Loi travail  les premières mesures en application dès la fin juillet

Publié le par Bernard Gasnot

Loi travail  les premières mesures en application dès la fin juillet

N’oublions pas que ce sont les vacances donc repos oblige, c’est bien pour cela que les opposants ont annoncé leur intention de reprendre la lutte en septembre. En Septembre!!! Ce qui me fait me poser la question: « les résistants durant la seconde guerre mondiale se permettaient-ils des pauses pour pouvoir partir en congé? »

Bien sûr, ce ne sont pas tous les opposants qui décident de faire des grasses matinées, car quelques-uns d’entre eux ont décidé de perturber une université d’été organisée par la Fédération départementale du Parti socialiste à Cambo (Pyrénées-Atlantiques), et cela a bien fonctionné, celle-ci a été tout simplement annulée. Ce qu’il va falloir arriver à faire avec l’ensemble des universités d’été du PS qui pour une fois, ne se tiendra pas à Nantes, les pontes du parti ont peur, et ça c’est une bonne chose. Cela ne sera donc pas NE université d’été, mais plusieurs dans diverses régions du pays (il va falloir surveiller…): « En raison de l’activisme des opposants à la loi travail, le PS avait déjà été contraint d’annuler sa traditionnelle université d’été, prévue cette année à Nantes, et de la remplacer par des « universités régionales, décentralisées », qui restent à organiser ».

Une chose de certaine, c’est que ceux décidés à reprendre la contestation en Septembre auront quelques trains de retard, les premières mesures de la loi seront en application dès la fin Juillet, sacrément rapide… C’est donc annoncé, une sentence implacable, la loi travail entrera en vigueur dès sa promulgation, « fin juillet-début août ». Pour être plus précis, cela devrait se produire juste après l’adoption définitive d’une partie des 54 articles du texte qui est prévue à l’assemblée nationale le 20 Juillet, peut-être même avec un nouveau 49.3 illégal. Ce n’est pourtant pas la totalité de la loi qui sera mise en application à la fin du mois, car une grosse partie de celle-ci, à savoir les articles les plus polémiques, seront imposés plus tard, car ils nécessitent un décret.

Pour les 54 premiers articles, c’est donc une mise en application accélérée, à croire qu’il y a leu feu quelque part, pour les 127 mesures restantes, elles nécessitent des décrets car cela impose des consultations obligatoires (commission de la négociation collective, partenaires sociaux, etc.) et devant passer devant le Conseil d’État. Cela ne serait donc qu’en Automne que nous subirions le pire, avec une mention spéciale pour le mois de Décembre, certains salariés risquent d’avoir le pire des cadeaux apporté non pas par le Pèpère Noël mais par Popaul-Emploi: la réforme des licenciements économiques.

Bref, tout cela sera en place, activé, imposé et lubrifié avant la fin des élections présidentielles de 2017!

Et pour finir, la cerise sur le gâteau, une petite séance de langue de bois issue du Ministère, « Il a défendu une « belle loi extrêmement importante » qui aura « des répercussions positives » sur les entreprises pour une meilleure adaptation à l’environnement « par le dialogue social » ».

Commenter cet article