Moïse et l'exode

Publié le par Bernard Gasnot

Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode
Moïse et l'exode

Aujourd'hui nous connaissons tous l'histoire de Moïse, qui parvint à faire sortir les Hébreux d'Egypte, puis à les emmener vers la terre promise. Cependant, s'il est communément admis que les premiers personnages présentés dans la Bible sont d'ordre mythologique (Adam et Eve, Caïn et Abel, Noé, voire Abraham), Moïse reste considéré comme un prophète dont l'historicité n'est pas à remettre en cause, même par les croyants les plus modérés. Mais qu'en est-il en réalité ? Moïse est-il un personnage réel, faisant jonction entre le récit bible « mythologique » et le récit biblique « historique » ? Si oui, à quelle époque se déroula l'exode et quel pharaon affronta-t-il ? Et dans le cas contraire, quels sont les éléments archéologiques nous permettant de démontrer la non-historicité de Moïse ?

Moïse présentant les dix commandements aux Hébreux.

De prime abord, il convient de préciser que la Bible consacre quatre livres entiers au personnage de Moïse : l'Exode, qui raconte le départ des Hébreux d'Egypte, le don des dix commandements et les pérégrinations dans le désert du Sinaï ; le Lévitique, un recueil de lois (interdits alimentaires, règles du sacrifice, rituels religieux, etc.) ; les Nombres, qui relate le voyage des Hébreux jusqu'à la terre promise ; et le Deutéronome, qui revient sur plusieurs récits et lois présentés dans les livres précédents, et s'achevant sur la mort de Moïse. Cette quantité colossale de textes démontre l'importance de ce prophète dans les trois religions monothéistes, d'autant que pendant longtemps, les érudits considérèrent que ces quatre livres avaient été écrits par Moïse lui même.

Selon la Bible, ce dernier naquit au sein d'une famille d'Hébreux, à une époque où ce peuple, venu travailler en Egypte, avait été réduit à l'esclavage par le pharaon. Mais suite à la naissance de l'enfant, ses parents décidèrent de le placer dans un panier d'osier et de l'abandonner sur les rives du Nil (car les nouveau-nés mâles devaient être mis à mort). Cependant, le panier dériva et fut découvert par la fille du pharaon, qui décida de donner au bébé le nom de Moïse (ou Mosheh en hébreux

La fille du pharaon découvre Moïse sur les eaux.

Devenu adulte (le livre de l'Exode ne comporte aucune indication sur la jeunesse de Moïse), ce dernier tua un Egyptien qui battait un Hébreux, et, craignant que son geste ne soit appris par le pharaon, décida de partir vers le pays de Madian. Ce dernier y rencontra alors Jéthro le sacrificateur, qui lui donna l'une de ses filles en mariage, nommée Séphora. Pendant plusieurs années, Moïse resta à Maidan, s'établissant comme berger pour le compte de son beau-père. C'est alors que l'Eternel lui apparut à travers un buisson enflammé, ordonnant à Moïse de faire sortir les Hébreux d'Egypte. Ce dernier, bien que souffrant de difficultés d'élocution et craignant de ne pas être pris au sérieux par le pharaon, décida malgré tout de rentrer en Egypte.

Moïse, assisté par son frère Aaron (l'on ne sait pas si cette fraternité est littérale ou pas), rencontra alors le nouveau souverain d'Egypte, qui avait succédé à son père pendant l'épisode de l'exil à Maidan. Ce dernier, refusant évidemment de libérer ses esclaves, affronta alors le courroux du Tout-Puissant, qui abattit sur lui les dix plaies d'Egypte : eaux transformées en sang, invasion de grenouilles, de mouches, de vermine, épidémie de peste, de lèpre, déluge de grêle, invasion de sauterelles, ténèbres pendant trois jours, et mort de tous les premiers nés.

Episode des dix plaies d'Egypte.

1A l'issue de la dixième plaie, le pharaon accepta malgré lui de libérer les Hébreux, mais alors que ces derniers se trouvaient sur les rives de la mer Rouge, il fut pris de remords, et décida de partir à leur poursuite. Cependant, alors que les anciens esclaves se croyaient pris au piège, Moïse ouvrit la mer en deux, permettant à son peuple de traverser. L'armée de pharaon, traversant tardivement le passage, fut alors surprise par le déferlement des eaux, et fut engloutie.

Moïse séparant les flots de la mer Rouge.

Par la suite, Moïse conduisit les Hébreux au pied du mont Sinaï, où Dieu lui dicta les dix commandements. Cependant, alors que ses compatriotes s'étaient mis à adorer un veau d'or, il brisa les tables de lois et châtia les idolâtres. Mais par la suite, il grava deux nouvelles tablettes. Finalement, après quarante années d'errance dans le désert, les Hébreux arrivèrent en terre promise. Cependant, Moïse ne fut pas autorisé à y entrer par l'Eternel. Le prophète, montant sur le mont Nebo, put cependant voir le territoire alloué à son peuple, puis mourut, à l'âge de 120 ans.

