Renaud attaque Jean-Jacques Gold­man et Les Enfoi­rés

Publié le par Bernard Gasnot

« Jamais on n'a vu Gold­man dénon­cer une injus­tice »

Il fait partie des person­na­li­tés préfé­rées des Français, mais Jean-Jacques Gold­man ne brille pas auprès de Renaud. Le chan­teur l’a attaqué sur son manque d’en­ga­ge­ment.

Un artiste doit-il s’en­ga­ger en faveur des causes qui lui tiennent à cœur ? Pour Renaud, la réponse est évidente, c’est oui. L’ar­tiste, qui renaît après une longue période de « “poche­tron­ne­rie”, d’er­rance au milieu d’ef­fluves anisées », comme il se sert de sa plume pour dénon­cer. C’est ainsi qu’il a écrit deux chan­sons, Hyper Casher et J’ai embrassé un flic, qui évoque­ront les atten­tats de Paris sur son prochain album. Une manière bien person­nelle de s’éle­ver contre l’in­nom­mable.

Pourquoi les autres se taisent-ils ? C’est la ques­tion que se pose le chan­teur de 63 ans. « Jamais on n'a vu Jean-Jacques Gold­man, qui a un tel pouvoir, un tel talent, dénon­cer une injus­tice », a-t-il déploré dans les colonnes de l’heb­do­ma­daire, avant de s’at­taquer aux Enfoi­rés dont fait partie JJG depuis leur créa­tion, en 1986. « Les Restos du cœur, c’est bien, cela rapporte beau­coup d’argent à la télé et à l’as­so­cia­tion, mais j’igno­rais que l’injus­tice et la misère étaient la serpillière de la charité. C’est pour cette raison que je ne parti­cipe plus à l’émis­sion. »

Mais ce n’est pas la seule. Devenu un véri­table show sur le petit écran (qui a réuni cette année encore 11,1 millions de télé­spec­ta­teurs et 50,2% de parts d’au­dience), le programme rassemble des stars d’uni­vers très diffé­rents, des « spor­tifs, célé­bri­tés en tout genre à Jean d’Or­mes­son », s’étonne-t-il. Lui qui n’a plus rejoint la troupe depuis 2004 avait déjà dénoncé dans les colonnes de TV Mag« un grand cirque carna­va­lesque » : « On me propose à chaque fois des duos impro­bables. Je n’ai pas envie de chan­ter avec Mimie Mathy, Chris­tophe Maé ou Patrick Timsit, ni de me dégui­ser en clown pour inter­pré­ter La Mamma d’Az­na­vour. » Ça semble conve­nir à d’autres.

Commenter cet article