du secrétaire d'état Seward. L'Office de la police a découvert leurs plans et averti Stanton. Prévu pour le 18 janvier 1865, la tentative d'enlèvement a échoué.

Andrew Johnson, qui est devenu le nouveau président après la mort de Lincoln a émis la Proclamation d'amnistie le 29 mai 1865 pour réunifier le pays. Il y est stipulé que le Sud ne serait pas responsable de la dette contractée, que toutes les lois devaient mettre fin à la sécession, et que l'esclavage devait être aboli. Inutile de dire que les Rothschild, qui avaient largement financé le Sud ont perdu beaucoup d'argent. En outre, le coût de l'appui de la flotte Russe a coûté au pays environ 7,2 millions de dollars. Johnson n'avait pas le pouvoir constitutionnel de donner de l'argent à un gouvernement étranger, car des dispositions avaient été prises pour l'achat de l'Alaska aux Russes en avril 1867. Cela semblait alors un territoire sans valeur, alors qu'en fait, il regorge de pétrole. C'était en compensation pour l'aide de la Marine Russe.

Plus tard, le président James A. Garfield (20ème président), a également réalisé le danger posé par les banquiers et dira: "Celui qui contrôle l'argent d'une nation, à le contrôle de cette nation." Il a été assassiné en 1881, pendant la première année de sa présidence (il ne sera pas le dernier). Les Illuminati et les banquiers, n'hésitaient pas à se débarrasser de présidents, qui cherché à leur nuire.

Albert PIKE, un acteur majeur d’Illuminati.

En 1859, Albert Pike, avocat et chef de la maçonnerie du rite Ecossais des Etats-Unis (qui a été appelé le "Souverain Pontife de la Franc-Maçonnerie universelle", le "prophète de la franc-maçonnerie" et le "plus grand franc-maçon du XIXème siècle") était fasciné par l'idée d'un monde ayant un seul gouvernement, a été choisi pour coordonner les activités Illuminati aux Etats-Unis. Il dira qu'ils avaient besoin de créer un parti politique qui permettrait de maintenir le combat politique, jusqu'à ce qu'ils puissent apporter la paix. Pike a déclaré que ce serait fait "avec la langue et la plume, avec toutes nos influences et secret ouvert, avec la bourse, et le cas échéant, avec l'épée...".

Albert Pike est né le 29 décembre 1809 à Boston, ira à Harvard, puis plus tard a servi comme brigadier-général dans l'armée Confédérée. Il avait été nommé par la Confédération aux commissariat aux affaires Indiennes, afin de créer une armée de guerriers indiens. Il est devenu gouverneur du territoire indien et avait réussi à créer une armée avec les Chickasaws, les Comanches, les Creeks, les Cherokees, les Miamis, les Osages, les Kansas, et les Chactas. Il s'est fait connaître à eux comme "l'ami visage pâle fidèle et protecteur". Leurs attaques causées à Jefferson Davis, le président de la Confédération, causa la dissolution de l'armée indienne. Après la guerre civile, Pike a été reconnu coupable de trahison et emprisonné, avant d'être gracié par le président Andrew Johnson le 22 avril 1866 qui l'a rencontré le lendemain à la Maison Blanche. Le 20 juin 1867 le fonctionnaire et confère Johnson (maçon de rite Ecossais du 32ème degré) est allé à Boston pour dédier un temple maçonnique. Le seul monument à un général confédéré à Washington DC a été érigé en l'honneur de Pike (peut être vu entre le ministère du Travail et la mairie).

Pike était un maçon du 33ème degré, il a été l'un des pères fondateurs et partisan de l'ancien rite Ecossais accepté par la franc-maçonnerie. En 1869, il sera un haut dirigeant dans les Chevaliers du Ku Klux Klan.

Il était le grand maître d'un groupe connu sous le nom de l'Ordre du Palladium de Lucifer (ou "Conseil souverain de la Sagesse"), qui avait été fondée à Paris en 1737. Le Palladisme avait été ramené en Grèce de l'Egypte par Pythagore dans le cinquième siècle avant J.C. et c'est ce culte de Satan qui a été introduit dans le cercle intérieur des loges maçonniques.

En 1801, un juif du nom de Issac Long, a apporté une statue de Baphomet (Satan) à Charleston, en Caroline du Sud, où il a aidé a établir l'ancien rite Ecossais. Pike, son successeur, changera le rite et le réformera sour le nom de rite Palladio (ou Palladium réformé). Le décret contenait deux degrés: 1) Adelph (ou frère), et 2) Compagnon d'Ulysse (ou "compagnon de Penelope"). Le brads droit de Pike était Phileas Walder, originaire de Suisse, qui était un ancien ministre luthérien, un chef de file maçonnique. Les autres proches ont été Gallatin Mackey (un chef de file maçonnique), Longfellow, et Holbrook. Pike, avec Mazzini, Lord Henry Palmerston d'Angleterre (maçon du 33ème degré), et Otto von Bismarck de l'Allemagne (maçon du 33ème degré), l'intention d'utiliser le rite du Palladio pour créer un groupe de coordination satanique qui serait commun à tous les groupes maçonniques.

Pendant ses études à l'Université de Gênes, Giuseppe Mazzini était devenu un Maçon du 33ème degrés, et rejoignit une société secrète connue sous le nom de "Carbonari". Leur objectif déclaré en 1818 était: "Notre objectif final est celui de Voltaire et de la Révolution Française - l'anéantissement complet du catholicisme et finalement, de toute la chrétienté."). En 1831, il fût exilé en France, d'où il fonda plusieurs "Sociétés de jeunes", le mouvement comprenait la Jeune Italie, la Jeune Angleterre,...etc. Mazzini a déménagé en Angleterre en 1837 puis retourna en Italie en 1848 pour diriger la révolution contre les Autrichiens. Encore une fois, il fut exilé. Dans les années 1850, il mena d'autre activités révolutionnaires.