Moïse, âgé, contemplant la terre promise.

Josué, nommé successeur de Moïse, fut donc chargé par l'Eternel de guider les Hébreux dans la conquête du Pays de Canaan. Mais si la légende de Moïse est connue, tout comme celle de l'exode, qu'en est-il de leur historicité ? De prime abord, la légende du bébé trouvé sur les eaux n'est pas inédite, et l'on retrouve un récit identique concernant la jeunesse de Sargon d'Akkad, qui régna sur la Mésopotamie au XXIII° siècle avant notre ère. Ainsi, un récit retrouvé à Ninive (mais daté du VIII° siècle) raconte que Sargon, alors bébé, avait été placé dans un panier en osier scellé avec du bitume, puis jeté dans l'Euphrate. Il fut alors découvert par un dénommé Aqqi, un puiseur d'eau qui l'éleva comme son fils.

Dans un même ordre d'idées, Romulus et Rémus, les fondateurs de Rome, furent placés dans un panier en osier alors qu'ils venaient de naître, puis jetés dans le Tibre. Par la suite, ils furent recueillis par un louve qui les traita comme ses

propres petits. Puis ils furent adoptés par un berger nommé Faustulus. La louve allaitant Romulus et Remus, fresque restaurée de l'Ara Pacis (autel de la paix d'Auguste), vers 10 avant Jésus Christ, musée de l'Ara Pacis, Rome. Idem pour l'épisode de l'ouverture des eaux de la mer Rouge. En effet, le conte égyptien La rameuse du lac, rédigé vers 2500 ans avant notre ère, nous fait le récit d'une ballade du pharaon sur le Nil, accompagné de son harem. Cependant, l'une des filles ayant laissé tomber un bijou de grande valeur dans le fleuve, ses amies arrêtèrent de ramer. L'un des magiciens du roi souleva alors un pan d'eau, qu'il replia sur le fleuve, et réussit à récupérer le bijou à sec. Concernant le personnage en lui-même, force est de constater qu'il n'existe pas de sources archéologiques permettant d'attester de l'historicité de Moïse.

Mais la Bible, qui commença à être rédigé vers l'an 600, n'adopta sa forme finale qu'au cours du V° siècle avant Jésus-Christ, à une époque où la civilisation hellénique était florissante. Ainsi, l'on retrouve plusieurs mentions de Moïse dans des textes grecs inspirés de la Bible : dans l'Histoire d'Egypte, l'écrivain Hécatée d'Abdère mentionne Moïse comme le guide de la nation de Iouda ; dans les fragments de l'ouvre d'un certain Eupolémos, le prophète est considéré comme le « premier sage », ayant fait don de l'alphabet aux Phéniciens et aux Grecs ; dans Sur les rois de Judée, de Démétrius le Chronographe, l'auteur mentionne Moïse, tentant de résoudre les problèmes de chronologie biblique ; au II° siècle avant notre ère, Artapan d'Alexandrie assimile Moïse à Thot, dieu de la sagesse, lui attribuant l'invention de l'alphabet ; l'historien grec Strabon, dans Géographie (I° siècle après Jésus-Christ), indique qu'un prêtre nommé Moïse s'insurgea contre les représentations de la divinité sous formes d'humains et d'animaux, arguant que le divin était partout, sur la terre, la mer, et dans tout l'univers ; enfin, le Romain Tacite, dans son ouvrages Les Histoires (début du II° siècle après Jésus-Christ), indique que le pharaon Bakenranef de la XXIV° dynastie (VIII° siècle avant notre ère), souffrant de la lèpre, décida de bannir les Hébreux, jugés responsables de l'épidémie. Ces derniers, sous la conduite de Moïse, errèrent dans le désert pendant six jours, et arrivèrent en terre promise le septième. Ils y fondèrent alors une ville et un temple. Plus tard, pendant le XIX° siècle, de nombreux auteurs, s'inspirant de textes grecs, tentèrent de rattacher ce personnage à des individus ayant vécu à la Cour égyptienne. Cependant, ces rapprochements sont plus qu'hasardeux,

