Karl Marx pile ou face

Publié le par Bernard Gasnot

Karl Marx   pile ou face
Qui est-il? d'ou vient-il? ,part ses écrits que pense t-il,,agit-il bien pour le bien de peuple.. non il vivait a l'encontre des ses idées malgres ses écrits exemple une note adresse a Bakounine En 1871 lorsqu’éclate la Commune de Paris. Marx écrit "je dédaigne l'action des communards, considérant que seul le mouvement ouvrier allemand est réellement mûr pour faire la révolution"
Déjà de sa naissance il est de la famille de Rothschild il nanti toute sa vie , sses enfants seront bien place mariés avec des hommes de finances et politiques

voici deux document concernant a vie

Karl Marx était le cousin au troisième degré de Rothschild

« Afin que le sens véritable des choses ne puisse jamais être compris par les goyim avant le moment voulu, nous le dissimulerons sous un prétendu désir ardent de servir les classes laborieuses… » Protocole de Sion VI

1 doc

Karl Heinrich Marx (5 mai 1918 – 14 mars 1883), était un idéologue politique Juif du 19ème siècle qui se présentait au monde comme journaliste et économiste. Il est surtout connu pour avoir subverti le mouvement socialiste naissant, probablement en tant qu’agent de son cousin Rothschild ; et sur les instructions de son mentor Moïse Hess, en créant une prétendue théorie « scientifique » connue sous le nom de Marxisme.

Marx provenait d’une longue lignée de rabbins Juifs. Il vivait dans la misère à Londres, dans la Dean Street. Il fréquentait le Red Lion Pub sur Great Windmill Street, à Soho, où lui et Friedrich Engels se virent sollicités pour rédiger ce qui devait devenir le Manifeste Communiste. Son œuvre la plus connue est le livre Das Kapital, qui oubli de mentionner le fait que l’argent est imprimé à partir de rien par ses propres cousins, les Rothschild.

ARRIÈRE-PLAN

Karl Heinrich Marx, le Juif Ashkénaze naquit à Trèves, dans le royaume de Prusse, le 5 mai 1818. Son père était Hirschel Mordechai et sa mère Henriette Pressburg. Le nom Juif de Marx est Chaim Hirschel Mordechai. Marx descendait d’une famille de rabbins Talmudique ; ses ancêtres paternels occupaient la fonction de rabbin de Trèves depuis 1723, jusqu’à son propre grand-père.

Au cours de la Sixième coalition des Guerres Napoléoniennes, le père de Marx, Hirschel Mordechai, devint Franc-maçon en 1813, intégrant la loge de l’Étoile Hanséatique à Osnabrück. Après la guerre, il feignit de se convertir au Luthérianisme dans le but de mieux se fondre au sein de la société Prussienne. Il prétendait être un bourgeois libéral « assimilé » défendant les idées des lumières, défenseur de la « libre pensé ». Il était richissime, possédant certains vignobles de la Moselle.

Un des grands parents de Marx était Nanette Salomon Barent-Cohen, qui appartenait à une puissante famille d’Amsterdam. Sa cousine avait épousé Nathan Mayer Rothschild et donné naissance à Lionel Nathan Rothschild, le « Baron » et Membre du Parlement de la City de Londres.

SA LIGNÉE

L’AGENT DE ROTHSCHILD

La mission de Marx était de coopter le mouvement socialiste naissant. Avant que Marx ait rédigé le moindre mot, à la suite de la Révolution Industrielle, le mouvement socialiste existait déjà en Allemagne, en France, en Angleterre et partout ailleurs. Les Marxiste ont essayé de monopoliser le socialisme et insistent sur le fait que si vous ne suivez pas les théories Marxistes, vous ne pouvez pas être un socialiste. Il s’agit clairement d’une fraude et d’une usurpation.

Une question majeure se pose alors : « qui était derrière Marx ? » Le livre Der preußische Regierungsagent Karl Marx de Wolfgang Waldner, suggère qu’initialement Marx travaillait comme indicateur de police pour le régime Prussien.

Wadner mentionne le fait que Marx a épousé Jenny von Westphalen en 1843. Elle venait d’une riche famille Prussienne. Son frère était Ferdinand von Westphalen, le ministre de l’intérieur de la Prusse de 1850 à 1858. Le beau-frère de Marx qui dirigeait un vaste réseau d’espions surveillant étroitement les dissidents…

Marx déménagea à Londres en 1849… Tandis qu’il rédigeait Das Kapital dans la salle de lecture du British Museum, son célèbre cousin Lionel de Rothschild, était commodément Membre du Parlement de la City de Londres… (1847-1868 & 1869-1874).

