La vraie histoire de la résurrection de jesus 

Publié le par Bernard Gasnot

La vraie histoire de la résurrection de jesus 
La vraie histoire de la résurrection de jesus 

Le chef religieux juif Caïphe a créé des fausses accusations envers jésus puis a contraint (intérêt politique en jeu) ponce Pilate de le tuer comme opposant politique (roi) puis joseph d'arimathie ami de jésus (essénien) était bien vu chez les romains il a intercéder au niveau de la peine jésus savait qu'il dérangeait l’élite juive

- Jésus est condamné par un tribunal juif (le Sanhédrin) pour un motif religieux (profanation du temple, usurpation de messianité) tandis que sa condamnation est validée par Ponce Pilate pour un motif politique Jésus refuse de payer l'impôt à Rome, et que la peine exécutée est une peine de droit commun, réservée aux délinquants : la crucifixion. « Ils le crucifièrent », donc, nous disent en chœur les deux évangélistes Marc (chapitre 24) et Luc (chapitre 23) : une formule pour le moins expéditive dans une affaire aussi exceptionnelle.

Regardez une image de crucification avec ou sans jésus

Autre détail dans la crucifixion il est interdit de décrocher le supplice peu de temps après loi romaine qui le stipule

- La réalité historique du supplice de la crucifixion à l’époque romaine est nettement différente. Car, dans l’Antiquité, dans toutes les civilisations, on adore crucifier. On crucifie même parfois la tête en bas, c’est amusant aussi. Seuls les Romains, en revanche, avec leurs habitudes de réglementation, donnent une nature spécifique à la crucifixion et en fixent les modalités homogènes : la crucifixion est une peine infamante réservée à ceux qui troublent l’ordre public, criminels ou révoltés, généralement appliquée à des non-romains (mais les légionnaires y ont droit aussi). Cela explique (enfin) clairement pourquoi Jésus (qui est accusé d’avoir troublé l’ordre public et de s’être prétendu roi) y est condamné... cette torture est en fait particulièrement raffinée. Les clous ne sont pas plantés dans la paume de la main mais dans les poignets (dans l’ « humérus »exactement) afin que le condamné reste bien fixé malgré le poids de son corps qui déchirerait à la longue les tissus de la main, ce qui lui permettrait de s’échapper sans blessure véritablement mortelle.

Le condamné autre que jesus n’a pas les pieds sur un bloc de bois : on ne se soucie évidemment guère de son confort ! Les pieds du condamné sont en réalité posés l’un près de l’autre puis les jambes sont brutalement tournées de côté et l’on plante un long clou qui traverse latéralement les deux pieds et vient se planter dans le socle de la croix : le condamné a donc le bassin qui forme un angle droit avec son torse, ce qui l’empêche de respirer librement. Car, contre toute attente, la mort n’est pas obtenue par les diverses blessures infligées (os des tibias) casses ni par les effusions de sang, en réalité assez limitées. Elle résulte de l’atroce alternance entre la suffocation et l’asphyxie.

-Une éponge imbibée de vinaigre fut place a dessus de sa tête par qui et pourquoi ?

Dans l’évangile de Matthieu écrit un vin mêlé de fiel donc j'ai cherché il s'agit du vinaigre mêlé de venin de serpent (médecine égyptienne) breuvage toxique entraîne la mort que si l'on en abuse pas contre celui-ci a petit dose peut ralentir le rythme cardiaque pour des opérations médicales or pour jésus on ne lui fait boire mais sucer

Après « la crucification » de jésus faite à la veille du sabbat et au début de la fête de pessah pour certaine raison

Joseph d'arimathie (autre frère de jésus) il s'arrange avec ponce Pilate pour pouvoir disposer du corps de jésus (endormi) pour ponce Pilate ce romain crois a une dépouille mortuaire bref afin de l'ensevelir ponce Pilate pour s’assurer fait venir un centurion qui lui pique la cuisse (jesus)

