1 LA FED et LE TITANIC

Publié le par Bernard Gasnot

Ces riches parmi les riches qui s’opposaient à la mise en place de la Federal Reserve (FED cette grande arnaque) périrent au beau milieu des classes moyennes et défavorisées. Le navire insubmersible, le palace flottant avait été conçu pour devenir leur tombeau. Le naufrage du Titanic reste peut-être le plus grand désastre du 20ème siècle, après les deux guerres mondiales.

Le 14 avril (la même date que celle de l’assassinat d’Abraham Lincoln) de l’année 1912, le Titanic heurta un iceberg et toute opposition à la Federal Reserve fut gommée. En décembre 1913, l’institution bancaire vit le jour aux États-Unis. Huit mois plus tard, grâce à la Federal Reserve, les illuminati disposaient de suffisamment de fonds pour déclencher la Première Guerre mondiale.

L’histoire secrète de ce monde montre, en tout cas, que les hautes sphères de l’Ordre Mondial n’ont jamais hésité à perdre de grandes quantités d’argent – voire à sacrifier certains des leurs – pour faire avancer leur plan. Étant donné que la mise en place de la Federal Reserve pouvait leur assurer, à terme, le contrôle de toutes les richesses de la planète, qu’avaient-ils à perdre ?

* * * * * * * * * * * *

Avant plus de détail sur cet événement, 2 messages pleins d’émotion, qui nous sont adressés ainsi qu’à nos dirigeants, et nous rappellent que nous avons TOUS notre rôle à jouer.

Plus bas, les vidéos de John F. Kennedy 10 jours avant qu’il nous quitte après nous avoir prévenu du complot et de Martin Luther King

Les dessous de la création de la Federal Reserve

En 1910, sept hommes se rencontrèrent sur l’île de Jekyll, au large des côtes de la Géorgie, aux États-Unis, pour mettre au point l’avènement de ce qui allait devenir la banque « nationale » américaine : la Federal Reserve. Nelson Aldrich et Frank Valderclip représentaient l’empire financier des Rockefeller. Henry Davidson, Charles Norton et Benjamin Strong représentaient J.P. Morgan. Paul Warberg représentait la dynastie européenne de la Banque Rothschild. Habituellement en concurrence acharnée, ils firent cette fois cause commune. Contre nous, ils savent s’unir où se faire la guerre à nos dépends.

Ces 3 puissantes familles étaient en réalité, sans le savoir, sous le contrôle de l’Ordre des Illuminés de Bavière, ceux que l’on a vulgarisés sous le nom d’illuminati. Et ce sont ces illuminati qui, après avoir fait acheter la White Star Lines par J.P. Morgan, ordonnèrent, en 1909, la construction du Titanic pour une raison que nous allons bientôt comprendre.

Depuis le tout début, le luxueux paquebot était voué à un destin funeste.

Il se trouvait qu’un certain nombre de personnages influents n’étaient pas favorables au projet de création de la FED. Benjamin Guggenheim, Isaac Strauss et John Jacob Astor s’opposaient à sa formation. Non seulement ces hommes – indiscutablement les plus riches au monde – étaient contre l’institution de la FED mais, en outre, ils auraient usé de leur richesse et de leur influence pour faire la Première Guerre Mondiale. Qui été sensée rapporter beaucoup d’argent et les débarrasser d’une bonne partie de la population), voir contrôle population inscrite sur le monument Georgia Guilde Stone aux USA

On leur déroula le tapis rouge afin qu’ils embarquent pour le voyage inaugural du plus grand navire jamais construit. La campagne en faveur de «l’insubmersibilité » du Titanic promettait aux passagers un haut niveau de sécurité. Il fallait, en fait, que l’élimination du trio Guggenheim-Strauss-Astor ait lieu d’une manière si absurde que personne ne puisse penser à un meurtre.

