titanic  Tout était Écrit

Publié le par Bernard Gasnot

titanic  Tout était Écrit
titanic  Tout était Écrit
titanic  Tout était Écrit
titanic  Tout était Écrit
titanic  Tout était Écrit
titanic  Tout était Écrit

T1912, le Titanic sombre dans l'Atlantique. Un drame inattendu qui plonge le monde entier dans la stupéfaction. Et pourtant, en 1898, l'écrivain américain Morgan Robertson, imagine déjà le naufrage du plus grand paquebot fictif du monde, son nom : le Titan.

Titan et Titanic, 14 ans les séparent mais ces deux navires ont pratiquement le même nom et le même destin. Mais le plus troublant, c'est que les coïncidences ne s'arrêtent pas là. Dans le roman de 1898, le Titan pesait 70.000 t, il mesurait 243 m. Inauguré en 1912, le Titanic pesait près de 70.000 t, il mesurait 268 m. Le Titan possédait trois hélices, le Titanic, trois hélices. Vitesse maximale du Titan, 25 nœuds. Celle du Titanic, 25 nœuds. Nombre de canaux de sauvetage, 24 pour le Titan, 20 pour le Titanic. Le Titan peut accueillir jusqu'à 3000 personnes, le Titanic un maximum de 3300 personnes. Des similitudes déroutantes sur des détails incroyablement précis. Mais le plus impressionnant, c'est qu'en 1898, le Titan n'est qu'une pure invention littéraire. Les techniques sont telles qu'on ne peut même pas imaginer construire un jour ce genre de navire. "En 1898, la technologie, c'est celle du XIXe siècle.

Ce genre de navire n'existe pas en 1898, et pour les constructeurs, ce genre de navire n'existera pas. Techniquement, on ne peut pas les envisager, on n'a pas de quoi les construire et on a surtout par l'argent pour le construire. Que Robertson invente le navire idéal, et petit à petit on va s'apercevoir que la technologie va, peut-être sans le vouloir, piocher dans ce navire idéal pour se mettre à construire les vrais navires, et notamment le Titanic", Olivier Mendez, collectionneur, spécialiste du Titanic. Et les coïncidences continues. Le Titan et le Titanic étaient tous les deux sous pavillon britannique. Il possédait la même salle de bal, le même nombre de personnes dans l'orchestre, la même installation téléphonique, une multitude de détails inscrits dans le roman et qui prendront réellement vie, une quinzaine d'années plus tard. Mais le parallèle devient vraiment inquiétant quand on évoque le sort terrible que vont connaître ces deux bateaux. Dans le roman de 1898, le Titan coule une nuit d'avril vers minuit après avoir percuté un iceberg à tribord. 14 ans plus tard, le Titanic coule une nuit d'avril à 23:40 après avoir percuté un iceberg à tribord. Dans les deux cas, l'iceberg n'a été repéré qu'au dernier au moment. C'est-à-dire une trentaine de secondes avant l'impact. "Un détail qui fait froid dans le dos, c'est que les deux navires ont fait naufrage malgré leurs cloisons étanches.

En 1898, Robertson écrit dans son roman, qu'en actionnant un simple bouton, le capitaine du Titan pouvait fermer les cloisons étanches, ce qui rendait le navire pratiquement insubmersible. Lorsqu'on prend le Shipbuilder, qui est un magazine de navigation spécialisé dans la technologie maritime en 1911, il écrit à propos du Titanic, que le capitaine peut à n'importe quel moment en utilisant un bouton électrique, fermer des cloisons étanches ce qui rend le navire pratiquement insubmersible. Le vocable est le même dans les deux cas, et c'est dans les deux cas, au mot près, le détail qui a fait couler le navire : les fameuses cloisons étanches.
Lors du naufrage fictif du Titan, plus d'un millier de passagers imaginaires disparaissent. 14 ans plus tard, le Titanic fait plus de 1500 victimes. Les rescapés du Titan sont secourus par un navire à destination de Gibraltar et la Méditerranée. Ceux du Titanic, sont secourus par le Carpathia à destination de Gibraltar et la Méditerranée. Troublantes similitudes ! Comment expliquer tant d'informations inédites 14 ans avant les faits ?
"Je ne sais pas ce qui a poussé Robertson à choisir ce sujet, à choisir tous les détails qui aujourd'hui nous intriguent. C'est quand même un moment assez extraordinaire de l'histoire de l'écriture, de voir comment un homme perdu aux états-Unis, a réussi avec 14 ans d'avance, à prédire, à écrire un événement qui allait vraiment se dérouler", Robertson prétendait écrire sous l'emprise d'un partenaire astral. Personne n'a jamais su ce que cela voulait vraiment dire. En tout cas, cet auteur obscur aurait bien vite été oublié s'il n'avait pas eu la clairvoyance la plus dérangeante detoute l'histoire de la littérature.

L'épave du Titanic, paquebot de la White Star Line, repose par 3.821 mètres dans l'Atlantique Nord à quelques kilomètres de l'endroit où il a sombré le 15 avril 1912 à 02h20 du matin. Elle est finalement découverte le 1er septembre 1985 par Robert Duane Ballard dans le cadre d'une mission secrète pour la marine américaine.

Plus de deux miles vers le bas, la fantomatique proue du Titanic émerge de l'obscurité sur un plongeon par l'explorateur et cinéaste James Cameron en 2001. Le navire aurait pu survivre à une collision de "tête" avec un iceberg, mais un coup sur son côté tribord a percé beaucoup trop de ses compartiments étanches. Walden Media. Les hélices du Olympic - le navire-jumeau identique au Titanic - et les travailleurs nains des chantiers navals de Belfast où les deux paquebots ont été construit. Peu de photos existent du Titanic, mais l'Olympic donne un sens à ce grand dessein.

