Le Président Américain Lyndon B. Johnson dans l’assassinat de Kennedy.

Publié le par Bernard Gasnot

LES RÉVÉLATIONS EXPLOSIVES DE JACKIE KENNEDY!

En ce 22 novembre, 50 ans jour pour jour après l’assassinat, un éclairage sur les révélation explosive de la veuve de JFK . En effet, Jacky Kennedy met en cause le successeur de JFK, le Président Américain Lyndon B. Johnson dans l’assassinat de Kennedy.

jFK avait promis, dans un discours fait à l'Université Columbia le 12 novembre 1963, dix jours avant son assassinat le 22 novembre 1963 de dénoncer ces hommes qui travaillent en coulisse à la réalisation effective d'un projet idéologique, un Gouvernement Mondial anti-démocratique au sein "du New World Order ":

"La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions.": John Fitzgerald Kennedy

Dans un enregistrement datant de 1964, la first lady affirme que son mari a été victime d’un " complot "..

Un témoignage posthume qui devrait faire couler beaucoup d’encre. Dans le cadre du 50e anniversaire de l’accession au pouvoir de John Fitzgerald Kennedy, la chaîne américaine ABC a diffusé un document qu’elle n’hésite pas à qualifier d’« explosif ». Des conversations entre Jackie Kennedy et l’historien et ami de la famille Arthur M. Schlesinger, mort en 2007, enregistrées au printemps 1964 dans l’appartement de la veuve de JFK à Washington, quelques mois après la mort du 35e président des Etats-Unis.

Bouc émissaire

Initialement, la first lady, qui craignait des représailles, avait demandé à ce que ces bandes soient cachées et ne soient diffusées que cinquante ans après sa mort. Sa fille Caroline – qu’elle a eue avec JFK – vient d’en décider autrement : dix-sept ans après la disparition de sa mère – qui, entre-temps, avait refait sa vie avec l’armateur grec Aristote Onassis –, vient de donner son consentement à la chaîne.

22 novembre 1963, 14 h 37. Deux heures et huit minutes après l’assassinat du président Kennedy à Dallas, Jackie, qui porte toujours son tailleur rose Chanel éclaboussé par le sang de son époux, est à bord de l’avion présidentiel Air Force One. L’appareil est stationné sur le tarmac de Love Field, l’aéroport de la ville. A ses côtés, Lyndon B. Johnson, tout sourire, prête serment comme 36e président des Etats-Unis. Jackie ne dit pas un mot. Quelques mois plus tard, elle ne s’arrêtera plus de parler. A Arthur M. Schlesinger, elle affirme que c’est Johnson, soutenu par le lobby pétrolier texan, qui a orchestré l’assassinat de son mari. Et va encore plus loin en affirmant que Lee Harvey Oswald – qui sera reconnu comme étant l’assassin du président par deux enquêtes gouvernementales – n’aurait été en fait qu’un bouc émissaire. Pour la première dame, son meurtre par Jack Ruby, un petit mafieux propriétaire de boîtes de nuit à Dallas, quelques heures après son arrestation – le tout premier assassinat télévisé quasiment en direct dans l’histoire de l’information –, était trop énorme pour ne pas cacher quelque chose…

Les théories du complot : Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse fabriqué, puis l'histoire secrète, la vraie

Il y a la version officielle. Celle de la commission Warren qui explique que JFK a été tué par un tireur isolé, Lee Harvey Oswald. Et puis il y a les autres…

Pour certains, c’est la CIA qui aurait commandité l’assassinat du président américain. En effet, à la suite du scandale de l’affaire de la baie des cochons, Kennedy avait renvoyé le chef de l’agence, Allen Dulles, qui aurait alors cherché à se venger. Protégé par le président Johnson, ce dernier a, par la suite, été nommé au sein de la commission Warren. Pour d’autres, comme l’écrivain Paul-Loup Sulitzer, Kennedy aurait été abattu par l’extrême droite américaine, car il s’apprêtait à révéler les liens étroits qui existaient entre une partie de l’establishment US et les nazis. De plus, le jour du drame, des partisans de l’extrême droite distribuaient, à Dallas, des tracts anti-Kennedy intitulés « recherché pour haute trahison ».
Une troisième hypothèse fait état d’un complot fomenté par la mafia de Chicago. Plus précisément par Sam Giancana, le boss de la mafia. Il aurait reproché au président d’avoir utilisé la mafia pour se faire élire en 1960 et d’avoir oublié de payer sa dette. Pire, JFK aurait même décidé d’entrer en guerre contre le crime organisé en voulant faire arrêter Jimmy Hoffa, un syndicaliste qui participait au blanchiment d’argent de la mafia. Enfin, dans des thèses plus marginales, l’assassin de JFK pourrait être le KGB, des sionistes en colère ou même des mafieux corses.

Conclusion : sur les 3 hypothèses une chose est sur l’amérique a sa grosse de responsabilité (CIA, les services secrets et la mafia (bras des sales besognes du gouvernement)

A suivre d’autres articles

Commenter cet article