La face cache de Lénine (Volodia) 16

Publié le par Bernard Gasnot

Archives tirées du parti communisme soviètique

1920 Défaite à l’ouest

1920, lors du congrès de Tours, Léon Blum dénonce la vision léniniste de la dictature sanglante les méthodes dictatoriales employées par Lénine et font l'objet de vives critiques dans les rangs socialistes, En 1920, lenine répéta le raisonnement qu’il avait tenu tout au long des années précédentes

« Nous avons insisté sur l’impossibilité de mener à son terme une révolution socialiste dans un seul pays »

Comme presque tous les autres leaders bolcheviques, il partait du principe que des régimes socialistes frères devraient etre implantés dans d’autres pays d’europe pour que le socialisme de la russie parvienne a maturité. Il espérait que le principe des révolutions fleurirait sans avoir besoin de la russie, mais il accepterait de fournir de l’argent, matériel de propagande, éducation politique pour accélère et renforcer le processus et engager des troupes de l’armée rouge. En prive, il se laissait aller a des confidences :

« Dès que nous serons assez fort pour terrasser completement le capitalisme, nous lui sauterons a la gorge »

Depuis le fin du premier conflit mondiale, d’autres affrontement s’etaient succedé entre la russie et la pologne, les polonais n’avait aucunement de perdre leurs status d’etat .leur commandant en chef, josef Pilsudsky pénétra en Ukraine pour annexer cette region et constituer un etat federal base à varsovie : Kiev tomba le 7 mai 1920. Pilsudsky n’était pas un inconnu pour lenine, 1887 il avait été arreté puis exilé en Sibérie sur l’ordre de l’Okhrana qui pourchassait les terroristes apres l’attentat contre Alexandre III et dont il appartenait. Apres avoir purge ses cinq années d’exil, il revint à la tête du parti socialiste polonais. Pilsudski et lenine se connaissaient ils avaient vécu dans la meme region de la pologne autrichienne avant 1914, une fois lenine avait reçu de l’aide de la ligue des fusiliers polonais pour mieux se proteger de l’Okhrana, ayant le meme caractère, ils etaient en désaccords sur tout et s’ignorèrent mutuellement.

A Moscou, ce fur la panique on rappela les officiers de l’armée impériale et le général Alexis broussailov pour les enjoindre de s enrôler dans l’armée rouge. Trotskyste et Staline furent envoyés au front pour renforcer le contrôle du parti bolchevique. Pousser ils durent se replier vers les territoires polonais, cette guerre était devenue le centre de l’attention internationale des négociations furent entamées pour établir une ligne de démarcation satisfaisante pour les deux parties avec le concours de lord Courson, ministre des affaires étrangères. C’est alors que Lénine se ravira, en décrétant que le temps était venu de profiter du repli pour déclencher cette guerre révolutionnaire que les communistes réclamaient en 1918 . Non ignoré ce qui a pu le convaincre de la possibilité d’une victoire soviétique mais il a toujours cru que l’Europe était mûre et qu'il disposait de moyens militaires efficaces pour y parvenir. Ses plans étaient d’une ambition époustouflante : la pologne était censé n’etre que le premier trophée de cette guerre révolutionnaire d’autres initiatives devaient suivre, pour soviétiser les pays voisin, la Tchécoslovaquie, la Roumanie , la Hongrie , la Lituanie et meme l’Allemagne

Au comite les collaborateurs du president du sovnarkom n’avait pas la meme vision globale et ne partageaient pas son raisonnement, trotsky lui aussi n’était favorable à l’invasion de la pologne et les bolcheviks d’origine polonaise ne manquèrent de signaler a lenine son erreur et la méfiance des polonais a l’égard de l’armée rouge. Lenine prononça plusieurs discours sur l’intervention sur la pologne et s’amusa beaucoup en se pavanant sur la tribune et en se répétant plusieurs fois .La décision fut prise elle reçut le soutien de l’intervention par tous les dirigeant bolchevicks. Entre temps plidsusky s’était replié sur varsovie avec l’intention de réorganiser les défenses polonaises. Trotsky, staline et le haut commandent ayant reparti vers l’armée rouge sur deux fronts, le maréchal polonais eut la possibilité de s’attaquer aux agresseurs rouges a l’extérieur de la capitale. Trotsky éprouva les plus grandes difficultés a coordonnés ses troupes et il ne pouvait pas compter sur une cooperation aussi efficace qu’il aurait pu espérer du front sud, dont staline était le commissaire. A la mi-août, Pilsudsky attaqua pres de la Vistule, a l’extérieur de varsovie. Contrairement aux prévisions de lenine, l’armée rouge subit une défaite écrasante, les polonais exploitant leur avantage, les troupes soviétiques durent replier en catastrophe sur la route de Smolensk, en direction de Moscou. Satan n’avait d’autre choix que de demander la paix. En une seule journée tous ses espoirs était effondrés, finis les projets grandioses d’union fédérale européenne, finis les conseils portant sur des alliances contre nature de l’extrème droite avec l’extrème gauche , finies les démonstrations vaniteuses de l’invincibilité de l »armée rouge. Tout ce qui transpira de Moscou fut la reconnaissance du fiasco militaire et de la nécessité absolue de signer la paix a n’importe qu’elle prix.

Apres la défaite ,lenine voulait entreprendre des reformes il reconnaissait que la réquisition forcée des réserves de blé par les commissaires de l’état était extrêmement impopulaire dans les campagnes et bien qu'il eut refusé la proposition de trotsky -un retour limité au commerce privé des denrées alimentaires par les paysans - il cherchait à amadouer ces derniers pour augmenter la quantité de semis, envisageant même à récompenser matériellement les familles pouvant justifier d'une véritable hausse de leur production. Lénine ne se démarquant en aucune façon de la politique économique adopté par le parti durant la guerre, mais dans les provinces, nombre de ses camarades dirigeants étaient atterrés. Comment interpréter cette proposition de récompense matérielle autrement que comme un moyen de réintroduire le capitalisme par la petite porte? Et qu’avait donc en tête le chef du scénario en voulant accueillir fermiers et industriels allemands, octroyer des concessions aux britanniques pour le bois de construction et, pis que tout, demander le retour de la société des frères Nobel .Avait -il perdu la raison ? Ne voyait il pas que tous ces projets réunis équivalent à un Brest-Litovsk économique?

A l’approche de la fin 1920, Lénine n’avait guère de quoi se réjouir, essuyé une défaite dans un conflit (la Pologne) qui n’était pas nécessaire. Absorber par toutes les décisions militaires à prendre, il avait traité à la légère les remous au sein de son parti, le pays était secoué par des grèves et des révoltes paysannes de plus en plus fortes. Sa réputation de grand ordonnateur de la machine politique centrale commençait à décliner, comme sa santé, elle devenait chancelante.il avait perdu son grand amour, sa femme. Et en cette nouvelle année 1920, il ne pouvait même pas se dire que la révolution d’octobre était sauvé, au contraire il était forcé de reconnaître qu’avant de penser à améliorer la situation, il lui faudrait en affronter de bien pires.

Commenter cet article