La face cache de Lénine (Volodia) 4

Publié le par Bernard Gasnot

Archives tirées du parti communisme soviètique

Lenine et le peuple

1905 Angleterre, suisse et stockholm

Apres de longues vacances ; il aura a fallu du temps à Lénine à reconnaitre et de reconsidérer fondamentalement sa stratégie mais il ne put de s’y tenir et il s’est rependu d’injures au comité bolchevick sur les camarades auxquels il se trouvait trahis

A ce dimanche rouge (1) peu de temps, il prit la parole devant les révolutionnaires et le peuple (beaucoup de refugies), il leurs annonça qu’il userait de méthodes violentes il les formula avec un niveau de précision bien plus sanguinaire que tout ce que l’on pouvait s’imaginer il souhaiterait assisté a des scènes de boucheries et trouverait un cruel plaisir à les recommander,

Lenine débordait d’imagination : fournir des armes aux ouvriers, étudiants etc. Créer des espions qui devraient assassiner toutes personnes suspectes, pour les combats de rue retirer les paves et s’en servir, préparer des récipients d’eau et d’huiles bouillantes constituer des bidons d’acide pour les force de l’ordre. Ces tactiques inquiétaient le parti bolchevick, mais Lénine s’exprimait avec une telle rage encrée profondément en lui, quitte à les coucher sur le papier il ne se souciait guère des avis des autres

Les aspirations les plus profondes de Lénine

« Certes tous les extrêmes sont pas mauvais, mais tous ce qui est bon est porté a l’extrêmes, employer les méthodes de Robespierre fut sa propre pensée …sans pitiés Son auditoire l’écouta sans elevé la moindre objection

(1) Le Dimanche rouge ou « dimanche sanglant »)

Le 22 janvier (9 janvier) 1905 à Saint-Pétersbourg, une répression sanglante d'une manifestation populaire sur la place du Palais d'Hiver par l'armée impériale, qui tira sur la foule. Cet événement dramatique marque le début de la révolution russe de 1905. En janvier 1905 débute une grève aux usines Poutilov après le licenciement de quatre ouvriers, elle s'étendit à d'autres usines. Le 21 janvier (8 janvier) 1905, il y eut jusqu'à 200 000 grévistes. La quasi-totalité des entreprises pétersbourgeoises étaient touchées. Des revendications politiques voient le jour Le dimanche 22 janvier 1905, une foule considérable, évaluée par les témoins à un nombre compris entre 50 000 et 100 000 personnes, ouvriers et habitants de Saint-Pétersbourg, participe à une marche pacifique (beaucoup sont venus avec leurs enfants, les tirs éclatèrent avant que la foule soit parvenue à la place du Palais, Les manifestants réclamaient :

La libération de tous les révolutionnaires emprisonnés ;

De meilleures conditions de travail ;

La cession des terres aux paysans ;

La suppression de la censure.

La création d'un parlement.

Les gardes ouvrent alors le feu sur les manifestants. le commandement armé dépassé par l'ampleur de la manifestation aurait pris cette initiative

Les chiffres officiels font état de 96 morts et 333 blessés. Un emballement médiatique sans précédent s'ensuit. Des chiffres non officiels avancent des chiffres beaucoup plus élevés : 2 100 selon l'Evening Sun de New York, 6 000 selon plusieurs quotidiens de Berlin, 5 000 morts selon la presse italienne, 10 000 morts selon certains titres britanniques

A suivre……………………

Commenter cet article