La face cache de Lénine (Volodia) 3

Publié le par Bernard Gasnot

Ces Archives tirées du parti communisme soviètique

Lenine et sa maladie

A l’ouverture des archives, les consultations des documents relatifs à son etat de santé a relevé qu’à l’epoque il était tres pres de s’écrouler physiquement et nerveusement. Au printemps 1903 déjà il avait contracter la maladie des ardents ; souvent, on appelait « La peste bubonique , parfois sans autres précisions, toute maladie d’allure épidémique et à forte mortalité ;il provient de L’ergot est une espèce polyphage, c’est-à-dire parasite sur une d’espèces de céréales ,le blé ou graminées sauvages», les tensions nerveuses, biens étrangères a l’origine de la maladie ,avaient compliqué son rétablissement

Sa femme Nadejda avait remarqué que ses nerfs étaient sur le point de lâcher, mais aussitôt apres il souffrit de violentes migraines le jour et d’insomnies la nuit, les dissensions et les factions politique en etaient à l’origine entre temps il attrapa la syphilis. Il résolu d’aller voir des spécialistes suisses en medecine, il en ressorti soucieux selon les médecins suisse cela venait de la tête et non de l’estomac cette maladie fut la neurasthénie un blocage de tout le système nerveux (paralysie du corps) entrainant l’AVC

Toutes fois s’il avait dû se résoudre à réduire ses activités publique et politiques, lénine en serait devenu fou, la politique fut toutes sa vie .Il reconnaissait que de longues vacances seraient souhaitable mais pour lui cela ne changerait a pas grand-chose donc il ne chercha pas à modifier son train de vie aux grands désespoirs des médecins

La seule chose qui comptait pour lui c’est de déclencher une révolution sanglante et vite et il avait bien d’etre celui par qui elle arriverait

Sa mort et son autopsie

En mai 1922, il est victime d'un premier accident vasculaire cérébral dont il se remet en quelques mois. En décembre, un deuxième AVC le frappe qui marque la fin de sa carrière politique en même temps qu'il paralyse son côté droit. En mars 1923, une troisième attaque cérébrale le prive définitivement de la parole.

En effet, l'autopsie a montré que les AVC à répétition de Lénine étaient dus à une importante athérosclérose de ses artères cérébrales. Celles-ci s'avérèrent presque bouchées et ne laissaient quasiment plus passer de sang puis Les gros vaisseaux sanguins du cerveau de Lénine, rigidifiés par les plaques d'athérome, étaient en quelque sorte en train de se pétrifier... la taille importante des lésions du cerveau de Lénine et leur emplacement correspondent peu à ce que provoque d'ordinaire une neuro-syphilis.

A suivre …………………………

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article