Joseph d’arimathie invoque le règlement qui stipule dans le Deutéronome et confirmer dans le nouveau testament en langage cachée et l'un des manuscrits de la mer morte le rouleau du temple longtemps cachée par l’église

Si un homme, coupable d'un crime capitale a été mis a (mort) et que tu l'aie suspendu son cadavre ne pourrais y rester la nuit mais tu dois l'enterrer le jour même

Joseph d'arimathie obtient gain de cause ponce Pilate rentre a Jérusalem le laissant se débrouiller seul joseph avec certains disciples descends jésus de la crois et dirige vers Quiram (grotte ayant double entrée pour faire croire disons a une résurrection) donc après le sabbat jesus est parti et voilà pourquoi le tombeau fut vide d'où la sa résurrection

Au tombeau a la double entrée on le soigne ( st Thomas dit Thaddee,simon de Cyrène, joseph d’arimathie ) le jour(début) du sabbat afin d’être tranquille on lui apporte un mélange de myrrhe et d’aloès qu’il boit pour évacuer le fiel seul la famille de jésus, marie madeleine et 9 des apôtres le savent car ils appartiennent de prés a la descendances de David sauf trois pierre, Paul et judas puisque (cœurs pas pur)

Marie madeleine est déjà enceinte elle porte l’enfant de jésus (fille) a l’époque de la crucification (à Jérusalem dans une église russe un tableau représente cette évènement encore un message) Au lendemain de la « mort » de jesus elle doit fuit pour se protéger sa descendance en Provence 6 mois après marie madeleine accouche d’une fille

Jésus est à damas caché avec les dirigeants juifs pour évoquer de la situation vis-à-vis de Rome. Pierre et Paul cherche a créé une discorde en vers la communauté juive s’arranger de monter un mouvement politique religieux le début du catholicisme remanier de leurs façons tout en se servant de la vie de jésus

En l’an 36 la famille de jésus se retrouve pour un temps marie madeleine. Elle se retrouve enceinte d’un garçon qui aura le nom de jésus puis aura un autre garçon nomme Josèphe en Provence

jésus va Rome en passant par malte et la Crète puis prend la direction de l’inde au nord (Cachemire) à Srinagar il meurt là-bas d’où un étrange monument funéraire du nom de Rozabal, érigé en l'honneur d'un saint homme du nom de Yuz Azaf, son corps est ramené en sa terre mais il est enterre secrètement mais il laisse un message à certains grand maitre (un chevron et un oeil ........)

Josèphe d’arimathie (frere de jesus) prend en charge les fils (jesus) et va vers l’ouest la Bretagne et l’Ecosse

Julius Africanus et le texte de la généalogie de Jésus

Le témoignage de Julius Africanus dans sa Lettre à Aristide.

Originaire de Palestine, Africanus fut actif dans la première moitié du IIIe siècle. À une époque impossible à déterminer en toute certitude, mais que l’on peut situer avec une certaine vraisemblance dans les années 230 ou, plutôt, 240, il s’engagea dans une polémique sur l’accord de Matthieu et Luc dans la généalogie de Jésus. Le texte de la lettre qu’il adressa alors à un certain Aristide (inconnu par ailleurs) ne nous est parvenu que par l’intermédiaire de deux x longues citations d’Eusèbe de Césarée, la première dans son Histoire ecclésiastique la seconde dans ses Questions évangéliques; leur combinaison permet de reconstituer plusieurs pages de ce texte. Soucieux de défendre la véracité historique des évangiles, Africanus y proposait une solution pour concilier leurs présentations divergentes de l’ascendance du Christ qui eut un écho considérable des siècles durant.

Leur fille resta en France avec marie madeleine

il faut savoir que de grands peintres comme de Vinci, Botticelli, caravaggio; poussin, fra Angelico, Giovanni Lanfranco et d’autres transmettre cette vérité dans de leurs oeuvres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article