Gutenberg a inventé l'imprimerie................... faux

Publié le par Bernard Gasnot

Gutenberg a inventé l'imprimerie................... faux

L'invention de l'imprimerie marqua une étape dans l'histoire de l'humanité, à l'instar de l'apparition du langage ou d'internet. Cependant, pendant plusieurs millénaires, des scribes de l'Egypte antique jusqu'aux moines copiste du Moyen-âge, la technologie ne permettait pas une diffusion rapide du savoir. Mais, comme nous l'avons tous appris à l'école, Johannes Gutenberg donna naissance à l'imprimerie au XV° siècle. Cette nouvelle invention, connaissant un rapide succès, fut un des évènements majeurs de la Renaissance Cependant, il semblerait que la réalité, une fois encore, soit bien plus complexe qu'on ne pourrait le croire.

1 Johannes Gutenberg, musée des Arts & Métiers, Paris.

En réalité, l'humanité découvrit très vite le procédé de l'imprimerie, la xylographie faisant son appariation en Chine au VI° siècle de notre ère. Cette invention permettait la reproduction rapide de textes ou de dessins, grâce à l'emploi de morceaux de bois gravés. A cette époque, la xylographie connut un important succès, étant plus rapide et moins chère que les procédés de reproduction à la main.

Par ailleurs, alors qu'à l'origine les textes étaient gravés sur un seul morceau de bois, les caractères mobiles firent leur apparition en Chine au XI° siècle. Ceci permettait une cadence de travail plus rapide, les caractères de bois étant plus faciles d'utilisation qu'une planche entière. A la même époque furent inventés les caractères en terre cuite, plus solides que les morceaux de bois, qui s'abîmaient au fil des impressions. Enfin, les caractères métalliques firent leur apparition en Corée au début du XIII° siècle.

Xylographie des mille Bouddhas, VIII° siècle après Jésus Christ.

Au fil des siècles, la xylographie s'exporta hors du continent asiatique, d'abord dans le monde musulman, à compter du X° siècle (cependant, cette invention fut interdite à la fin du XV° siècle), puis ensuite en Europe (peut-être au XIV° siècle, bien que cette datation fasse débat parmi les historiens). 2

En 1430, l'on retrouve aux Provinces-Unies un dénommé Jean Coster, qui aurait imprimé plusieurs ouvrages en utilisant des caractères de bois. A la mort de ce dernier, en 1440, un de ses employés, Jean, aurait enlevé tout le matériel afin de le transporter chez lui, à Mayence.

Selon la légende, ce Jean serait en réalité le frère aîné de Gutenberg, qui utilisa le matériel de Coster pour perfectionner les méthodes d'imprimerie, faisant appel à des caractères de plomb et non de bois. En réalité, l'Histoire n'a pas gardé de traces de Jean Coster (si, il possible de savoir si ce récit est véridique ou pas.)

En 1450, Gutenberg parvint à convaincre un riche banquier, Johann Fust, de financer son projet d'imprimerie. Ce dernier accepta, prêtant 800 florins à son partenaire, un somme considérable pour l'époque. Les deux hommes décidèrent alors de publier une Bible, seul ouvrage capable à l'époque de connaître un succès immédiat. Les travaux d'impressions se poursuivirent de 1452 à 1454, mais la Bible de Gutenberg n'eut pas le succès escompté. Mécontent d'avoir perdu d'importantes sommes d'argent, Johann Fust porta l'affaire devant les tribunaux. La Justice ayant tranché en faveur du banquier, ce dernier fit saisir l'atelier d'imprimerie de Gutenberg, puis procéda à l'édition du Psalmorum codex (recueil de psaumes en latin et en couleurs), qui connut un certain succès. Par la suite, Fust s'installa à Paris, contribuant à l'essor de l'imprimerie.

Quant à Gutenberg, ce dernier sortit ruiné de son association avec Fust. En 1465, l'archevêque de Mayence lui accorda une rente et le titre de gentilhomme, mais il mourut trois ans plus tard, largement méconnu de ses contemporains.

3 Un atelier d'imprimerie au XV° siècle.

Comme nous avons pu le constater, Gutenberg n'inventa ni l'imprimerie (apparue en Chine au VI° siècle), ni les caractères métalliques (apparus en Corée au XIII° siècle). Cependant, ce dernier fut le premier à utiliser une presse à imprimer (inconnue des Orientaux), mais aussi de l'encre d'imprimerie (plus épais que l'encre de Chine utilisé en Orient, ou l'encre mélangé à l'eau des moines copistes).

Par ailleurs, si la Bible de Gutenberg n'eut pas le succès escompté, l'imprimerie se diffusa en l'espace de quelques décennies dans toutes les grandes villes d'Europe. Preuve de cet engouement, l'on comptait 200 millions de livres imprimés dès le XVI° siècle, un chiffre multiplié par trois au siècle suivant.

Johannes Gutenberg Johannes frere Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg, dit Gutenberg (on trouve aussi dans des ouvrages anciens l'orthographe francisée Gutemberg, de même que son prénom est parfois francisé en Jean ), né vers 1400 à Mayence dans le Saint-Empire romain germanique et mort le 3 février 1468 dans sa ville natale, était un imprimeur allemand dont l'invention des caractères métalliques mobiles a été déterminante dans la diffusion des textes et du savoir.

Alors que son invention est considérée comme un événement majeur de la Renaissance, Gutenberg connut une existence difficile. Il sera spolié de son matériel par l'un de ses associés, Johann Fustnote , et ne sera sauvé de la misère que grâce à Adolphe II de Nassau qui lui accorda une pension à vie et le titre de gentilhomme de sa cour.

Commenter cet article