Levée des sanctions contre l’iran une très mauvaise nouvelle qui risque d’enflammer la planète…

Publié le par Bernard Gasnot

Concrètement, la levée des sanctions contre l’Iran par l’Union Européenne, est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle? Si l’on écoute les médias en général, la nouvelle ne peut être que bonne, c’est une nouvelle ère qui va pouvoir s’ouvrir pour le pays, bref, que du bon. Mais dans la réalité, l’optimisme n’est pas vraiment de mise, car les prévisions ne vont pas vraiment dans le même sens, bien au contraire.

Résumons, l’Iran, ennemi d’Israël et des saoudiens, vient de voir les sanctions levées, des sanctions décidées avant tout par les États-Unis qui ont ainsi pu interdire tout commerce avec le pays quitte à user de menaces jusqu’à ce qu’un assouplissement puisse leur permettre d’y caser quelques entreprises. C’est comme cela que les USA ont interdit à la France la vente de véhicules Peugeot pour y caser par la suite du General Motors, et la France a accepté dans le silence en courbant l’échine…

Mais cette levée des sanctions ne pouvait arriver dans une pire période, puisque l’ensemble des économistes qui ne sont pas d’opérette ont expliqué le plus officiellement possible qu’un krach gigantesque se profilait à l’horizon, et l’horizon semble très proche pour le coup voir ici sur le blog ainsi qu’ici. Dans le même temps, une véritable guerre à commencer entre les Etats-Unis qui veulent absolument vendre leur pétrole de schiste en Europe, et les saoudiens qui refusent de réduire leur production comme demandée par l’OPEP, ceci ayant entrainé une baisse extrêmement violente du cour du baril de pétrole, avec un pic à 111,63$ en 2012, voilà qu’il vient de tomber à 28,82$, le niveau le plus bas depuis 12 ans.

À l’heure actuelle, cette baisse du cours entraine de nombreuses faillites d’entreprises américaines spécialisées dans le pétrole qui perdent plus d’argent en produisant qu’en arrêtant les frais comme c’est le cas avec BHP-Hilton, ce qui inévitablement panique le secteur bancaire déjà affaibli, et si les prévisions d’Aout 2015 de David Kotok, gérant monétaire et économiste financier se vérifient, le prix du baril pourrait tomber à 15 dollars. Quinze dollars le baril, cela va inévitablement entrainer plus de faillites, plus de secousses, plus de personnes au chômage, et de nombreuses autres conséquences directes et indirectes qui vont se ressentir sur l’économie en général.

La levée des sanctions de l’Iran sonnent donc comme un glas, mais les médias ne vous le diront pas, trop grave… Donc, un impact relativement important s’est déjà fait sentir sur les marchés boursiers, et l’annonce de l’Iran qui souhaite produire 500 000 barils de pétrole brut par jour va donc logiquement aggraver la situation! Un pétrole encore plus bas (bientôt les 15$ ?), plus de faillites d’entreprises, plus de chômeurs, plus de séismes au niveau des bourses, plus de panique pour les banques, moins de consommation et donc moins d’import-export ce qui va faire chuter l’indice Baltic Dry déjà au plus bas…

Cette levée des sanctions, est-ce là le véritable déclenchement de l’effondrement tant redouté?

Commenter cet article