Cependant, il convient de préciser que l'archéologie, concernant Moïse et l'exode, ne doit pas chercher une date, mais trois : l'époque à laquelle l'évènement est censé se dérouler ; les dates du contexte auquel le récit renvoie (relations diplomatiques avec l'Egypte et conflits avec les royaumes voisins) ; et la date à laquelle le récit fut finalisé. Concernant l'époque à laquelle l'exode est censé se dérouler, il convient de préciser que le récit biblique est particulièrement avare en détails. Ainsi, il ne mentionne aucune date, ni même le nom du pharaon qui s'oppose au prophète (alors que dans d'autres livres de la Bible, plus « historiques », l'on retrouve les noms de plusieurs souverains d'Egypte de la troisième période intermédiaire

Ainsi, le mythe de l'Exode est traditionnellement rattaché au Nouvel Empire, Moïse faisant face à Ramsès II, le plus puissant souverain d'Egypte (XIII° siècle avant Jésus-Christ). Cependant, ce pharaon a laissé une importante quantité de documents administratifs, et aucun ne fait mention de l'exode. Par ailleurs, l'esclavage stricto sensu n'existait pas en Egypte. Ainsi, à l'époque des pyramides, comme à celle des Ramessides (c'est-à-dire les descendants de Ramsès II), les ouvriers accomplissant les grands travaux étaient relativement bien traités par le pharaon... un fait attesté par l'archéologie qui contredit complètement le récit biblique.

Représentation archaïque montrant des esclaves égyptiens.

D'autres historiens évoquent un exode qui se serait déroulé à la fin de la dynastie ramesside, à une époque où le pays était en crise, et la domination égyptienne sur le Proche-Orient était remise en question (XI° siècle). Cependant, le même problème survient qu'avec la précédente hypothèse : pas d'esclaves, aucune mention d'un exode dans les sources égyptiennes, etc. Une troisième théorie tente de relier les Hébreux aux Hyksos, peuple asiatique ayant envahi l'Egypte au XVII° siècle avant notre ère. Ces derniers, grâce à leur armement bien plus avancé que celui des Egyptien (utilisation du cheval, du char, du bouclier, de la cote de maille, de l’arc composite et du cimeterre.), remportèrent rapidement la victoire. Cependant, ils ne s’emparèrent pas de l’ensemble de l’Egypte, préférant développer une intense activité commerciale dans le nord du pays. Cependant, il convient de préciser que la première mention du peuple d'Israël (désigné sous le nom d'Israr) fit son apparition vers 1200 avant notre ère, sur la stèle du pharaon Mérenptah (le texte indique seulement : Israël est détruit, sa semence même n'est plus).

Stèle de Merenptah, vers 1200 avant Jésus-Christ.

Par ailleurs, en parallèle de ces tentatives de datation, certains auteurs ont tenté de rattacher Moïse à des personnages historiques ayant vécu à la Cour égyptienne, comme nous l'avons indiqué précédemment. C'est ainsi que Moïse fut assimilé à un dénommé Ben Azen, haut fonctionnaire de Ramsès II (ou III), qui intervint comme intermédiaire entre les Egyptiens et les travailleurs shasou ; un « vagabond venu du nord » baptisé Beya, qui devint ministre de Séthi II (vers 1200) ; enfin, certaines théories rattacheraient Moïse au pharaon Akhénaton, qui tenta d'imposer le culte d'un dieu « unique » (plutôt un dieu principal, Aton, ayant prééminence sur tous les autres) pendant son règne (XIV° siècle).

Akhenaton, Néfertiti et leurs filles sous le soleil d'Aton, vers 1350 avant Jésus Christ, Neues muséum, Berlin. Cependant, si la question de l'historicité de Moïse pose problème, qu'en est-il de celle de l'exode ? Ainsi, s'il est compréhensible qu'un seul individu n'ait pas laissé de traces, quid d'un déplacement de population aussi massif que celui décrit dans l'Exode ?

De prime abord, il convient de préciser que le Proche-Orient, suite au départ des Hyksos, se trouva rapidement sous le contrôle de l'Egypte. Les pharaons se succédant à la tête du pays entretinrent donc d'importantes relations diplomatiques avec les cités sous domination égyptiennes et les royaumes restés autonomes. Cependant, aucune mention n'est faite des Israéliens ou des Hébreux jusqu'en 1200, date à laquelle fut gravée la stèle de Mérenptah, que nous avons évoqué plus tôt (et encore, l'Israr mentionnée ne correspondrait peut-être qu'aux habitants de la vallée de Jezreel, et non aux Israéliens en tant que tels).

Néanmoins, l'archéologie atteste la présence de nombreux travailleurs asiatiques, venus travailler dans la vallée du Fayoum, à l'époque des Ramessides. Parmi ceux-ci, l'on retrouve des populations sémites, qui sont régulièrement représentées dans l'iconographie égyptienne. Mais à noter qu'en règle générale, les étrangers vivant en Egypte étaient bien mieux traités que les métèques de la Grèce antique.

Tête d'un homme du Proche Orient, musée du Louvre, Paris.

