La loi El Khomri promulguée!

Publié le par Bernard Gasnot

La loi El Khomri promulguée!

Ce qui devait arriver arriva, la loi El Khomri/Macron2 qui n’est autre qu’une saloperie politique de première (autant dire les choses franchement) est donc promulguée! Cette loi est bien la preuve que la France n’est pas une démocratie, que la population n’est pas écoutée, et que nos élus dont plus personne ne veut obéissent aux ordres de Bruxelles puisque cette loi vient de là!

Cette loi, nous allons la sentir, la subir, et la payer très cher… Trois utilisations de l’article 49.3 pour la faire passer, et au final, il y a de quoi pleurer pour l’avenir des travailleurs français. Pauvre France….pleurer il peuvent-ils non rien fait les moutons si d’aller a euros 2016 dépenser 1000 euros

La loi Travail, adoptée à l’issue de cinq mois de conflit social et d’affrontements politiques, a été promulguée par François Hollande et publiée mardi au Journal Officiel.

Définitivement adoptée par le Parlement le 21 juillet, après un troisième recours du gouvernement au 49-3, la loi Travail avait reçu jeudi 4 août le feu vert du Conseil constitutionnel.

Les batailles parlementaires autour de la loi Travail étaient intenses alors que les affrontements bouleversaient les rues du pays.

De nombreuses manifestations émaillées de violences ont eu lieu ces derniers mois, les manifestants réclamant le retrait de la loi Travail.La loi a été proposée par le gouvernement français pour contribuer à la lutte contre le chômage dans le pays. Cependant, ce projet de loi comprend des mesures impopulaires auprès des militants et sympathisants de gauche.

La loi contestée porte sur la création d’une commission censée proposer au gouvernement, d’ici à deux ans, une réécriture de l’intégralité du Code du travail, prescrit une durée légale du travail de 35 heures, prévoyant dans le même temps de passer à une moyenne hebdomadaire de travail de 46 heures (au lieu de 44) sur 12 semaines. En cela, le patron d’une entreprise pourra recourir au licenciement économique en cas de « baisse significative des commandes ou du chiffre d’affaires », comparés à la même période de l’année précédente.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article