1789 la  Révolution Le mythe

Publié le par Bernard Gasnot

1789 la  Révolution Le mythe

A l’école nous apprenons tous qu’en 1789 le Tiers Etats renversa la Monarchie et les privilèges des nobles et que sera instauré par la suite la 1ere république et démocratie.

Or cette vision occulte une partie essentielle de la réalité. En effet, c’est dans la révolution Française que se trouve la source du libéralisme des puissants et qui nous pose tant de problème aujourd’hui, du patronat qui souhaite avoir l’autorité sur le travailleur, de la libre concurrence favorable au puissant…. Bref, le berceau du capitalisme libéralisé au services des puissants nous vient de cette période trouble de la fin du 18ème siècle en Europe et en Amérique.

Sous l’Ancien régime, les activités économiques dépendaient du bon vouloir du Roi, étaient strictement encadrées par l’État royal ou par des réglementations qui limitaient le nombre de producteurs. Toutes les entraves à la liberté de production, qu’elles soient agricoles, artisanales ou industrielles, sont supprimées. Dans un climat de défiance vis-à-vis des regroupements professionnels, la loi Le Chapelier est votée le 14 juin 1791. Cette loi, restée fameuse dans l’histoire du monde ouvrier, interdit toutes coalitions ou regroupements d’ouvriers sous peine de mort, on dirait syndicats de nos jours. La grève n’existe pas. Il s’agit d’interdire aux artisans de se regrouper pour ne laisser la place qu’a des entreprises qui exerce un monopole. La révolution, dans sa méfiance du peuple, dans son exaltation des libertés individuelles, met les ouvriers dans l’incapacité de s’organiser pour la défense de leurs droits ou l’enrichissement de leurs salaires pour près d’un siècle.

La révolution Française de 1789 consacre pour beaucoup d’historien non pas la victoire du peuple pauvre, mais celle de la bourgeoisie et de l’Aristocratie.

C’est la fin de la monarchie et du clergé. Les nouveaux dogmes sont Liberté, Egalité, Fraternité. Mais se sont aussi, le libéralisme et l’élection, sorte de mascarade démocratique qui dure depuis plus de 200 ans ou la haute bourgeoisie patronale à toujours gouvernés sans partage si l’on exclut le Front Populaire et les 30 glorieuses, qui sont aussi les seules périodes ou la Banque de France était sous contrôle de l’Etat et ou l’oligarchie à dû céder du terrain. La notion de Liberté, dans la révolution n’est pas assortie d’une égalité pour entreprendre, les terres ne sont pas partagées en part égale pour les paysans, les outils de production restent privés, si bien que le pauvres auront la liberté d’entreprendre, mais ils doivent se débrouiller sans le sous. En face de lui se trouve souvent les banquiers qui avait déjà de la trésorerie et qui vont commencer à faire fructifier leurs capitaux en créant des billets gagés sur de l’argent qu’ils ne possèdent pas forcément dans les coffres.

1

Même la notion d’égalité n’est que partielle, elle concerne les droits, il n’y a pas d’égalité de richesse dans la révolution de 1789. La révolution Française c’est l’avènement du libéralisme de la bourgeoisie et de la logique de l’enrichissement personnelle sans limite, ce que le roi interdisait avant sous la pression du clergé qui trouvait cela immorale, tout comme les prêts avec intérêts qui étaient interdit par la religion chrétienne, mais aussi la religion musulmane, alors que cela était autorisé dans la religion juive.

La révolution Française trouve aussi son inspiration des révolutions anglaises

Lors du siècle précédent. De nombreuses idées et textes sont issus des révolutions anglaises : l’Corpus et la Déclaration des Droits. Pourquoi parler des révolutions anglaises dans un article sur la révolution ? D’abord parce que la monarchie parlementaire anglaise est le modèle dont vont s’inspirer les Français en 1789 pour réformer le système politique en France. Ensuite parce que c’est un modèle unique à cette époque et qu’il marque le premier bouleversement qui va conduire à la pensée moderne de Démocratie et d’État de droit.

La révolution Française intellectuelle est marquée par une pensée philosophique dites des Lumières.

C’est de cette pensée philosophique que l’on peut extraire l’idéologie de la croissance infinie :

Au XVIIIe siècle apparaît un nouveau courant philosophique, littéraire et scientifique : les Lumières. Cette philosophie repose avant tout sur la certitude que le progrès est toujours possible et que la rationalité et la rigueur sont à l’origine du progrès. Les Lumières sont donc marqués par un rationalisme philosophique et une exaltation des sciences.

Les Lumières désignent le mouvement culturel et philosophique qui a dominé, en Europe et particulièrement en France, le XVIIIe siècle auquel il a donné son nom de siècle des Lumières.
Les penseurs, scientifiques et écrivains ont imprimés sur cette époque leur esprit critique, se donnant pour tâche d’éclairer par la « Raison » une humanité plongée aussi bien dans les « ténèbres » de l’ignorance, que dans l’ »arbitraire » politique, aveuglée par l’ »obscurantisme », la « superstition » et le « fanatisme » religieux autant que par les « préjugés » morau
x.

Les membres des Lumières, se voyaient comme une élite œuvrant pour le progrès de l’humanité.

