Gels douche, dentifrices, shampooing, déodorants, tampons… Tous ces produits de salle de bains qui sont dangereux pour votre santé

Publié le par Bernard Gasnot

Avec les produits d’hygiène, c’est l’horreur à tous les étages, très grave… Nous avons grandi dans une société qui nous a inculqué une certaine l’hygiène, dans laquelle il faut prendre soin de soin, mais trop rarement il nous est expliqué de derrière ces produits bien présentés aux vertus incroyables, le pire peut se cacher. N’oubliez pas cette enquête de UFC-Que choisir qui avait révélé que dans 185 produits cosmétiques se trouvaient des « substances préoccupantes ». Quand les produits d’hygiène nous font plus de mal que de bien, il est alors grand temps de penser aux alternatives…

les sels d’aluminium des déodorants et le cancer du sein. Mais ce n’est pas le seul produit auquel vous devriez vous intéresser dans votre salle de bains. Votre salle de bains ne vous veut pas que du bien. Une étude sur les déodorants, des révélée s’interroge sur le lien entre cancer du sein et les sels d’aluminium utilisés dans certains produits. Une étude qui, si elle ne permet pas de conclure à la dangerosité des déodorants, rappelle une nouvelle fois qu’il vaut mieux faire attention à la composition de vos produits hygiéniques et cosmétiques qui peuvent être pleins de substances indésirables. En s’appuyant sur le travail effectué par l’UFC-Que Choisir, qui liste 12 substances à éviter, franceinfo vous dresse la liste (non exhaustive) des produits dont vous devriez lire attentivement l’étiquette si vous souhaitez appliquer le principe de précaution.

Les dentifrices : attention au sodium lauryl sulfate Le SLS

Le SLS altère le goût, donne des aphtes et irrite les muqueuses nuire à la fertilité, au métabolisme et au développement d’un individu. Les jeunes enfants et les femmes enceintes y sont particulièrement sensibles

Le  propylparaben poserait, à des degrés variables, des problèmes perturbant le système endocrinien et de la reproduction. Les parabens sont en effet fortement suspectés d’avoir un effet « oestrogénique » qui accélèrerait l’apparition d’une tumeur au sein.

Le tricotant perturbateurs endocriniens

 

Selon l’UFC-Que Choisir, au moins 21 dentifrices vendus en grandes surfaces contiennent l’un de ces trois ingrédients indésirables. Les grandes marques comme Signal, Colgate et Oral-B figurent en bonne place dans cette liste. « Même les grandes marques sont à épingler », assène l’association  Quelle alternative ? Commencez par lire attentivement les étiquettes avant de faire votre choix, à la recherche des 12 substances listées par l’UFC-Que Choisir. « Il n’y a pas de recette miracle. Il faut prendre ses lunettes et prendre la peine de lire la liste de composition, explique Olivier Audrault, de l’UFC. On a mâché le travail aux consommateurs en sélectionnant les composants les plus problématiques. »

Shampooing et colorations capillaires : des allergènes et des perturbateurs endocriniens à l’assaut de vos cheveux

Après les dentifrices, le shampooing est le type de produit le mieux représenté parmi les flacons épinglés par l’UFC-Que Choisir, avec 18 produits. On y trouve une liste impressionnante (et difficile à lire) de produits indésirables : des allergènes comme les p-phénylènediamine, methylchloroisothiazolinone et methylisothiazolinone, des substances irritantes comme le sodium lauryl sulfate ou l’ammonium lauryl sulfate, ainsi que des perturbateurs endocriniens comme le propylparaben ou l’ethylhexyl methoxycinnamate. Méfiance également si vous vous teignez les cheveux. Treize colorations capillaires présentent les mêmes ingrédients indésirables que les shampooings.

