L’Hôpital Public a lui aussi droit à son 49.3 !

Publié le par Bernard Gasnot

Au 1er avril 2016, Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, a décidé par un arrêté la mise en place d’une nouvelle organisation du temps de travail dans les hôpitaux. Dénoncée par certains comme « la fin des 35 heures » à l’hôpital, la mesure est fortement controversée, notamment dans les professions concernées. Censée prendre effet au 1er septembre de cette année, la réforme, qui devrait passer en force, donne aujourd’hui lieu à la colère et à la mobilisation du personnel hospitalier.

Diminution des RTT, intensification des charges de travail

Dans un rapport d’expertise demandé par les organisations syndicales, plusieurs incohérences et dommages imputables à la réforme sont pointés du doigt. En effet, l’arrêté proposé par M. Hirsch propose entre autres de mettre fin à l’organisation du travail par tranches de 7h50 pour la remplacer par 7h36 de travail quotidien, permettant ainsi de diminuer discrètement le nombre de RTT (réduction temps de travail) du personnel. Les congés et avantages extra-légaux sont quant à eux tout simplement supprimés, interdisant désormais au personnel de s’absenter pour la remise d’une médaille ou encore la fête des mères, comme cela était possible auparavant. Les plannings, quant à eux, sont également bouleversés avec la généralisation d’une « grande équipe de journée » plutôt que le roulement entre équipes du matin et équipe de l’après-midi actuellement en vigueur. La journée de 12h est elle étendue au weekend.

Ces modifications auraient selon la direction pour but de remédier aux problèmes liés à la mise en place des 35 heures en milieu hospitalier en 2002. Les avantages annoncés de la réforme concernent également la stabilité des plannings et surtout la réalisation d’économies (20 millions d’euros par an, selon Hirsch) par un recours moindre aux remplacements par intérim.

Cependant, le personnel hospitalier concerné ne l’entend pas de cette oreille. Selon eux, les 35 heures n’ont rien à voir avec la désorganisation et les difficultés rencontrées par l’AP-HP, et la mesure ne répondraient pas de façon satisfaisante au problème de surcharge de travail dans les services.

Or, ce dernier point pèse lourd dans l’absentéisme constaté dans les services, le même qui nécessite le recours à des remplacements et des rappels du personnel sur leur temps de repos que l’on souhaite éviter. Le personnel redoute donc que la suppression de certains jours de repos et la diminution du temps de travail journalier ne causent une intensification de la charge de travail. Et comment un personnel pressé et épuisé par la surcharge de travail déjà constatée peut-il réaliser des soins dignes de ce nom ?

Un coup supplémentaire porté au corps soignant

Comme le rappelle le rapport rédigé par la SECAFI, la charge de travail des personnels hospitaliers est au cœur du débat et de la réforme prévue par les Hôpitaux de Paris. Cependant, cette dernière ne semble pas bien mesurer la variabilité des besoins en travail médical.

Le rapport pointe ici du doigt les différences entre la charge de travail prévue, celle effective — qui dépend des absences, du flux de patients et de l’expérience globale et collective sur le lieu de travail – et la charge « ressentie ». Or, l’activité en milieu hospitalier a tendance à augmenter, mais aussi à se complexifier. Plusieurs services interrogés témoignent ainsi du fort taux d’occupation des lits (notamment en gériatrie), et de « temps réels actuels ne [permettant] pas de faire convenablement son travail ».

Enfin, la mesure prévoit la suppression des équipes fixes, bouleversant les emplois du temps des personnes embauchées sous ce régime et leur rendant impossible une organisation sereine en termes d’équilibre travail / vie personnelle. Les temps de déplacements, obligations familiales et temps de loisirs ne sont donc pas pris en compte pour le bien-être du personnel hospitalier. Les temps nécessaires de transmissions entre les équipes, également, sont oubliés. Ils sont pourtant essentiels pour des passations entre équipes efficaces et dans la qualité des soins prodigués aux patients.

Censé entrer en vigueur au premier septembre, l’arrêté a justifié la mise en ligne d’une pétition adressée à Martin Hirsch et Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Vous pouvez la signer ici. On rappellera enfin que ce coup dur intervient en plein « plan de maîtrise de la masse salariale » entraînant la suppression de 22.000 postes et des coupes budgétaires de 3 milliards d’euros jusqu’en 2017…

Commenter cet article