LE CAPITALISME NOUS PRÉPARE ENCORE UNE FOIS À PLUS DE GUERRE

Publié le par Bernard Gasnot

La confusion s’installe à tous les étages, ce n’est pas un hasard. Des commentateurs de l’actualité nous indiquent que le monothéisme est facteur de guerre. Nous confirmons mais précisons de même que les Athéniens, les Spartiates, les Perses, les Romains…qui pratiquaient le polythéisme se faisaient aussi allègrement la guerre. Pour nous autres libertaires, la religion est consubstantielle du pouvoir. Notre combat contre le sabre et le goupillon est toujours d’actualité. De nombreuses voix ont critiqué les libertaires qui faisaient de l’athéisme et de l’anticléricalisme, sous couvert que ce combat était démodé et désuet. L’actualité des guerres de religion entre factions musulmanes entre autres et les exactions meurtrières de Daech nous démontrent qu’il ne faut jamais baisser la garde contre l’obscurantisme et les nouveaux inquisiteurs.

Les libertaires dénoncent l’armée en tant qu’institution depuis des lustres et si avant la Première Guerre mondiale, les compagnons dénonçaient les bagnes militaires, la loi contre les Trois ans et le fait que l’armée brisait les grèves et tirait sur les manifestants, aujourd’hui notre combat doit se mener dans les établissements scolaires où l’armée depuis les accords Hernu-Savary s’implante insidieusement. Le militarisme s’avance de plus en plus à visage découvert dans les structures économiques afin de contrôler la société dans son ensemble. Les marchands de canon, propriétaires des grands médias font chorus avec les militaires pour les opérations militaires extérieures ou intérieures. On habitue petit à petit la population à côtoyer les soldats dans les rues, les sorties d’école, le métro, les lieux de culte…Ils sont même plébiscités par une partie de la population croyant être protégée, celle-là même peut-être qui applaudissait et embrassait les policiers et les soldats au lendemain de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo. Le plan Vigipirate s’installe dans le paysage et ce depuis la première guerre en Irak. Le provisoire s’éternise souvent.

Le gouvernement utilise une rhétorique dangereuse quand il prétend que toute critique de la politique menée dans les banlieues ou à l’étranger ne peut qu’excuser les massacres de fanatiques. Désolé Monsieur Valls, mais expliquer, chercher des réponses appropriées ce n’est pas excuser l’inexcusable. C’est comprendre afin d’éviter que cela ne se reproduise. La violence utilisée par Daech est une violence militaire qui s’est construite dans l’expérience de la guerre. L’endoctrinement religieux se superpose au processus militaire. Le rôle des libertaires est de déconstruire cette peste irrationnelle que représente ce duo militarisme-religion sous toutes les latitudes. Il nous faut inverser cette donne criminelle et renouer avec le rationalisme. Le bellicisme et le religieux sont les deux faces d’une même médaille.

En France, les spots publicitaires de l’armée qui tentent de recruter massivement crèvent les écrans de TV et les panneaux prévus à cet effet. De la même manière que les pubs sexistes. Les jeunes au chômage ou en quête d’aventure se laissent parfois séduire. Les libertaires font de la propagande antimilitariste depuis la fin du XIXème siècle. Nous avons toujours dit que l’armée était l’école du crime et de la soumission ! Nous, on ne change pas et nous continuerons à mettre en garde la jeunesse contre le miroir aux alouettes. Vanter la beauté des paysages, l’attrait de l’étranger, le fait d’appartenir à une grande famille, voilà les atours de l’armée, l’enrobé. Pour contrecarrer cette image D’Épinal, nous pouvons opposer les massacres de masse perpétués par toutes les armées quel que soit le continent où se déroule un conflit armé. Dénoncer aussi les armes chimiques, bactériologiques, nucléaires et son cortège de souffrance. Les premières victimes des guerres sont les femmes et les enfants. La torture s’adjoint aisément une fois un conflit enclenché. C’est en période de paix que l’on peut défendre le plus efficacement la paix. Une fois la guerre déclarée, l’irrationalité prend le dessus jusqu’au moment où l’adversaire est écrasé ou la négociation reprend ses droits après avoir compté ses monceaux de cadavres et de mutilés….

Derrière les guerres, se cachent la plupart du temps des intérêts économiques qu’on peut appelé géostratégiques parfois. L’établissement d’une société libertaire ne peut se réaliser que si l’on détruit le militarisme mondial qui est l’instrument de toutes les idéologies autoritaires. Dans un premier temps nous devons lutter contre la manipulation des esprits afin de prôner une société d’hommes et de femmes fiers et libres. Nous envisageons une société antiautoritaire où l’être humain pourra laisser s’épanouir sa personnalité car de nos jours nous pourrions satisfaire tous les besoins des habitants de la planète. L’avenir dépend des hommes et de leurs choix. Parce que nous sommes des éternels optimistes, nous considérons que seule la pensée anarchiste défend la cause de l’homme et des femmes. Cela prendra du temps mais l’utopie d’hier n’est-elle pas devenue réalité aujourd’hui pour bon nombre de sujets ?

Une partie de la jeunesse plutôt que de se laisser attirer par les sirènes militaristes ne peut-elle être attirée par la lutte contre toute servitude dont l’économique est la plus importante, contre toutes les autorités hiérarchisées, les préjugés et les conformismes qui nous rendent esclaves et non maîtres de nos destinées ? Alors nous faisons le pari de la liberté et de la capacité d’établir une société solidaire alliant l’intérêt individuel et collectif. Pour cela ne tombons pas dans les pièges grossiers des va-t-en-guerre qui ne peuvent que nous mener à la régression et à la souffrance.

Commenter cet article