 

Quelle alternative ? En matière de shampooing comme de gel douche, il vaut mieux privilégier « les produits sous forme de savonnette plutôt que de gel douche : moins il y a d’ingrédients, mieux ça vaut », expliquait Philippe Perrin, directeur de l’Institut de formation en santé environnementale. Le site spécialisé Slow Cosmétique propose des modèles de shampooing solide.Les gels douchent : gare au methylisothiazolinone et à l’ammonium lauryl sulfate

Sous la douche, vos gels proposent un éventail de produits indésirables. On peut y trouver du methylisothiazolinone et du methylchloroisothiazolinone, deux allergènes. Mais également du sodium lauryl sulfate et de l’ammonium lauryl sulfate, deux irritants, des perturbateurs endocriniens comme le sodium propylparaben. Au total, 14 gels douche contiennent l’un de ces produits. Là encore, de grandes marques comme Le Petit Marseillais figurent dans cette liste. « Les perturbateurs endocriniens sont à bannir chez les tout-petits, les adolescent(e)s et les femmes enceintes »,

Quelle alternative ? Là, encore, il faut lire la notice et privilégier les savons solides, qui comportent moins d’ingrédients.

Les déodorants : attention aux sels d’aluminium et au cyclopentasiloxane Vos voisins de métro vous remercieront peut-être, mais pas votre corps. S’asperger les aisselles de déodorant tous les matins est potentiellement risqué, selon une nouvelle étude publiée dans l’International journal of cancer (en anglais) révélée par Le Parisien. L’oncologue suisse André-Pascal Sappino et son compatriote Stefano Mandriota ont étudié l’impact des sels d’aluminium, un composant que l’on retrouve dans la plupart des déodorants, sur le cancer du sein. Résultat : « Le réquisitoire contre les déodorants contenant de l’aluminium, soupçonné d’être cancérogène, s’alourdit », expliquent les deux hommes. Menée sur des souris, l’étude « fournit des preuves expérimentales que les sels d’aluminium pourraient être cancérigènes ». Ils recommandent d’appliquer le principe de précaution : « La sagesse voudrait que l’on évite l’emploi de ces anti transpirants », estiment-ils, en citant l’exemple de l’amiante, dont on a mis cinquante ans à prouver la toxicité. Les sels d’aluminium ne sont pas les seules substances qui posent problème au rayon déodorant. En février, l’UFC-Que Choisir a relevé la présence d’un perturbateur endocrinien, le cyclopentasiloxane, dans 16 produits.

Quelle alternative ? Pas de panique. « Cette étude, c’est beaucoup de bruit pour rien. Les conditions [une expérience sur des souris] sont très éloignées de l’application d’un déodorant », estime la dermatologue Catherine Oliveres-Ghouti. D’autres études, citées par Allodocteurs.fr, n’ont pas décelé de lien entre les sels d’aluminium et le cancer du sein.

Si vous êtes cependant un adepte du principe de précaution, les déodorants sans sels d’aluminium existent.

Le mieux reste de préparer ses produits d’hygiène et de cosmétique soi-même, ils auront l’avantage d’être bio et ne contiendront aucune substance de réellement toxique, entre autres avantages: Quand vous réalisez vos cosmétiques maison:  » Home Made « , vous utilisez, peu de produits avec des produits de bases qualitatifs, naturels et bio. Ils sont d’ailleurs souvent mieux dosés que dans les cosmétiques conventionnels. Vous respectez votre santé et l’environnement. Faire ses cosmétiques maison ne représente pas un énorme investissement à part au démarrage pour acquérir les produits de bases. Vous avez besoin de quelques produits et d’ustensiles que vous trouverez facilement dans votre cuisine. Je vous indiquerai plus bas les bonnes adresses du Web. Evidemment, vous serez tentez des choisir des contenants de plus en plus jolis et de développer, pourquoi pas, vos propres étiquettes pour embellir la déco de votre salle. Donc à chacun son budget et ses possibilités. Il existe toujours 2 alternatives. Fabriquer ses cosmétiques maison ou acheter des produits Slow respectueux de votre santé et de la planète. En utilisant des déos et des shampoing solides Slow et Bio :  » Ma salle de bain zéro déchets «  de Julien KAIBECK, un article très intéressant sur ces produits !

Commenter cet article