Les secrets oubliés de la bibliothèque d’Alexandrie

Publié le par Bernard Gasnot

Les secrets oubliés de la bibliothèque d’Alexandrie

Lorsque les prêtres de l’Ëgypte et Babylone viennent prétendre que leurs chroniques étaient vieilles de centaines de siècles, cela nous paraît une grosse exagération. Pourtant, nous savons que les collections du Serapeum et du Brucheum d’Alexandrie contenaient plus d’un demi-million de manuscrits infiniment précieux. La découverte d’une seule partie de ces documents suffirait peut-être à nous faire changer d’un seul coup nos conceptions de l’histoire ancienne.

La Bibliothèque d’Alexandrie a été désignée à juste titre comme lieu de naissance de la science moderne. Si la civilisation européenne avait eu la chance d’en hériter en totalité, le progrès de l’humanité s’en serait trouvé grandement accéléré. C’est avec Cléopâtre que s’achève la lignée des monarques de l’ancienne Ëgypte. Dernière reine du pays des pharaons, elle aurait très bien pu donner l’ordre d’enfermer les archives et les papyrus dans des voûtes souterraines. Selon une tradition, certains livres sacrés de l’Égypte auraient été cachés dans des endroits secrets peu de temps avant que les Romains livrent au feu Alexandrie et ses bibliothèques.

On va jusqu’à prétendre que l’endroit où se trouvent les cachettes remplies des précieux manuscrits serait connu de quelques rares initiés d’une fraternité ancienne. C’est Jules César qui mit le feu à la flotte égyptienne devant Alexandrie ; comme l’on sait, l’incendie se répandit sur la ville et détruisit le Brucheum. Dioclétien restaura les bibliothèques, mais sous le règne d’Aurélien, le Brucheum fut une fois de plus détruit à fond. Des fanatiques chrétiens pillèrent le Serapeum sous le règne de Théodose. L’histoire ne nous renseigne pas sur le destin des livres qui furent volés. Il est possible qu’un certain nombre de rouleaux soit tombé entre les mains d’hommes éclairés qui les cachèrent en lieu sûr pour le bien des générations futures.

1 Le mystérieux informateur de Mme Blavatsky

Mme H. P. Blavatsky affirme dans son livre Isis dévoilée, qu’un monastère grec possède un manuscrit très rare de Théodas, scribe de la célèbre Bibliothèque d’Alexandrie. Elle prétend avoir vu entre les mains d’un moine une copie de ce document. On y indique que l’on procédait à des réfections dans la Bibliothèque peu de temps avant l’entrée de Jules César en Égypte et que, précédemment, tous les parchemins les plus précieux avaient été placés dans la maison d’un des bibliothécaires. Lorsque l’incendie allumé par les Romains détruisit les trésors accumulés dans la bibliothèque de Cléopâtre, il fut généralement admis que les papyrus retirés avaient été brûlés eux aussi, mais grâce aux efforts des bibliothécaires qui s’attendaient à un désastre en temps de guerre, ils auraient été sauvés en grande partie.

L’informateur de Mme Blavatsky, qui possédait une copie du document rédigé par Théodas, lui dit qu’au moment opportun beaucoup de gens pourraient prendre connaissance de ce rapport ancien sur le destin de la Grande Bibliothèque. Il leur révèlerait l’endroit où furent cachés les rouleaux précieux. Il s’agirait, toujours selon le moine, de milliers de livres, spécialement choisis et emmagasinés en Asie. Disait-il la vérité ou inventait-il ?

Selon plusieurs récits, une bonne partie des documents de la bibliothèque d’Alexandrie seraient maintenant entreposés dans les caves du Vatican, l’un des lieux les plus sécurisé au monde.

Ces documents ne sont accessibles qu’aux plus grands initiés Jésuites et au Pape Noir (chef des Jésuites).

Ces Jésuites sont les plus hauts initiés des illuminatis sur Terre. Ce que contiennent ces documents, ce savoir réel sur notre Histoire, représente la plus grande menace au monde contre les illuminatis. Les infos contenues dans ces documents détruiraient immédiatement toutes les religions car la preuve de l’intervention extra-terrestre et des anciennes civilisations (Mu, Atlantide…) permettraient à tout le monde de comprendre l’Histoire de l’Humanité qui est en totale opposition avec les légendes qui nous ont été racontées dans la genèse, laquelle n’est qu’un langage codé rempli d’erreurs volontairement ajoutées pour maintenir l’Homme dans l’ignorance afin de pouvoir le programmer et ainsi le contrôler.

La rétention de ces documents par le Vatican représente le plus grand crime contre l’Humanité. Il est la cause de toutes les guerres de religions, et des guerres en général car si l’Homme savait qui il est réellement, et quelle est son Histoire, son niveau spirituel serait beaucoup plus élevé et nous ne nous permettrions pas de nous battre entre nous de la sorte. Ce savoir appartient à toute l’Humanité, il est temps qu’il soit enfin diffusé.

Grâce a internet et malgré l’interdiction d’accès à ces documents originaux, certaines informations filtrent et se retrouvent sur Internet. Ceci étant dit, rien n’empêchera la divulgation de ces connaissances, et cela pour plusieurs raisons :

Une grande partie de ces connaissances (la vérité sur l’essence même de l’Être Humain) peut se retrouver par le travail de recherche intérieur (méditation) ainsi que dans d’autres textes anciens qui ont survécus dans d’autres régions du monde (Inde, Amérique du sud, Amérique du nord, autres régions d’Afrique…). On retrouve aussi des copies lors de fouilles archéologiques et ainsi ces savoirs refont surface.

La source Extra-Terrestre….

Nous sommes monitorés depuis le commencement par des races ET bénéfiques et ils ont donc toutes les archives et la connaissance de notre Histoire, donc peut importer que les illuminatis détruisent les tablettes sumériennes, enterrent dans des coffres forts les documents les plus anciens et les plus secrets, notre Histoire est entièrement préservée par d’autres Etres plus évolués qui attendent notre réveil. Quand nous serons suffisamment grands, le contact à grande échelle se fera et notre Histoire nous sera rendue.

La vérité nous libérera !

Commenter cet article