La face cache de Lénine (Volodia) 18

Publié le par Bernard Gasnot

Archives tirées du parti communisme soviètique

Question de survie

De juillet 1921 à juillet 1922

En ce mois de juillet, les composantes essentielles de la nouvelle politique economique étaient pour la plupart en place, l’état multipartite, fondé sur une idéologie unique ne relancerait pas son emprise. Dans les institutions les plus hautes étaient occupées par les bolcheviques. La Tcheka réorganiser, devenue la direction de l’état (la gepeou) devaient surveiller les membres du parti , les dissidents et la population, les grands principes du marxisme venaient en première position officiel ,le parti léniniste attendait à ce qu'il fut tôt ou tard acquis au communisme.

Vers le milieu de l’année 1921 ,Lénine se sentit incapable d’assumer pleinement ses responsabilités ,sa santé qui n’avait jamais été bien brillante, déclinait à vue d oeil , ses maux de tête et insomnies avaient empiré il avait fait plusieurs petit infarctus .Dimitri, médecin était aussi perplexe que ses conférés .Lénine étant tellement désespéré qu' il cessa d’en faire mystère auprès des membres du politburo : Erreur il se trouvait pris à son propre piège ,certains membres du parti commençaient à l immiscer dans sa vie personnel, ses collaborateurs lui conseillaient d’aller se faire soigner à l’hôpital. Le politburo lui avait ordonné de prendre des vacances, un mois, docilement Lénine s’était rendu à Gorki (ville) avec autorisation de participe aux séances du comité Komintern. L’air de Gorki situé en altitude était pure et serein, Lénine avait trouvé un endroit idyllique Lénine ne dit pas la réalité qu’il cachait à tous c’est qu’il était gravement malade. Le 9 mai le comité lui accorda un prolongation sur son congé, mais des visites médicales, des spécialistes lui donnèrent un arrêt de travail et accord d’assister au réunion du comité.

A Gorki il chercha à se créer un environnement de travail, il donna des instructions pour créer ligne téléphonique pour pourvoir communiquer avec Moscou et le Kremlin, plus son chauffeur arriva avec une nouvelle voiture une Rolls-Royce, un paradoxe du communiste c’est d’acheter une Rolls-Royce MM Rolls-Royce m auraient pas approuvé. Lénine était un résident exigeant ,il empêchait les domestiques d’enlever les housses protégeant les mobiliers ,Lénine n’aimait pas vivre dans environnement chauffé, mais le docteur Victor Ossipov fut déconcerté d’apprendre que son patient avait demander de régler la température à 15 degré le médecin se ravira trop bien avisé pour se plaindre ,il sortait à peine des geôles de la gepeou car le politburo avait dû souhaiter une politique plus pragmatique concernant les ennemis du peuple «les médecins» . En manque de médecins, car aucuns médecins étranges ne voulait travailler en Russie, on dut faire sortir Ossipov de sa cellule.

La charge de travail qu' il s’opposait à la résidence commençait à se faire sentir , son corps et son esprit l’appelait au repos ,son état empirait ; mais plus encore que la douleur physique ,il manquait d’ardeur au travail . Il repensait à son père lui dire « que ne pas aller jusqu'au bout d’une tache chez les Oulianov c’est une faute impardonnable, inconcevable. Le 4 mars 1922 autour d’une consultation avec le docteur neurologique, il lui parlait de sa maladie, malgré sa grande discrétion. Il se plaignait de ses maux, de ses insomnies, céphalées, petites attaques cardiaque, athénien, lombalgie et obsessions: tout ça lui faisait broyer du noir. Sa grande peur était de mourir d’une paralysie progressive comme le genre de Marx, paul Lafargue qui a avait décidé de mettre fin à ses jours. Lénine, lui voulait continuer tenir son rôle politique jusqu'au bout. Il avait droit à deux discours par mois au comité. Il retournait à Moscou pour informer des événements et des mesures à prendre. Les rebelles de Tambov et d’autres régions étaient toujours dans le collimateur de l’armée rouge, en Géorgie l’épuration allait bon train. Néanmoins pour Lénine ce n’était pas suffisant, il voulait aller plus loin, jusqu’à l’éradication totale de tout ce qui menaçait le régime, il réclama des simulacres de procès avec châtiment exemplaires, exigea la même chose pour les métropolitaines, prêtes orthodoxes, et plus dures envers l’intelligentsia ( intellectuels) médecins, professeurs, techniciens, etc .

«plus nous fusillerons des représentants du clergé, d’intellectuels et bourgeois, mieux ce sera. C’est maintenant qu’il faut leurs donner une leçon, pour leurs ôter l’envie, pendant plusieurs décennies de préparer une forme résistante ou simplement d’y songer» .voilà ce qu'il écrivait, Lénine sur le ton de la confiance aux citoyens soviétiques. Le régime communiste ne serait pas amené à modérer la violence de son idéologie. Toute alternative à son organisation de la société devait être éradiquée. Même malade Lénine ses interventions étaient extrêmement violentes

Le 25 mai à Gori (ville), Lénine eut un accident cérébral, on le transporta dans son lit il avait le côté droit entièrement paralysé, beaucoup de difficultés à parler. De toute évidence, la guérison sera longue et incertaine. Il devait impérativement réduire ses activités politiques de manière drastique. Dans les pays occidentaux le sujet ne soulève pas un intérêt immense, mais en Russie les autorités communistes ont véhiculé l’image d’un leader d’une grande pureté morale, et de ce fait nombre d’historiens contemporains cherchent à prouver que Lénine est bien mort d’une syphilis mal soigner (vénérienne). En juillet 1922 Lénine demanda au comité de nouvelle élection tout en gardant les rênes du pouvoir.

Commenter cet article