Le capitaine du Titanic s’appelait Edward Smith. Il travaillait pour J.P. Morgan. Lorsque le navire appareilla de Southampton, dans le Sud de l’Angleterre, un photographe irlandais du nom de Francis Browne, prêtre jésuite, se trouvait à bord pour la première partie du voyage entre Southampon et Queenstown, en Irlande. Celui qui deviendra l’une des personnalités les plus puissantes de l’Irlande était le maître spirituel d’Edward Smith. Francis Browne profita de la première partie de la traversée pour photographier les victimes. Il en profita probablement aussi pour rappeler au capitaine les implications de son serment et, le matin suivant, lui souhaita bon vent…

Le capitaine Smith avait une foi inébranlable en son supérieur. Browne l’instruisit sur ce qu’il devrait faire une fois rendu dans les eaux de l’Atlantique Nord. Cela faisait 26 ans que le capitaine Smith voyageait dans l’Atlantique Nord. C’était le plus grand spécialiste au monde de ces eaux froides. Le capitaine savait très bien pourquoi ce navire avait été construit. Il avait toujours été convenu qu’il coulerait lors de son premier voyage.

Par une nuit sans lune, il donna, en secret, l’ordre de propulser le Titanic à pleine vitesse, soit 22 nœuds, à travers une gigantesque zone de glace d’une surface de 80 miles carrés ! Il savait parfaitement qu’il s’y trouvait des icebergs. Il avait reçu des ordres et rien ne l’aurait fait dévier de sa mission.

Les agissements du Capitaine Smith au cours de ses dernières heures ne furent pas dignes de sa fonction. Il semblait toutefois lutter contre sa conscience. Devait-il se conduire en brave capitaine, ou obéir à son maître et couler le navire ?

On avait fait en sorte qu’il n’y ait pas assez de canots de sauvetage. Dès la collision, la plupart des canots furent mis à flot avec seulement quelques passagers à leur bord : des femmes et des enfants. On envoya des fusées éclairantes blanches. Or les bateaux qui croisaient à proximité pensèrent qu’il y avait une fête à bord puisque les fusées de secours sont habituellement rouges. Ces exemples n’illustrent pas l’arrogance d’un équipage qui croyait le Titanic insubmersible. Non ! Ces défaillances étaient programmées.

Ces riches parmi les riches qui s’opposaient à la mise en place de la FED périrent au beau milieu des classes moyennes et défavorisées. Le navire insubmersible, le palace flottant avait été conçu pour devenir leur tombeau. Le naufrage du Titanic reste peut-être le plus grand désastre du 20ème siècle, après les deux guerres mondiales.

Le 14 avril (la même date que celle de l’assassinat d’Abraham Lincoln) de l’année 1912, le Titanic heurta un iceberg et toute opposition à la FED fut gommée. En décembre 1913, l’institution bancaire vit le jour aux États-Unis. Huit mois plus tard, grâce à la FED, les banquiers disposaient de suffisamment de fonds pour déclencher la Première Guerre mondiale.

Faire construire et couler le plus grand navire du monde rien que pour éliminer trois individus ? Voilà qui fera sourire nombre de sceptiques rationalistes. Pourtant ils savent que la probabilité de réussite d’une action est proportionnelle au sacrifice qui est accepté en vue de sa réalisation. La fameuse devise « la fin justifie les moyens » peut aussi être comprise comme « la grandeur de la fin nécessite des moyens équivalents ». Or, magiquement parlant, tuer les trois hommes les plus riches de la planète n’est pas une mince affaire.

L’histoire secrète de ce monde montre, en tout cas, que les hautes sphères n’ont jamais hésité à perdre de grandes quantités d’argent – voire à sacrifier certains des leurs – pour faire avancer leur plan. Étant donné que la mise en place de la FED pouvait leur assurer, à terme, le contrôle de toutes les richesses de la planète, qu’avaient-ils à perdre ?

Il fût question d'une « puissante stratégie », destinée à un groupe de richissimes chefs d'entreprises « constructeurs, banquiers, financiers », qui collectivement à des grands magnats s'opposaient fermement à la création de « FED » dont l'objectif de ces banques était « de centraliser et contrôler l'économie mondiale ».