En raison des activités révolutionnaires de Mazzini en Europe, les Illuminati durent à nouveau entrer dans la clandestinité. Pike avait créé les Conseils supérieurs à Charleston en Caroline du Sud, à Rome en Italie (dirigé par Mazzini), à Londres en Angleterre (dirigé par Palmerston), et à Berlin en Allemagne (dirigée par Bismarck). Il a créé 23 conseils subordonnés à des endroits stratégiques à travers le monde, dont cinq Grands Directoires central à Washington DC (Amérique du Nord), Montevideo (Amérique du Sud), Naples (Europe), Calcutta (Asie), et à Maurice (Afrique), qui ont été utilisés pour recueillir des informations. Toutes ces branches ont été les sièges pour les activités des Illuminati. Dans une lettre du 22 janvier 1870, Mazzini a écrit à Pike:

"Nous devons permettre à toutes les fédérations de continuer comme elles sont, avec leurs systèmes, leurs autorités centrales et divers modes de correspondance entre les grades élevés d'un même rite, organisés comme ils sont à l'heure actuelle, mais nous devons créer un rite superieur, qui restera inconnu, que nous appellerons les francs-maçons de haut degré que nous choisirons (référence à la nouvelle réforme du rite Palladio). En ce qui concerne nos frères dans la maçonnerie, ces hommes doivent être engagés à la plus stricte confidentialité. Par ce rite suprême, nous régiront toute la franc-maçonnerie qui deviendra le Centre International, le plus puissant parce que sa direction ne seront pas connu."

Et dans une lettre du 15 août 1871, Pike avait écrit à Mazzini:

"Nous allons libérer les nihilistes et les athées, et nous allons provoquer un formidable cataclysme social qui dans toute son horreur montrera clairement aux nations l'effet de l'athéisme absolu, origine de la sauvagerie et de la crise la plus sanglante. Puis partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité mondiale de révolutionnaires, vont exterminer ces destructeurs de la civilisation, et la multitude, désillusionnée avec le christianisme, dont les esprits déistes à partir de ce moment sans boussole, soucieux d'un idéal, mais sans savoir où rendre son adoration, recevra la lumière pure à travers la manifestation universelle qui en découle le mouvement général réactionnaire qui suivra la destruction du christianisme et l'athéisme, les deux conquis et exterminés en même temps."

Après la mort de Mazzini le 11 mars 1872, Pike nommera Adriano Lemmi (maçon du 33ème degré), un banquier de Florence en Italie, pour gérer leurs activités subversives en Europe. Lemmi était un partisan du patriote et révolutionnaire Giuseppe Garibaldi.

Le 14 juillet 1889, Pike fît une déclaration au 24 conseils suprême, qui s'étaient réunis à Paris:

"Ce que nous devons dire à la foule: "Nous adoront un Dieu qui est le seul Dieu adoré sans superstition"...
..."Pour vous, Souverains Grands Inspecteurs généraux (maçon du 33ème degré), nous disons cela, que vous pouvez le répéter aux frères des 32ème, 31ème et 30éme degrés: "La religion maçonnique devrait être, par nous tous initiés de haut degrés, maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne".

Si Lucifer n'était pas Dieu, il serait Adonay (ou "Adonaï", en hébreu "Seigneur" le mot qui se réfère à l'Eternel) dont les actes prouvent la cruauté, la perfidie, et la haine de l'homme, la barbarie et la répulsion pour la science, et ses prêtres pourraient-ils le calomnier ? Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï est aussi Dieu. Car la loi éternelle est qu'il n'y a pas de lumière sans ombre, pas de beauté sans laideur, pas de blanc sans noir, de l'absolu ne peut exister que deux dieux: l'obscurité étant nécessaire à la lumière pour lui servir de feuille que le piédestal est nécessaire à la statue, et le frein de la locomotive...

...et la vraie religion pure et philosophique est la croyance en Lucifer, l'égal de Adonaï; mais Lucifer, Dieu de lumière et Dieu du Bien, se bat pour l'humanité contre Adonaï, le Dieu des ténèbres et du mal."

L'idéologie des Illuminati se poursuivit de différentes manières.

Adam Weishaupt mourut le 18 novembre 1830 et Giuseppe Mazzini en 1872. Mais les activités des Illuminati se poursuivirent par la création de diverses "Fraternité" au sein des Universités, afin de repérer dès le départ, ceux qui pourraient les aider à arriver à leur fins. Il y eu au départ la fraternité des "Phi Beta Kappa", qui s'étendra à l'université de Yale en 1780 et de celle de Harvard en 1781.

Ensuite, la fameuse société des "Skull and Bones", fondée à Yale en 1832, dont depuis sa création, près de 2500 étudiants feront partie.

Les Illuminati avaient désormais trouvé un terrain favorable avec l'Amérique toute naissante est le rôle majeur que joueront de plus en plus les Etats-Unis, vis-à-vis des autres pays. Viendront par la suite, bon nombre d'actions, qui seront déterminantes pour le monde entier. Comme par exemple la création du C.F.R., le "Council Foreign Relations", la "Commission Trilatérale" et le "Groupe Bildelberg.

Des Illuminati, ils ne garderont que l'idéologie et les principes fondamentaux d'action, sortiront de l'ombre et agiront désormais au grand jour par le biais de ces organismes officiels et de leur influence de plus en plus croissante dans le domaine de la politique, de l'économie et des relations internationales.

Commenter cet article