1 Histoire de Coca-Cola et les nazis

Publié le par Bernard Gasnot

l'histoire de Coca-Cola a commencé en 1886 lorsque la curiosité d'un pharmacien d'Atlanta, le Dr John S. Pemberton, l'a conduit à créer une boisson douce dégustation distinctive qui pourrait être vendu à des fontaines de soda. Il a créé un sirop aromatisé, a pris à sa pharmacie de quartier, où il a été mélangé avec de l'eau gazeuse et jugée «excellente» par ceux qui échantillonné-il. Partenaire et comptable du Dr Pemberton, Frank M. Robinson, est crédité de nommer la boisson "Coca-Cola", ainsi que la conception de la marque de commerce, un script distinct, encore utilisé aujourd'hui. Les premières portions de Coca-Cola ont été vendues pour 5 cents par verre. Au cours de la première année, les ventes en moyenne un modeste neuf portions par jour à Atlanta. Aujourd'hui, portions quotidiennes de boissons Coca-Cola est estimé à 1,9 milliard dans le monde.

Avant sa mort en 1888, juste deux ans après la création de ce qui allait devenir le # 1 mondial vendu boisson pétillante, le Dr Pemberton a vendu des parties de son entreprise à diverses parties, avec la majorité des intérêts vendus à Atlanta homme d'affaires, Asa G . Candler. Sous la direction de M. Candler, la distribution de Coca-Cola étendu aux fontaines de soda au-delà d’Atlanta. En 1894, impressionné par la demande croissante de Coca-Cola et le désir de rendre le portable de boisson, Joseph Biedenharn installé des machines d'embouteillage à l'arrière de sa fontaine à soda Mississippi, devenant ainsi le premier à mettre Coca-Cola en bouteilles. Grand embouteillage d'échelle a été rendue possible seulement cinq ans plus tard, en 1899, trois hommes d'affaires entreprenants à Chattanooga, Tennessee garantis les droits exclusifs de la bouteille et la vente de Coca-Cola. Les trois entrepreneurs ont acheté les droits d'embouteillage de Asa Candler pour seulement 1 $. Benjamin Thomas, Joseph Whitehead et John Lupton développé ce qui est devenu le système d'embouteillage Coca-Cola dans le monde entier.

En Allemagne, reprise de l’entreprise coca cola  l'homme de main de Bob Woodruff, le patron spartiate de la Coca-Cola Company , s'appelle Max Keith , rentré comme comptable dans la filiale d'Essen en 1933. Il en prendra les rennes en 1936, pour bons services rendus pendant les J.O. de Berlin. Ses méthodes de management, rapporte minutieusement Mark Pendergrast, ressemblaient à celles du Führer (qui adorait, comme il s'entend, la boisson). Keith aimait à porter une petite moustache bienveillante. 
Keith obtient d'emblée la confiance totale de Woodruff. Toujours en 36, Goring prend en charge un plan d'auto-suffisance et tend à décourager l'activité de sociétés étrangères. Woodruff intervient et négocie directement avec les nazis pour obtenir que le "concentré" de Coke (l'ingrédient numéro puisse être importé. Coca-Cola GmbH est alors considérée comme une société allemande.

1937, Düsseldorf. Première foire industrielle nazie ("Shaffendes Volk", ou Le peuple créateur). Coke en est une des pièces maîtresses. Son stand se dresse à côté de celui du Bureau de la Propagande.

Mars 1938. Le Reich envahit l'Autriche. Au même moment, Coke tient sa convention. Trois énormes swatika, la croix nazie, s'affichent derrière la tribune. Le traditionnel Sieg-Heil est scandé trois fois.

Septembre 1939. La guerre éclate. Keith et son adjoint, Walter Oppenhoff, s'immiscent dans les cercles du IIIème Reich, grâce à des amis au ministère de la Justice : ils réussissent à être nommés à "l'Office de la propriété ennemie".

Keith et ses hommes suivent le Reich dans ses conquêtes : ouverture d'une filiale en Autriche en 1938, et en 1940 prise de contrôle des activités de Coca en France, en Italie, et au Bénélux.

Fin 1941, le vent tourne. Le sirop secret de Coca-Cola n'est plus autorisé à l'export par les américains. Mais Keith invente une nouvelle marque : Fanta -- 3 millions de caisses distribuées en 2 ans. Fanta sera exempté de rationnement sur le sucre. Et permettra à la filiale de Coca-Cola de poursuivre son activité. Comme l'a fait aussi la firme Ford, Coca-Allemagne va participer à l'effort de guerre nazi (usines et camions réquisitionnés, les bouteilles vont aussi servir de précieux récipients pour enfermer de l'eau gazeuse ou des médicaments).

Jusqu'à la fin de 1942, les stocks de Coca-Cola en Allemagne seront réservés aux militaires du Reich et aux hôpitaux pour "soulager" les blessés.

Les 43 sites d'embouteillages vont être bombardés jusqu'en 1944. Mais Keith continue de produire son Fanta dans des usines de fortune, en employant des criminels allemands, exclus de l'amée du Reich, mais aussi des prisonniers de guerre en travail obligatoire.

1945. Hitler se suicide. La guerre est finie. Keith envoie un câble à Woodruff : "Coca-Cola GmbH est encore en activité", exulte-t-il. "Envoyez des consultants." Il sera entendu. Même s'il est mis à l'écart par les représentants de Coke qui veillent à relancer le business en Allemagne, en 1949 Keith réussit à convaincre le grand Boss, Bob Woodruff, de reprendre en main la filiale allemande. Fanta est toujours une marque déposée du groupe Coca-Cola.

Détail: l'ancien boxeur Max Schmeling , présenté sans doute à ses dépens comme le symbole de la suprématie aryenne depuis les J.O. de Berlin, devient en 1957 le patron d'une usine d'embouteillage de Coca-Cola à Hambourg. La passion pour la petite bouteille brune mène à tout.

Coca-Cola, est racheter par l'amérique ! Rien que pour cela, il y a de quoi le boycotter en signe de protestations. S'attaquer à une politique, c'est s'attaquer à ses symboles. Mais si seulement il n'y avait que cela... Dans cette rubrique, vous allez pouvoir connaître le passé trouble de Coca-Cola et les faits actuels qui en font une multinationale qui exploite ses employés d'une manière digne des agissements de Nike.

Ensemble, utilisons notre pouvoir d'achat pour le bien de l'humanité toute entière !

Afrique : Soigner les malades du SIDA n'est pas rentable...

Coca-Cola est le plus important employeur du secteur privé en Afrique : il emploie 100 000 personnes à la distribution de produits Coca-Cola sur tout le continent, à l'exception de deux pays.
En 2001, le chiffre d'affaire de Coca-Cola en Afrique a atteint 621 millions de US$, et représentait le plus fort taux d'accroissement des ventes de la compagnie à l'échelle mondiale. La même année le sida a tué plus de 2,3 millions de personnes sur le continent africain...

Selon les estimations, la marge bénéficiaire de Coca-Cola devrait augmenter de 12% en Afrique durant les 4 prochaines années, dépassant les marges bénéficiaires dans toutes les autres régions du monde. Les marchés les plus rentables pour Coca-Cola sur le continent Africain se trouvent en Afrique Sub-Saharienne, où 26 millions de personnes sont infectées 95% des 40 millions de personnes atteintes du sida dans le monde n'ont pas accès aux traitements et aux soins parce que les responsables politiques et les directions des multinationales estiment que les traiter n'est pas rentable.

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article