La face cache de Lénine (Volodia) 5

Publié le par Bernard Gasnot

Archives tirées du parti communisme soviètique

Helsinki : seconde émigration

Lenine espérait demeurer en sécurité dans le grand-duché de Finlande, il pensait que la réaction du pouvoir durerait plusieurs années et entendait rester autant que possible à kuokkala mais la situation en fut autre. Vers la fin du mois de novembre les membres du comité reçurent un message les avertissant de la présence policier dans les environs, Satan du se préparer à partir via Helsinki.

Lenine se terra au village d’Olgbu a l’entree d’Helsinki de toute évidence si satan ne voulait se faire arreter il devait fuit a l’étranger. Il se déplaçait que la nuit et de là gagner Nauvo puis Stockholm. A stockholm il dû fuir vers Genève, toutes les polices connaissaient ses antécédents et ses révoltes

Genève

Sa femme le rejoignit et pendant quelques mois à Genève mais durent déménager deux fois pour leur sécurité. Peu à peu il retrouva la sante et le moral mais celle-ci fut de courte durée. Lors d’un comité central en suisse il se prit la tête avec les révolutionnaires suisses puis avec ses amis qui essayèrent de le calmer, ne partageant pas les idées suisses, pays fort peu sympathique, satan et sa femme vendirent leur propriété et installèrent en France

France : region parisienne

Quand satan tombe dans la débauche malgres ses convictions (voir chapitre 2)

Le couple arriva en France 1908, lénine quelque temps apres il tomba amoureux d’une autre femme Inessa qu’il ramena chez lui au triment de ses valeurs (voir chapitre 2), sa femme du faire ménage à trois malgres elle « belle exemple de bigamie » pour satan la joie était aussi d’avoir deux belles mères sous son propre toit un esprit de domination………. Bref satan en fut satisfait

Lenine malgres ses rentes régulières qu’il percevait, il recevait aussi des revenus provenu de braquages de banque qu’organisaient ses amis bolchevicks Lenine m’aimait pas paris, qu’il décrivait « comme un trou infect » il était exaspérée de trouver des bolchevicks ignorants et s’abstenait a etre avec toutes autres partis qui n’avaient ses idées et quand il lui arrivait de rencontrer des socialistes bourgeois -révolutionnaires dans un café fréquenté par la communauté russe de paris il pouvait se montrer tout affable, mais l’un de ses camarade lui releva une pointe d’agressivité dans ses plaisanteries .Viktor Tchernov au cour d’une discussion lui dit ceci

« Vladimir Illich si tu es pouvoir tu ferais pendre et tuer beaucoup de gens, meme tes propres amis qu’ils soient de tes convictions ou pas «

Satan parti dans un grand rire cynique viktor avait raison lors de l’accession de lénine au pouvoir … l’humour macabre mis à part de lénine faisait des fixations sur les querelles de fraction au sein du parti, par moment il les provoquait cela lui plaisir

Un saut à Vienne

Création d’un journal

Trotski rejoint lénine a vienne pour cree un journal populaire « la Pravda », par ce journal Lenine et trotski mettent toutes leurs énergies pour attaquer leurs rivaux et se débarrasser d’elements non fiable politiquement et consolider son noyau fort au sien de son comité « une forme de militantisme qu’il pratiqua pendant toutes sa carrière » mais ce journal provoqua la colère de ses partisans certains se demandaient comment un seul homme pouvait si facilement créer la pagaille dans le parti. Le camarade Fedor Dan avait souvent entendu cette question et il avait une réponse toute simple

« Parce que personne autant que lui se préoccupe de sa révolution, il y pense vingt-quatre sur vingt-quatre heures, il en rêve meme »

Lenine était pénible orgueilleux, et mégalomane parce qu’il était fractionnaire car il croyait que seules ses idées feraient avancer la cause de la révolution Au critiques les plus acerbes qu’il vociférait envers ses camarades était intenables certains membres du parti et leurs partisans ne pouvaient lui accorder de confiance, Gorky ne supportait pas la violence de ses propos car lorsqu’il lut le livre de lénine entre les mains « materialisme et empiriocritique » il en lut une partie et le jeta parterre puis il se retourna vers satan il exclama :

« Tous ces gens qui crient à veut l’entendre- je suis marxiste et un prolétaire pour ensuite clouer le bec a leurs voisins et aux camarades en leurs aboyant en pleine figures, me répugne autant que tous les philistins (Personne vulgaire et bornée). Ce sont des misanthropes (l'art de détester et de mépriser le genre humain sans aucune distinction de sexe, d'ethnie, de religion ou de nationalité.) divertissant leurs hypocondries (L'hypocondrie ou trouble hypocondriaque est une maladie se traduisant par une peur permanente, une obsession pour son état de santé).le romancier russe leskov l’avait déjà signaler Un homme ne vaut rien si rien résonne en lui une conscience aigüe de la relation a l’autre et s’il est prêt a sacrifier l’esprit de la camaraderie sur l’autel de la vanité

C’est exactement ce que fit lénine dans son livre, sa discussion sur la vérité il la mènerait que dans le but de faire triomphe et pouvez qu’il est un bon marxiste pour le meilleurs de la terre

France

De retour il retournât en France poursuivre ses vacances et débauches à travers les régions de France

Les trois années de son émigration, commence par l’humiliation se termineraient en apothéoses. Seul un récidiviste du factionnalisme comme lénine pouvait se laisser emporter par un tel optimisme

A suivre …

Commenter cet article