Il y eu de grande répercussion dans la société en général car parmi les disparus se trouvaient également John Astor « l'homme le plus riche » à cette époque, GRAND « AMI ET MECENE » DE NICOLAS TESLA, inventeur et découvreur de « l'énergie Toroïdale libre et infinie Et que penser des étranges coïncidences de ces conspirations à des dates spécifiques correspondant avec le numéro 11, qui se reproduit sur d'autres évènements qui ont commotionnés l'humanité à cette même date clé ? Est-ce que tout serait bien préparé d'avance ?

Pour ce qui est, nous n'avons jamais rien su de l'authentique vérité sur les attentats du « 11 mars 2004 » à Madrid-Espagne, ou la destruction des « deux Tours Jumelles de New-York » commis également un jour 11. Est-ce que ces actes font partie d'une planification prévue pour « leurs rituels de sacrifices humains », destinée aux multimillionnaires, aux sélectes ou pour « le début ou la fin d'une guerre » ?

AUTRE ARTICLE PLUS PRECIS AU SUJET DE LA CREATION DE LA FED

L’origine de la FED

D’abord, il faut comprendre que la création de la Réserve Fédérale, la FED, a eu pour conséquence que ce n’était plus le Congrès américain qui décidait d’émettre la monnaie, mais un groupuscule de banquiers dirigés par John Pierpont Morgan, le fondateur de la banque JP Morgan.

On a aussi inventé l’impôt sur le revenu dans la foulée.

La crise économique provoquée par ces mêmes banques privées en 1907 a servi d’argument pour usurper tout l’or du pays, et pour prendre le contrôle de la création monétaire. Un vrai hold up.

En 1910, quelques banquiers se réunissent sur Jekyll Island, une petite île tranquille où personne ne devait les déranger, à l’initiative du patron de Kuhn & Loeb Jacob Schiff, semble-t-il. Le voyage était organisé par Nelson Aldrich, le sénateur républicain fils d’industriel et franc maçon, qui a pondu la loi de création du système de la réserve fédérale.

Six autres types étaient également présents durant ces quelques jours :

- Abraham Piat Andrews, le secrétaire-assistant du Trésor américain

- Frank Vanderlip, banquier président de la City National Bank de New York et ancien assistant au Trésor, qui est très lié à William Rockefeller et à Kuhn, Loeb and Company qui appartenait à Jacob Schiff et a été l’un des principaux financiers du chemin de fer US.

- Henry Davison qui est surtout connu pour avoir contribué à la création de la croix Rouge, mais qui était d’abord banquier, et véritable pion de JP Morgan.

- Charles Norton, le président de la First National Bank de New York de John Pierpont Morgan. Lui aussi a d’ailleurs donné dans « le social ». qui leur permet sous couvert d’intervenir où il leur plait !

- Benjamin Strong, le directeur général de la J. P. Morgan’s Bankers Trust Company qui a été le 1er patron de la FED et est resté 14 ans à ce poste, jusqu’à sa mort. Il avait commencé sa carrière dans la banque chez Cuyler, Morgan and Co

- Paul Warburg, de la banque Warburg, qui avait aussi été administrateur d’IG Farben, l’entreprise qui fabriquait le zyklon B. Cette firme a ensuite été démantelée après la guerre, pour devenir BASF et Bayer qui ont fabriqué des pesticides à la place des munitions, et Agfa.

En 1913, le président Wilson, mis en place lors des élections de l’année précédente, lance la création de la FED, au fonctionnement opaque, divisée en 12 Banques Régionales, elles-mêmes dirigées par quelques banques privées qui sont actionnaires de la FED.

Comme par hasard, les banques à l’origine de la FED sont aussi celles qui la dirigent : JP Morgan, Lazard, Chase Manhattan, Goldman Sachs, Kuhn & Loeb, Lehmann Brothers, Warburg…

Immédiatement, la FED s’est mise à accumuler l’or, ce qui a largement été favorisé par la 1ère guerre mondiale. Guerre déclenchée dans les mois qui ont suivi la création de la FED.

