L'IDEE D'EGALITE CHEZ LES BOLCHEVIKS AU TEMPS DE LENINE

Publié le par Bernard Gasnot

lors de mes précédents écrits sur lenine "la face cachée de lenine" j'ai voulu savoir ce que pensait certains mouvements politiques de l’étranger vu la situation . Premier écrit est de makhno communiste libertaire, anarchiste a suivre ...

De Nestor Makhno

Dans ce pays l'égalité fut fermement condamnée et que toute la philosophie de cette époque était même nourrie aussi par l'aspiration à l'égalité. Il estimait que toute référence à l'égalité et philosophie ne pouvaient être que nocive et intolérable aux paysans.

"Peut-on parler d'égalité aux paysans? Non, ce n'est pas possible car, dans ce cas, il se mettrait à exiger les même droits que les ouvriers, ce qui serait en complète contradiction avec la dictature du prolétariat.
Peut-on parler d'égalité aux ouvriers? Non, ce n’est pas non plus possible, car, par exemple, si un emploi identique est occupé par un communiste et un sans parti, la différence tient en ce que le premier touche un salaire double du second. Reconnaître l'égalité permettrait au sans parti de toucher le même salaire que celui d'un communiste. Est-ce convenable, camarades? Non, cela ne l'est pas.
Peut-on encore appeler les communistes à l'égalité? Non, ce n'est pas non plus possible, car eux aussi occupent des places différentes, tant par leurs droits que par leur situation matérie
lle."

Pour l'instant, tant que la révolution mondiale n'est pas accomplie et comme on ne sait quand elle se réalisera, il ne saura être question de quelque égalité que ce soit et avec qui que ce soit. En particulier, aucune égalité des droits ne pourra exister, car elle risquerait alors de nous entraîner vers des déviations "démocratiques" très dangereuses.


C'est sous cet étendard de la terreur que règne sur la vie et la liberté des travailleurs de l'ancienne Russie - dénommée désormais "Union des Républiques Soviétiques Socialistes" - Le sang des anarchistes coule bientôt depuis huit ans, parce qu'ils n'ont pas voulu s'incliner servilement devant la violence et l'impudence des bolchevismes qui se sont emparé du pouvoir, ni devant leur idéologie notoirement mensongère et leur totale irresponsabilité. Dans cet acte criminel, acte que l'on ne peut qualifier autrement que de débauche sanglante des dieux bolcheviste,
ou au nom de la liberté et de l'égalité comme, disent les bolcheviques, en continuant à exterminer des milliers de révolutionnaires anonymes, combattants de la révolution sociale, étiquetée "bandits" et "contre-révolutionnaires". Par ce mensonge éhonté, les bolchéviks ont masqué aux yeux des travailleurs du monde entier le véritable état des choses en Russie, en particulier leur banqueroute complète dans l'édification socialiste, banqueroute qu'ils ne veulent reconnaître jusqu'à maintenant, alors qu'elle est plus que flagrante pur tous ceux qui ont des yeux pour voir.

Les anarchistes ont signalé à temps aux anarchistes de tous les pays les crimes bolcheviks dans la révolution russe. Le bolchevisme incarnant l'idéal d'un état centralisateur, est apparu comme l'ennemi mortel de l'esprit libre des travailleurs révolutionnaires. Usant de mesures inouïes, il a saboté le développement de la révolution et sali l'honneur de ce qu'il y avait de meilleur en elle. Se masquant avec succès, il a dissimulé au regard des travailleurs sont vrai visage, en se donnant pour le champion de leurs intérêts. Ce n'est que maintenant, après huit ans de règne, en se rapprochant de plus en plus de la bourgeoisie nantie internationale, qu'il commence à ôter son masque révolutionnaire et à dévoiler devant le monde du travail le visage d'un rapace exploiteur.

Les bolcheviks ont abandonné l'idée d'égalité, non seulement en pratique, mais aussi en théorie, car la seule expression leur paraît maintenant dangereuse. C'est assez compréhensible, toute leur domination repose sur une idée diamétralement opposée, sur une inégalité criante, dont toute l'horreur et les maux se sont abattus sur le dos des travailleurs. Souhaitons que les travailleurs de tous pays en retirent les conclusions nécessaires et, à leur tour, en finissent avec les bolcheviks, porteurs de l'idée de l'esclavage et o
ppresseur du Travail.

Nestor Makhno anarchiste et communiste libertaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article