Les Rothschild (cousins de Marx au troisième degré) et d’autres éminents financiers Juifs étaient à la pointe de la promotion de « l’émancipation Juive », ainsi que des idées protestantes libérales et maçonniques qui s’emparèrent de la société au début du 19èmesiècle…

La découverte du financement (bolchevique) de Marx comme complice de Rothschild fut révélée par son rival contemporain de la Première Internationale, Mikhaïl Bakounine en 1869. Ce dernier n’était même pas au courant du fait que Marx et Rothschild étaient cousins. Bakounine écrivit avec prescience :

« Ce monde est à présent, du moins dans la majeure partie, à la disposition de Marx d’un côté, et de Rothschild de l’autre. Cela parait étrange. Que peut-il bien y avoir de commun entre le socialisme et une banque de premier plan ? La raison en est que le socialisme autoritaire, le Communisme Marxiste, exige une forte centralisation de l’État. Et là où il se produit une centralisation de l’État, il doit nécessairement y avoir une banque centrale, et lorsqu’une telle banque existe, nous trouvons obligatoirement derrière la nation Juive parasitique, spéculant sur le travail du peuple. » — Mikhaïl Bakounine, Profession de foi d’un démocrate socialiste russe, précédé d’une étude sur les juifs allemands, 1869.

LA RUSSIE

Mais peut-être l’aspect le plus prononcé et persistant de l’idéologie Marxiste était sa haine radicale et extrême de la Russie (le dernier bastion de la civilisation Chrétienne)… Lui et Engels considéraient la Russie et les Slaves en général comme des barbares sous-humains (völkerabfall). S’il avait vécu pour voir ses héritiers idéologiques Vladimir Lénine, Léon Trotski✡, Grigory Zinonie, les exterminer par million, il aurait sans nul doute gloussé de contentement aux horreurs qu’ils durent subir, hommes, femmes et enfants…

Marx utilisa le journal Neue Rheinische Zeitung pour inciter à une guerre contre la Russie. Cette russophobie était également derrière l’étrange alliance avec le Tory David Urquhart, lorsqu’il emménagea à Londres et il s’avère ainsi que Marx a le sang du peuple qui mourut dans la Guerre de Crimée sur ses mains juives. Henry Hyndman, qui passa des heures en compagnie de Marx, relate dans Record of an Adventurous Life, que cette obsession antirusse peut être attribuée à l’ethnocentrisme Juif de Marx. Les Soviétiques essayèrent de dissimuler ce fait à propos de Marx…

CITATIONS DE MARX

« Le Juif s’est émancipé d’une façon juive, pas seulement en gagnant du pouvoir financier, mais parce qu’à travers lui et sans lui, l’argent est devenu un pouvoir mondial et l’esprit pratique Juif est devenu le pragmatisme des nations Chrétiennes. L’émancipation des Juifs est allée si loin que les Chrétiens sont devenus des Juifs. Oui, la domination pratique du Judaïsme sur le monde Chrétien a atteint l’apogée de son expression pratique en Amérique du Nord. »

« Quelle était la véritable base de la religion Juive ? Le besoin pratique, l’égotisme. Le Dieu du besoin pratique et de l’égoïsme est l’argent. L’argent est le Dieu jaloux d’Israël devant lequel aucun autre Dieu ne doit exister. L’argent rabaisse tous les dieux des hommes et les transforme en simple commodités. Le Dieu des Juifs est devenu le Dieu de l’univers. Le véritable Dieu des Juifs est l’argent. Leur Dieu n’est qu’un illusoire billet de banque. »

« Nous reconnaissons ainsi dans le Judaïsme un élément général antisocial qui a atteint le pinacle de son développement historique, auquel les Juifs ont assisté avidement, et à présent il doit nécessairement se dissoudre lui-même. La finalité de l’émancipation des Juifs est l’émancipation de l’humanité du Judaïsme. »

« Les classes sociales et les races trop faibles pour maîtriser les nouvelles conditions de vie doivent disparaître… Elles doivent périr dans l’holocauste révolutionnaire. » – Karl Marx, 16 avril 1856, Journal du Peuple de Marx, Journal de l’histoire des idées, 1981.

« Le destin des autres peuples et races, petites ou grandes, est de périr dans l’holocauste révolutionnaire. » Karl Marx, Die Neue Rheinische Zeitung NZR, janvier 1849.

