La face cache de Lénine (Volodia) 17

Publié le par Bernard Gasnot

Archives tirées du parti communisme soviètique

De janvier à juin 1921

Les événements de l’année 1920, obligerait Lénine a repenser totalement sa politique nationale. Il n’éprouvait aucuns remords concernant la stratégie adoptée pendant la guerre de la Pologne. Elle avait ruiné l’économie, poussé le peuple à la révolte, isolé le pays (le privant de toute assistante diplomatique et financière). Toutefois s il admettait du bout des lèvres que pour la Pologne, il avait commis une erreur mais Lénine ne montrait pas le moindre repentir par ailleurs. Il pensait néanmoins que, sans changement de stratégie le régime était condamné. Sa nouvelle idée était très simple, il s’agissait de remplacer les réquisitions forcées par une taxe en nature, une fois que les paysans se seraient acquittés de cette contribution, là ils seraient autorisé à vendre leur production sur les marchés locaux. Il fallait de nouveau autoriser le commerce privé du blé et le 8 février 1921, il réussit à emporter l’adhésion du politique. La NEP était la solution évidente pour établir les échanges entre les villes et les campagnes .c’était aussi le prérequis pour mettre fin à la famine, à la maladie, à la faillite industriel et aux insurrections populaires. Toutefois, si Lénine n’avait pas eu à beaucoup réfléchir pour trouver le remède, il lui fallut se montrer particulièrement tenace pour obtenir sa mise en oeuvre, et tous ses biographes, s’ils ont su vanter son exploit pendant la querelle de 1918 autour de Brest-Litovsk, ont grandement sous-estimé sa contribution, tôt aussi chaleureuse à l'introduction de la NEP.

Certes, malgré un tollé, Lénine du pour convaincre, occulter certaines choses, louvoyer, bref ruser pour ce projet. Sans Lénine, la NEP n’aurait peut-être jamais vu le jour, et, sans la NEP, l’état soviétique aurait été submergé par une vague de rébellions. La politique actuelle fut incapable de nourrir le peuple et la situation empirait. Le commissaire Victor Sokolov arrivée de Sibérie ou il avait assisté à des émeutes paysannes, insistant en privé auprès de Lénine « si le politicoburo n agissait pas rapidement, la situation pourrait tourner à la catastrophe, même rapport du commissaire Boukharine dans la province de Tambov près de la Volga.il est clair que les paysans nourrissaient de la haine pour Lénine et le gouvernement, beaucoup mourraient de faim. Mais en 1921, l’heure n’était plus à la prévention, Lénine envoya l’armée rouge pour écraser dans les provinces en rébellions

Le 24 fevrier 1921, la précarité de la situation politique dans l’ensemble du pays déclenchèrent des grèves à, Moscou, Pétrograd, Kiev, Kronstadt, et dans les grandes villes industrielles le tout par ricochet. A Kroonstad la narine de se joignent à la rébellion la menace fut grave. Au congrès Lénine prononça cette phrase terrible

« Pour éviter la famine intégrale dans les usines et dans la ville, le paysan doit souffrir ou mourir, il est nécessaire de passé par la contrainte»

Des réactions fusèrent de toutes parts. A Kronstadt les mutins exigeaient la fin de la terreur, de la dictature, des exécutions, des réquisitions du blé par le gouvernement, ils avaient perdu toutes espoirs dans le parti bolchevique, qu’ils en n’étaient venus l abhorrer. Ils exigeaient le pouvoir aux soviets et non au parti, les marins étaient connus pour avoir apporté un soutien massif aux bolcheviks en 1917. Quant aux puissances étrangères, la France, l’Angleterre, Japon, États-Unis opposeraient à Lénine leurs réprobations et mésententes. Lénine et l’armée rouge se portèrent pour une opération militaire contre les mutins de Kronstadt. Grâce à leurs nouveaux uniformes blancs l’armée rouge se camoufla dans l'île de Kronstadt, il s’en suit une boucherie de la part des bolcheviks et même le gaz toxique fut utilisé contre les mutins. Lénine discutera avec ses camarades sur le châtiment et représailles à infliger aux prisonniers de Kronstadt .rester à l’arrière, Lénine devait se contenter d’attendre les nouvelles, ses articles qu' il' écrivit sur l'histoire de Kronstadt dans la Pravda furent le plus honteux mensonge de sa vie

Puis a la demande de Lénine pour une réunion avec le parti communiste allemand, celui-ci refusa à cause de la répression que Lénine et son parti bolcheviks avaient agi envers les événements de Kronstadt. Le 23 avril à 51 ans (anniversaire), sa journée commença par une réunion du politique d’une importance capitale : l’insurrection et des dispositions militaires dans les provinces rébellion à prendre, là ses collaborateurs du Sovnarkom commencèrent à n’avoir plus la même vison de Lénine, contrairement ils avaient une expérience des difficultés que rencontraient bien plus que lenine, car celui ne bougeait jamais de son bureau Des rapports de différentes régions de russie on signalait la famine qui sévissait et de plus en plus de cas de cannibalismes. La dernière grande taches de lenine au comité, cette année la fut d’associer des camarades étrangers puis d’envoyer au moindre signes d’agitation sa police la Tcheka.

Bilan de cette année de janvier à juin 1921, le parti allait droit dans le mur, on commençait a etre las des effusions de sang, la NEP alliant, répressions féroces par les politiques et militaires. Qui pouvait sauver le regime ? Pourtant lenine allait jusqu’au bout de son entreprise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article