nouveau article Walt Disney magicien businessman et taupe du FBI a suivre

Publié le par Bernard Gasnot

y a 100 ans naissait Walt Disney. Le créateur d’un univers féerique qui ravit des générations d’enfants et de parents… mais aussi un homme torturé, à la personnalité complexe.

Que l’on aime Mickey ou pas, force est de constater que Walt Disney, né il y a 100 ans aujourd’hui, a su révolutionner l’industrie du divertissement. Un extraordinaire succès qui a transformé cet enfant du Middle West en icône intouchable, dont la légende est soigneusement entretenue par les héritiers à la tête de son empire. Mais derrière le sourire avenant d’Oncle Walt se cache une personnalité complexe et torturée.

Inventif et redoutable

 

Né le 5 décembre 1901, à Chicago, Walter Elias Disney se passionne rapidement pour le dessin au point de devenir illustrateur puis de créer sa propre agence de dessins animés. Très vite conscient de ses limites artistiques (ce n’est pas lui qui a créé Mickey en 1927), Disney s’entoure d’une équipe talentueuse. Visionnaire et pragmatique, il part pour Hollywood et développe sa société méthodiquement, créant des filiales (distribution, éditions musicales, droits dérivés…) pour faire face à la demande ou pour combler des vides qui risquent de pénaliser son activité. Malin, Disney saura aussi utiliser la télévision à son profit pour annoncer ses futures productions cinématographiques et lancer ses parcs à thèmes. Voilà pour l’aspect remarquable de son parcours. Dans la biographie qu’il consacre à Walt Disney, Marc Eliot révèle les aspects moins avouables de la personnalité du patriarche. Il décrit un homme torturé, colérique, dépressif et doté d’un ego immense qui l’amène à minimiser, voire éclipsé, les contributions de ses collaborateurs. Antisémite convaincu, il flirte même avec des mouvements proches de l’extrême droite avant de participer à l’effort de guerre, dans les années 40, avance Marc Eliot. Selon lui, Disney est également paternaliste et père la morale, dirigeant son entreprise d’une main de fer. L'auteur précise que si le patron de studio est radin avec ses employés, il dépense sans compter pour ses dessins animés ou ses parcs, toujours à l’affût du dernier progrès technique. Et d'affirmer que son anti-communisme acharné le pousse à "casser" les syndicats de son studio et à prendre part à la "chasse aux sorcières" qui frappe Hollywood dans les années 50.

La vérité est ailleurs ?

 

 

Marc Eliot révèle aussi que Walt Disney a été jusqu’à sa mort, le 15 décembre 1966, l’informateur zélé du FBI. Cette agence couvrirait d’ailleurs le "secret" qui a tourmenté Disney toute sa vie : il serait, en fait, un fils adopté ou d’un deuxième lit. Sa vraie mère aurait été une femme de ménage espagnole, originaire de Mojacar, près d’Almeria… Une "vérité" (avancée par plusieurs journalistes) qui remettrait en cause l’image de l’Américain moyen incarné par Oncle Walt.

Pour la défense de ce dernier, il faut reconnaître que sa personnalité ne s’éloigne guère de celle des nababs hollywoodiens de son époque. Et elle n’enlève rien à ses talents de businessman, qui a créé un empire de loisirs: cinéma, télévision, musique, parcs d’attraction, Internet, équipes de sport, ligne de croisière… la "Company" possède même sa propre île, dans les Bahamas ! Ce groupe international génère aujourd’hui près de 25 milliards de dollars (plus de 175 milliards de francs) de revenus. Enfin, reste son œuvre, qui horripile certains et fascine des millions d'enfants et leurs parents

.

Anticommuniste, antisyndical, autoritaire: Disney était aussi une personnalité controversée

BRUXELLES L'histoire veut qu'à l'âge de 10 ans, le petit Walt lève la main sur son père, alors que celui-ci s'apprêtait à le battre une fois de plus. Faut-il trouver dans cette jeunesse chaotique une explication aux thèmes qui parcourront son oeuvre? Des enfants perdus de Peter Pan à Cendrillon battue par sa belle-mère, en passant par Pinocchio cherchant à devenir un vrai petit garçon, l'enfance malheureuse se retrouvera dans nombre de ses dessins animés. Tout au long de sa carrière, Disney restera une personnalité controversée. Avec lui, la vie était loin des contes de fée qu'il décrivait. la face cachée du prince d'Hollywood, le papa de Mickey avait tous les vices: fumeur invétéré, alcoolique ,bisexuel, patron impitoyable, anti syndicaliste, anticommuniste.