La plupart des guerres servent à protéger, consolider et étendre le monopole monétaire frauduleux des banquiers. elle fut finance par sa famille les Rothschild

La Révolution Bolchevique fut une ruse des banquiers Juifs kabbalistes pour détruire le dernier pays constituant une menace à leur monopole mondial sur le crédit. Créée en 1860, la Banque d’État de l’Empire Russe créait la monnaie presque sans dette et sans intérêt. Contrairement à l’image répandue par les médias occidentaux judéo-maçonniques, la Russe pré révolutionnaire était florissante.

Goodson écrit : « En 1861, le Tsar Alexandre II (1855-1881) abolit le servage qui en ce temps-là affectait 30% de la population. En 1914, très peu de terres étaient possédées par les propriétaires terriens russes… 80% des terres arables étaient entre les mains des paysans et elles leur avaient été cédées pour des sommes modiques. »

En 1913, la Russie produisait environ 40% des céréales et dépassaient de 25% les récoltes combinées de l’Argentine, du Canada et des États-Unis.

De 1890 à 1913, Goodson explique que la production industrielle a quadruplé et que le secteur industriel russe était capable de satisfaire 80% de la demande intérieure pour les produits manufacturés. De 1895 à 1914, l’augmentation annuelle du PIB fut de 10%. En 1912, la Russie bénéficiait du taux d’imposition le plus faible au monde parce qu’elle ne payait pas d’intérêt sur des dettes fictives.

« Tout au long de la période du système bancaire étatique, il n’y eut aucune inflation et aucun chômage », explique Goodson.

Il poursuit : « le 7 novembre 1917, les Rothschild, craignant que la reproduction de cet extraordinaire exemple de liberté et de prospérité ne détruise leur empire bancaire, provoquèrent et financèrent une révolution judéo-bolchévique en Russie, qui ravagea et ruina un pays merveilleux et envoya à la mort par le massacre et la famine, plus de 66 millions d’innocents, selon Alexandre Soljenitsyne.

Les dirigeants communistes comme Karl Marx, Trotski, Lénine et Staline n’étaient rien que des hommes de paille œuvrant pour le compte des Rothschild. Le Communisme fut dépeint comme la révolution du peuple. En fait, ce fut la destruction brutale d’une civilisation chrétienne fière par un culte Juif satanique voué à l’asservissement de l’humanité.

Le fait que leurs crimes innommables ne soient jamais mentionnés en Occident est un signe que la société occidentale n’est qu’une colonie mentale et physique.

La société occidentale n’a aucune crédibilité ni la moindre légitimité morale. Qu’en est-il de la Russie de Poutine ? Elle passe certainement pour une défense de l’humanité contre le Nouvel Ordre Mondial. Assurément, tout ce que les Russes disent a bien plus de sens que tout ce qui émane de Washington, d’Ottawa ou des capitales européennes.

doc 2

Qui est Karl Marx? |fiche de renseignement de la police prussienne sur son exil en Angleterre

Le rapport a été élaboré entre 1852-1853 par un policier prussien sur Karl Marx, sa famille et de l’environnement dans lequel ils vivaient. Ce que ne dit pas l’article est que le ministre de la police de l’époque est le frère de jenny.

Le chef de ce parti (les communistes) est Karl Marx ; les autres dirigeants les plus proches sont Friedrich Engels, qui vit à Manchester et Freiligrath et Wolff (a) « Lupus » à Londres, Heine à Paris, Weydemeyer et cluss aux États-Unis ; Burgers et Daniels sont à Cologne (Köln) et Weerth, à Hambourg. Mais l’esprit actif et créatif, l’âme véritable du parti est Marx ; Je tiens donc à vous parler de sa personnalité

Marx est de taille moyenne, il a 34 ans ; Mais malgré son âge, ses cheveux sont déjà gris; il a une corpulence vigoureuse ; les traits du visage rappellent beaucoup ceux de Szemere [Bertalan] ; Il a une couleur de peau foncée et ses cheveux et sa barbe sont très noirs ; il porte la barbe ; ses yeux sont grands, fougueux et pénétrant, il a quelque chose de sinistre, de démoniaque. Cependant, il montre, à première vue, le regard d’un homme de génie et d’énergie. Sa supériorité intellectuelle exerce une influence irrésistible sur ceux qui l’entourent.