Bien sûr, il y avait quelques opposants à ce projet machiavélique. Ce qui nous ramène au Titanic.

La raison du naufrage ?

Parmi les passagers de première classe décédés sur le Titanic, on a le magnat du cuivre Benjamin Guggenheim, le patron des magasins Macy’s de New York et député US Isidore Strauss, et John Jacob Astor, tous extrêmement riches. D’ailleurs, John Jacob Astor était le passager le plus riche lors de cette croisière. Les trois sont morts dans le naufrage, alors que 60% des passagers de première classe ont survécu. Or, les trois ont été quasiment les seuls à s’opposer au projet de réserve fédérale.

On leur a proposé une belle croisière sur le plus luxueux paquebot, justement réputé insubmersible. Le bateau est parti de Grande Bretagne, et coule le 14 avril 1912 lors de son voyage d’inauguration. Parti de Southampton, il avait fait une escale à Cherbourg et une autre en Irlande, avant de prendre le chemin de New York. C’est là qu’il percute un iceberg alors que les tests réalisés une semaine plus tôt avaient montré que le navire pouvait s’arrêter en peu distance : seulement trois fois sa longueur.

D’autres sont morts dans le naufrage, comme Ismay, l’ex gérant de la compagnie qui a construit le Titanic, dont on va parler plus bas. Il venait de quitter l’IMM l’année précédente. Et on lui a collé sur le dos d’avoir fait accélérer le bateau, ce qui aurait provoqué le drame. Thomas Andrews, le concepteur du Titanic, est mort aussi le 14 avril. Il y avait également Archibald, conseiller de Roosevelt et puis du président Taft, qui revenait de six semaines en Europe, où il venait de délivrer un message du président US Taft au pape.

Le Titanic a été construit par White Star Line, une compagnie de paquebots qui a été rachetée par John Pierpont Morgan pour 32 millions de dollars en 1902 et mise dans son trust International Mercantile Marine (IMM).

Le navire n’avait pas assez de canots pour mettre tout le monde, et on a donné la priorité aux femmes et aux enfants.

Quant à John Pierpont Morgan, qui devait être de la partie, s’est fait excuser juste avant le départ, car il préférait fêter son anniversaire avec sa maîtresse. L’ambassadeur US en France, Robert Bacon, a annulé au dernier moment également, ainsi qu’Henry Clay Frick, autre gros industriel.

Le capitaine Edward Smith, 62 ans, était censé effectuer sa dernière traversée avant de partir à la retraite. Celui-ci travaillait donc pour JP Morgan, et était surtout jésuite, ce qui implique une subordination totale à son supérieur. A bord du Titanic lors du départ, un certain Francis Browne est descendu en Irlande. Prêtre de son état, Francis Browne est devenu le jésuite le plus puissant d’Irlande. Il était d’ailleurs le maître d’Edward Smith.

Il n’est pas venu sur le Titanic par simple courtoisie : il a photographié le bateau et les passagers (il en a même fait un album, « Titanic Album of Father Browne »),

mais surtout les victimes, c’est-à-dire le trio composé par les opposants à la FED. La version officielle, c’est que son ticket lui a été offert par son oncle qui l’a élevé (Browne a été orphelin à 9 ans) et qui était prêtre également. A bord, un couple d’américains très riche propose de lui payer le voyage jusqu’à New York puis le retour, mais il refuse car sa hiérarchie ne lui en donne pas la permission. C’est toujours la version la plus officielle qui soit, puisqu’on la trouve sur Wikipedia. La hiérarchie lui aurait donc écrit par télégraphe : «GET OFF THAT SHIP - PROVINCIAL»

Certains disent que dès le départ, le Titanic a été construit pour faire naufrage dès son inauguration. L’idée de fabriquer le Titanic aurait été lancée en 1907.

Commenter cet article