Concernant l'exode, le récit biblique nous indique qu'il concerna 600 000 hommes, sans compter les enfants et le bétail. Ce chiffre, vraisemblablement symbolique, reste colossal, à une époque où l'Egypte du Nouvel Empire ne comptait que 2.8 millions d'habitants (d'autant que le chiffre de l'exode peut être porté à trois millions si l'on compte quatre enfants par famille). Un tel afflux d'immigrants aurait donc eu des conséquences dramatiques, laissant des traces indélébiles de l'Egypte jusqu'au Proche-Orient.

Cependant, l'archéologie n'a retrouvé aucune trace d'une immigration massive en provenance d'Egypte, que ce soit avant ou après le règne de Ramsès II. Par ailleurs, l'on n'a pas retrouvé non plus de preuves attestant une conquête militaire rapide du Pays de Canaan, telle qu'elle est décrite dans la Bible. Ainsi, s'il est attesté que le Proche-Orient fut la cible d'attaques de grande ampleur, lors de l'invasion des Peuples de la mer (XIII° au XII° siècle avant Jésus-Christ), il convient de préciser qu'il s'agissait d'un mouvement bien plus global (touchant aussi la Grèce, la Turquie et l'Egypte), s'étant échelonné sur plus d'un siècle.

Aujourd'hui, les sources archéologiques tendent à démontrer que les premiers Israéliens, installés dans le nord de Canaan, étaient au nombre de 45 000 vers 1200 avant notre ère (et ne pouvaient donc pas être les héritiers de la population colossale décrite dans la Bible). Ces derniers, restés ruraux pendant plusieurs siècles, s'alphabétisèrent progressivement, à compter du VIII° siècle.

Cela nous amène aux dates auxquelles le récit nous renvoie (ce qui constitue, comme nous l'avons vu plus tôt, la deuxième datation à rechercher).

Force est de constater que la Bible ne fait ni mention du Nouvel Empire, ni des Peuples de la mer, ni de la domination égyptienne sur le Proche-Orient, etc. En effet, le texte commença à être rédigé vers la fin du VII° siècle avant notre ère, à une époque où l'ancien royaume unifié d'Israël (dont l'historicité est contestée[6]) avait été divisé en deux Etats, le royaume de Juda, au sud (avec Jérusalem pour capitale), et le royaume d'Israël, au nord (avec Samarie pour capitale). Selon certains historiens, l'objectif du récit biblique était alors de faire appel aux souvenirs du « bon vieux temps », se remémorant l'époque où les Hébreux étaient unis sous la houlette de Moïse. D'autant qu'à cette date, Josias, roi de Juda, fut vaincu par le pharaon Nekao II suite à la bataille de Meggido (609), trouvant la mort lors de l'affrontement. Par ailleurs, son fils aîné, Joachaz, fut fait prisonnier par l'Egypte, et le royaume de Juda fut contraint de verser un tribut aux vainqueurs.

Les royaumes du Proche Orient (vers 830 avant Jésus Christ).

Cependant, selon d'autres chercheurs, les rédacteurs de la Bible auraient souhaité, à l'époque de la captivité à Babylone (VI° siècle avant Jésus-Christ), redonner espoir aux populations déportées d'un retour prochain au Pays de Canaan. Cependant, les deux explications ne sont pas inconciliables, le récit biblique ayant été retravaillé pendant plusieurs siècles, jusqu'à adopter sa forme finale au cours du V° siècle avant Jésus-Christ (il s'agit donc de la troisième date à retenir pour avoir une vision d'ensemble).

Ainsi, force est de constater que si l'historicité de Moïse et de l'exode n'est pas attestée, le récit biblique fut réécrit, retravaillé et enjolivé pendant au moins deux siècle. Dès lors, tout comme le « téléphone arabe » a tendance à modifier et déformer le sens du propos, ces nombreuses réécritures de la Bible ont entraîné une « dilution » du récit originel dans le fantastique et le merveilleux. Ainsi, Moïse serait donc un personnage « reconstruit » plutôt qu'un personnage réel.

Cependant, ce phénomène n'est pas une exception. L'on retrouve un schéma identique avec le légendaire roi Arthur de Bretagne (dont l'historicité, bien que débattue, n'est pas non plus attestée) ; Robin des Bois, personnage bien réel (l'on retrouve en 1228 un dénommé Robehod, emprisonné pour non-paiement d'une dette), devenu en l'espace de quelques siècles le héros que nous connaissons aujourd'hui ; ou encore Dracula, présenté comme un vampire se nourrissant du sang de ses victimes (en réalité un seigneur de Valachie nommé Vlad III Besarab, ayant vécu au XV° siècle).

Commenter cet article