Dans sa vie privée il est extrêmement sale et cynique ; Il est un mauvais gestionnaire et mène réellement une vie de Tziganes. Se laver, se peigner, changer son linge de corps sont pour lui des choses très étranges, avec beaucoup de joie, il lève le coude. Souvent, il passe toute la journée ne rien faire, mais s’il a quelque chose à faire, il travaille jour et nuit avec une résistance sans limite ; le sommeil et l’éveil ne sont pas dans sa vie distribués de façon régulière ; souvent il reste éveillé toute la nuit, mais alors, vers midi, il se jette sur le canapé et dort jusque dans la nuit, sans se soucier de ceux qui l’entourent, dans cette maison on entre et on sort comme on veut.

Sa femme la soeur du ministre prussien de Westphalen, est une femme cultivée et agréable, qui, pour l’amour de son mari, s’est adapté à une vie de gitane et maintenant se sent parfaitement bien dans leur environnement, dans cette misère. Il a deux filles et un garçon, tous très mignon et les mêmes yeux intelligents du père.

Karl Marx et Friedrich Engels,

En tant qu’époux et père Marx, malgré son caractère agité et violent, est le plus tendre et le plus doux des hommes qui soit du monde. Marx vit dans un des pires quartiers de Londres et par conséquent l’un des moins onéreux. Son domicile est constitué de deux pièces, celle face à la rue et le Hall et l’autre qui est à l’arrière et sert de chambre pour dormir dans toute la maison il n’y a pas un seule meuble propre et en bon état. Tout est en ruine, ébréché, usé, revêtu d’une couche de poussière de l’épaisseur d’un doigt ; partout règne le plus grand désordre. Au milieu de la pièce trône une relique, une grande table, recouverte d’une couche de cire qui n’a jamais été poncée. Ici s’entassent manuscrits, livres et journaux de Marx, jouets pour enfants, pièces pour l’usage des femme, tasses de thé aux bords fissurés, sales, des cuillères, des couteaux, des fourchettes, des chandeliers, des encriers,, des pipes de porcelaine hollandaise, de la cendre de tabac : tout entassé, empilé sur cette unique table.

Quand on entre dans la maison de Marx, le charbon et la fumée de tabac est tellement dense que dans un premier temps vous devez aller à tâtons comme dans une caverne ; puis progressivement la vue s’habitue à la fumée et commence à apercevoir quelque chose, comme dans un brouillard. Tout est sale et couverte de poussière, s’asseoir est vraiment une entreprise dangereuse. Ici, une chaise qui tient seulement trois jambes, au-delà les enfants jouent sur une autre chaise, En train de cuisiner par hasard ensemble. Naturellement toute la collation est offerte au visiteur, mais les enfants traînent au milieu des déchets de cuisine, et vous sentez que vous risquez de détruire vos pantalons en les posant sur la dite chaise. Mais tout cela ne cause pas à Marx et àson épouse la moindre gêne. L’hôte est le plus sympathique du monde ; Pipe, tabac et tout ce qui peut être trouvée dans la maison est offert avec la plus grande cordialité. Une conversation intelligente et agréable permet de surmonter les lacunes domestiques, rendre tolérable ce qui dans un premier contact était juste désagréable. Puis, enfin au bout du compte vous trouvez l’atmosphère intéressante et originale.

1 Bertalan Szemere, poète et nationaliste hongroise, qui était le troisième premier ministre de Hongrie pendant la courte période de la révolution de 1848, lorsque le pays est devenu indépendant de l’Empire austro-hongrois

2- D’où son surnom de « El Moro », qui était connu parmi ses amis et les parents les plus proches. Au Venezuela, on l’avait appelé le « Carlos Moreno »

  1. au Venezuela, on pourrait dire: s’enivre.

4 Johanna Bertha Julie Freiin von Westphalen (familièrement appelé « Jenny »), est né le 12 février 1814 à Salzwedel, Allemagne, fille de Johann Ludwig von Westphalen, le Baron von Westphalen, aristocrate et Jenny Wishart, noblesse écossaise. Ils se sont connus dès l’enfance de Karl Marx et, depuis le 18 juin 1843, son épouse. Elle a partagé les exils de Marx, elle-même arrêtée et expulsée, a du affronter les années difficiles. Les Marx s’entraidaient et à de nombreuses reprises, elle a rédigé ses articles et leur transcription, étant donné que la calligraphie de Karl a été terrible et détestés par leurs éditeurs. Il meurt d’un cancer du foie à Londres en 1881 à l’âge de 67 ans.

Commenter cet article