NATIONAL MUSEUMS NORTHERN IRLANDE.

Avec son gouvernail fendant le sable et les deux pales de l'hélice sortant furtivement de l'obscurité, la poupe sévèrement mutilée du Titanic repose sur un plan abyssal, 1970 pieds au sud de l'arc le plus photographiée. Cette mosaïque optique combine 300 images haute résolution prises lors d'une expédition de 2010.

Vues éthérées de l'arc du Titanic offre une exhaustivité de détails jamais vus auparavant. Les mosaïques optiques sont constituées chacunes de 1500 images haute-résolution corrigées à partir des données sonar. Comme le profil tribord le montre, le Titanic a labouré le fond marin le nez en premier, laissant la coque avant enterrée dans la boue obscure, peut-être pour toujours, des blessures mortelles infligées par l'iceberg.
La poupe battue du Titanic, prise ici en profil et au-dessus, entend témoigner de l'extrême traumatisme infligé car il a vrillé vers le bas. Donner un sens à cet enchevêtrement de métal présente des défis sans fin aux experts. Ne dit-on pas : "Si vous devez interpréter cette chose, vous devez aimer Picasso".

Visible pour la première fois grâce à l'imagerie sonar, les restes du navire et de son contenu s'étalent à travers mille hectares sur le fond marin en pente douce. Combiné avec des mosaïques d'objets individuels (images en couleur), cette carte de la zone principale de l'épave aidera les experts, à explorer, à gérer et protéger le Titanic, et le site archéologique à long terme.

1/ Le couvercle de la trappe du Cargo N°1 : Les analystes judiciaires estiment que le massif couvercle de la trappe avant de la soute (1a) a fait sauter la trappe (1b) lorsque l'arc a percuté le fond marin.

2/ Petites grues : Les bateaux de survie du Titanic ont été hissés par-dessus bord par de petites grues. La plupart ont été commissionnées sur le pont par l'agitation des câbles. Ces deux ont été empêtrés par des cordes ballantes après qu'un bateau a été lancé.

3/ Arrière du grand escalier su dôme : Décoré comme le grand escalier du dôme avant en vedette dans le film Titanic, le grand escalier arrière descendait au restaurant à la carte de luxe, permettant aux clients d'arriver en tenue de soirée.

4/ Chaudière asymétrique : Cinq chaudières de 57 tonnes sortait de la chaufferie 1 comme des billes géantes lorsque la coque s'est fendue en deux. La plus petite à bord, ils ont été utilisés pour chauffer et éclairer le navire dans les ports.

5/ Coque à double fond : Deux sections de coque à double fond du Titanic (5a et 5b) ont déchiré la poupe quand il a coulé. Leur forme hydrodynamique peut expliquer le bon atterrissage à l'est du reste des débris. Comment un tas de la terrasse (5c) a atterri à proximité reste un mystère ! Deux des moteurs du Titanic se trouvent exposés dans une section transversale béante de la poupe

Drapés de "rouille" - dans des stalactites orange créent par des bactéries mangeuses de fer - ces structures massives, de quatre étages de haut, ont alimenté le déplacement du plus grand objet sur la Terre fait par l'homme. Pleurant de larmes, une ancre de 15 tonnes pend à partir du côté bâbord du navire.
L'ancre tribord a été déployée pour les arrêts à Cherbourg, en France, et Queenstown, Irlande, mais celle-ci n'a jamais été utilisée. Une section tombée de garde-corps en acier de l'arc à proximité sur les sédiments des fonds marins Media.

Les lumières d'un submersible pénètrent la pluie rouillé de la promenade de première classe du Titanic, une piste qui pouvait inviter des Jeux olympiques sur un pont semblable Avant le naufrage du Titanic, les fenêtres étaient ouvertes, probablement pour charger les canots de sauvetage.

Le Millionnaire John Jacob Astor IV a mis sa femme de 18 ans, en sauvetage à travers une fenêtre de la promenade de l'autre côté du navire. Il est resté à bord et a péri

. STATION DE SAUVETAGE

Une seule grue survit sur le pont au-dessus de la promenade. Deux de ces petites grues, une à chaque xtrémitée, ont été nécessaires pour mettre un canot de sauvetage à la mer.

Celui-ci a contribué à lancer le bateau pliable C, où le juge Bruce Ismay - président de la compagnie propriétaire du Titanic - a pris un siège et partit pour sa sécurité.

Un palan, lien Olympiques ou grue à deux têtes de ses canots de sauvetage

LE BAIN TURC

Céramique encadrées dans le miroitement de teck durable dans le spa de première classe.

"Pour la première fois en cent ans, nous voyons ce que les passagers ont connu en 1912", dit Ken Marschall, qui a créé des vues d'intérieurs coulées en piquant ensemble plusieurs images video.

L'installation sur les Olympiques s'affiche la splendeur arabesque qui a inspiré le nom de spas sur les deux navires.

VOILE DANS LE LUXE

Une horloge dorée repose intact sur ??un foyer électrique dans la suite élégante Straus, qui ressemblait à celle sur les Olympiques Isidor Straus, propriétaire du grand magasin Macy, et sa femme, Ida, morts ensemble après avoir refusé d'entrer dans un canot de sauvetage sans lui. Son corps a été retrouvé vêtu d'un manteau doublé de fourrure, un costume gris, des bottes brunes et chaussettes de soie noire.

A suivre vous saurez pourquoi le Titanic fut coulé

Commenter cet article