Il est clair que si les nains de Blanche-Neige chantaient Siffler en travaillant, pour ses employés, c'était plutôt Suer en travaillant. En 1940, une grève éclate au studio. Les animateurs, qui s'estiment exploités pour un salaire trop maigre, défilent avec des pancartes We have no strings. Nous n'avons pas de ficelles, en référence à une chanson de Pinocchio. Histoire de bien affirmer qu'ils n'étaient pas des pantins

Disney sera aussi accusé d'avoir eu des contacts avec le parti nazi à la fin des années 30 afin que ses films soient toujours distribués en Allemagne (mais on remarquera qu'il produira de nombreux dessins animés antinazis pour l'armée vrai). Il fut un informateur du FBI. Où Disney n'était certainement pas un saint. On ne dirige pas un empire uniquement avec de bons sentiments. Mais un homme qui a fait rêver des millions d'enfants, se faisant le chantre de la tolérance, devait aussi avoir des qualités de coeur.

Dessinateur médiocre, il est pourtant devenu le roi du dessin animé malgres que pas mal dessinateur dessinaient a sa place Peu de gens savent ainsi qu'il était en fait un dessinateur médiocre et que ce n'est pas sous son crayon que Mickey a pris vie. L'histoire qui veut qu'il dessinât le personnage dans un train est fausse. La petite souris a en fait été dessinée par Ub Iwerks.

Disney était en fait un imposteur Rien ne serait plus faux. Disney était avant tout un homme d'idées. `Walt n'avait pas un très bon coup de crayon´ reconnaîtra Ward Kimball, un de ses animateurs. `Mais il savait toujours ce qui n'allait pas ou si le gag tombait à plat.´

 

Peu de cinéastes peuvent se targuer d'être considérés comme des stars par le grand public, au point que leur nom suffit à assurer le succès de leurs films. Spielberg ou Hitchcock ont réussi cette gageure. Mais Walt Disney a fait plus fort: 35 ans après sa mort, les spectateurs vont toujours voir le nouveau Disney comme si c'était lui qui l'avait réalisé!

Né le 5 décembre 1901, Walt Disney aurait eu 100 ans cette année. Quatrième enfant de Flora Call et Elias Disney, Walt ne vivra pas une enfance des plus heureuses. En 1918, il décide de partir en Europe, où il servira aux côtés des ambulanciers en France. De retour au pays, il embrasse alors une carrière de dessinateur dans la publicité et réalise ses premiers dessins animés dans les années 20. Avec son ami Ub Iwerks, il tourne la série des Alice, où une petite fille est plongée dans l'univers des cartoons. Un autre personnage, Oswald le lapin, fait sa renommée. Derrière son visage rond et ses longues oreilles, on devine déjà la silhouette de Mickey. Mais en 1928, il perd les droits sur ce héros. De cette désillusion naîtra la gloire, puisque c'est alors qu'il crée Mickey. La petite souris accouchera d'une montagne

Aujourd'hui, l'empire Disney pèse des milliards. Mais derrière les dessins animés et les parcs d'attractions, connaissait-on vraiment Walt Disney? C'est que rarement la légende a autant pris le pas sur l'homme.

Un visionnaire

 Tous ceux qui l'ont côtoyé reconnaîtront qu'il était bouillonnant d'idées, qu'il avait un sens du récit incroyable et que personne n'avait son pareil pour développer un personnage. Même s'il s'entourait des meilleurs collaborateurs, le moteur de l'usine à rêves, c'était lui! Et s'il n'a pas personnellement dessiné Mickey, c'est lui qui insufflera à la petite souris sa personnalité allant jusqu'à lui prêter sa voix fluette.

Mais, plus que tout, Disney était un visionnaire, un précurseur toujours en avance sur son temps. C'est lui qui, en 1928, tournera le premier dessin animé parlant, qui marque les débuts de Mickey. Cinq ans plus tard, il produira le premier dessin animé en couleurs. Et finalement, en 1937, il sera à l'origine de Blanche Neige, le premier long-métrage d'animation. Autant de projets auxquels personne ne croyait. Sauf lui.

De même, dans les années 50, alors que Hollywood voit dans la télé un ennemi, Disney sera le premier à s'en servir pour assurer la promotion de ses films ceux-ci ont sens cachés, une propagande par la télé  pour l’ordre nouveau établie par les 13 familles (Rothschild Rockefeller .etc). Il sera aussi celui qui révolutionnera les parcs d'attractions en créant Disneyland.

Le plus grand défi de Walt restera Disney World. Il ne parlait plus d'un simple parc d'attractions, comme Disneyland, mais d'une véritable ville. Il ne verra jamais son rêve. Le 15 décembre 66, il meurt d'un cancer du poumon. Longtemps, la rumeur a circulé qu'il s'était fait cryo-conserver. En fait, il est enterré au cimetière de Forest Lawn, à Hollywood Hills.

Une fois de plus, la légende avait dépassé la réalité...

Commenter cet article