En refusant de reconnaître ce qui a toujours été reconnu tel, ils ont procédé à un renouvellement des connaissances scientifiques, et à une refondation de l’éthique et de la société de leur temps. L’influence de leurs écrits a été déterminante dans les grands événements de la fin du XVIIIe siècle que sont la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique et la Révolution française.

On trouve dans cette définition des « Lumières » des notions comme la « rigueur »… qui nous rappel ces satanés Plan de rigueur. La révolution repose aussi sur un fond de crises alimentaires, de mauvaises récoltes, de crise économique après la guerre de 100 ans et le soutien des guerres coloniales. Une chose est sûre et historiquement incontestée, les révolutions ne sont jamais le seul fait du peuple. Les révolutions qui semble réussir sont toujours soutenue par d’autres forces comme l’Armée qui en Tunisie à changer de camps, quittant Ben Ali pour rejoindre le peuple.

Idées reçues

  • La démocratie à été instauré grâce à la révolution. Que nenni,
  • « Au Moyen Age et pendant la Renaissance européenne, des milliers de villages disposaient d’une assemblée d’habitants où se prenaient en commun les décisions au sujet de la collectivité. Les « communautés d’habitants », qui disposaient même d’un statut juridique, ont fonctionné sur le mode de l’autogestion pendant des siècles. Les rois et les nobles se contentaient de gérer les affaires liées à la guerre ou à leurs domaines privés, d’administrer la justice et de mobiliser leurs sujets par des corvées. Les autorités monarchiques ou aristocratiques ne s’ingéraient pas dans les affaires de la communauté, qui se réunissait en assemblée pour délibérer au sujet d’enjeux politiques, communaux, financiers, judiciaires et paroissiaux »
  • Le droit de vote à été instaurée sous la révolution : en réalité seul les bourgeois ont le droit de vote. Dans ce régime, le droit de vote est restreint. Le suffrage est dit censitaire : seuls les hommes de plus de 25 ans payant un impôt direct (un cens) égal à la valeur de trois journées de travail ont le droit de voter. Ils sont appelés « citoyens actifs », lorsque les autres sont qualifiés de « passifs » et ne peuvent participer aux élections.

Le suffrage est aussi indirect car les citoyens actifs élisent des électeurs du second degré, disposant de revenus plus élevés, qui à leur tour élisent des députés à l’Assemblée nationale législative.

  • Le droit de vote pour les femmes à la révolution... pas du tout, après 1789 les femmes n’avait plus de droit de voter, alors qu’elles votaient en place publique dans les communes pour régler les affaires courantes. Elle retrouvera le droit de vote en 1944-45. Droit accordé par De Gaulle sous l’impulsion des communistes.

Mystère et boule de gomme, le symbole maçonnique !

Il y a une image qui doit nous interpeller à propos de la constitution Française. Le symbole au dessous de la constituions… nous intrigue… pas vous ?

2

Regarder cette image célèbre de la constitution Française issue de la révolution. Au-dessus vous observez une pyramide lumineuse avec un oeil en son centre, et 2 colonnes de part et d’autres du texte, voilà 2 symboles issus de la Franc Maçonnerie et des philosophes des lumières. La pyramide et l’oeil que vous retrouvez dans la confrérie des Illuminatis fondé en 1776. Un symbole identique apparait sur les billet de 1 dollars. A la base de la Pyramide on trouve l’année 1776 en chiffre latin, date de création de la confrérie (secte) des Illuminatis qui ont probablement des connexions avec la Franc Maçonnerie.

3

Pyramide illuminati avec l’oeil qui voit au dessue de la base

Pour nous ces symboles sont troublants, très troublants, comment se fait il qu’on retrouve encore de tels symboles de nos jours sur les billets de 1 dollars ? Il faut également rappeler que ce symbole qu’on retrouve sur les billets de 1 dollars fut découvert sur des archives de l’ex URSS de manière caché. Un certain nombre de courriers étaient signés avec ce sceaux qu’on ne pouvait découvrir qu’a la loupe.

4

Sceau en forme de point et grossi au scanner présent à la fin des courriers internes du KGB récupéré au marché noir après la chute de l’URSS. Extrait d’un documentaire diffusé sur la chaîne Planète qui montre que les Illuminatis avaient pour ambition d’infiltrer l’église catholique au Vatican. Étonnant non ? N’est-ce pas là un exemple de complot contemporain ?

Il est évident que la révolution de 1789 fut initiée par les notables, bourgeois, futurs élites politique et industriels qui rêvaient de commercer sans limite pour s’enrichir. Le peuple a brisé une chaîne en 1789, mais il n’est pas encore sorti de sa prison. Le peuple à remplacer ces chaines par des prisons dorées.

Les élites bourgeois au détriment des citoyens , commerçants et industriels ont installé un pouvoir centralisé et ramifié par des régions, département, communes qui sont contrôlé pour grande partie par la caste des bourgeois, commerçants et industriels, et accessoirement Franc Maçons. Le pouvoir de cette oligarchie est supérieur à celui de la monarchie.

Le courant des lumières revendique une réflexion qui doit toujours progresser et ne jamais se reposer sur l’ordre établie… cela fait 200 ans qu’un ordre est établie… il serait temps d’en changer vous ne trouvez pas ?

Commenter cet article