La machine à remonter le temps Nikola Tesla

Publié le par Bernard Gasnot

a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort
a suuivre autre invention  de testa  l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort

a suuivre autre invention de testa l' HAARP que les américains lui volèrent a sa mort

Nikola Tesla né le 10 juillet 1856 à Smiljan, dans l'Empire d'Autriche (aujourd’hui en Croatie), et mort le 7 janvier 1943 à New York, aux États-Unis, est un inventeur et ingénieur serbe de la Croatie, également citoyen américain, ayant principalement œuvré dans le domaine de l’électricité.

Considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé quelque 300 brevets couvrant au total 125 inventions (qui seront pour beaucoup d’entre elles attribuées à tort à Thomas Edison) et avoir décrit de nouvelles méthodes pour réaliser la « conversion de l’énergie », Tesla est reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Quant à lui, il préférait plutôt se définir comme un découvreur.

Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Il a mis au point les premiers alternateurs permettant la naissance des réseaux électriques de distribution en courant alternatif, dont il est l’un des pionniers. Tesla s’est beaucoup intéressé aux technologies modernes se focalisant sur l’électricité qui était le noyau de ses inventions. Il est connu pour avoir su mettre en pratique la découverte du caractère ondulatoire de l’électromagnétisme (théorisé par James Clerk Maxwell en 1864), en utilisant les fréquences propres des composants des circuits électriques afin de maximiser leur rendement.

Son nom a été donné au tesla (symbole : T) qui est l’unité d’induction magnétique du Système international d'unités.

Bien, revenons à notre Tesla… Il était le fils d’un prêtre orthodoxe et se sentit dès son plus jeune âge attiré par les sciences. Il fait ses études à l’Ecole polytechnique de Graz, en Autriche et à l’université de Prague. Tesla était encore étudiant lorsqu’il découvrit la dynamo de Gramme. Il acquit rapidement la conviction que le courant alternatif devait offrir plus de possibilités d’utilisation que le courant continu jusque-là exploité dans l’industrie.

En 1882, lors d’un déplacement à Strasbourg sur un projet mené par la société Continental Edison, il construit son premier moteur à induction fonctionnant avec du courant alternatif.

En 1884, il émigre aux Etats-Unis avec seulement quelques sous en poche, mais surtout une lettre de recommandation pour Thomas Edison qui lui offre une place d’assistant dans son laboratoire.

En 1888, Tesla conçoit le premier système opérationnel de génération et de transmission de courant alternatif pour les réseaux d’électricité.

Mais Thomas Edison était un partisan convaincu du courant continu et Tesla démissionne pour se consacrer exclusivement à la recherche expérimentale. Il quitte Edison et vend les droits de ses inventions à l’inventeur et industriel américain Georges Westinghouse.

Westinghouse utilise, à titre de démonstration, l’alternateur de Tesla pour l’éclairage de la Word’s Columbian Exposition de 1893 à Chicago. Le système remporte un brillant succès. Cet épisode, qui marqua son époque, entraîna une farouche concurrence entre Edison et Westinghouse.

Deux ans plus tard, en 1895, les générateurs à courant alternatif de Tesla sont installés dans une centrale hydroélectrique construite près des chutes du Niagara (Niagara Power Station).

Au premier plan le « fer à cheval » côté canadien et plus loin l’île de Goat et les chutes américaines.

Parmi les nombreuses inventions de Tesla, on peut citer les générateurs à haute fréquence (1890) et la bobine qui porte son nom (1891) et qui a eu des applications importantes dans le domaine des communications radio.

Il est considéré comme l’un des principaux pionniers dans le domaine de l’énergie électrique.

L’unité appelée Tesla est l’unité S.I. de l’intensité d’un champ magnétique.

Une statue de Nikola Tesla a été érigée sur le Goat Island à Niagara en l’honneur du savant qui a amorcé la révolution électrique.

NIKOLA TESLA ET SON TEMPORISOSCOPE (machine à écrire)

Âgé de 54 ans, Nikola Tesla n'est pas un inconnu ; il est même un des plus grands génies que l'histoire ait connu. Inventeur du courant alternatif, de la radio, des robots télécommandés qu'il fit fonctionner à Madison Square Garden, de la transmission d'énergie par les airs, de la turbine Tesla et de milliers d'autres brevets. Un de ses meilleurs amis, Samuel Clemens (Mark Twain), a publié en 1889 une nouvelle, la première, sur le thème du voyage dans le temps : " A yankee at the court of king Arthur. " (Il est intéressant de noter que dans ce roman, c'est la foudre, donc l'électricité, qui projette le voyageur à la cour du roi Arthur.) Et, après avoir assisté à une de ses conférence en Angleterre, un jeune homme du nom de Herbert Georges Wells s'est précipité chez lui pour écrire un roman qui deviendra célèbre : "The Time Machine". Nikola Tesla, l'homme électricité, aurait donc tout pour être heureux si ce n'est qu'une chose le tracasse. En 1909, le prix Nobel fut accordé au savant d'origine italienne Marconi, pour avoir inventé la radio télégraphie.

Et Nikola Tesla sait que Marconi lui a volé son invention (fait qui sera d'ailleurs reconnu en 1943 par la justice américaine). C'est une des raisons pour laquelle Tesla dépose de moins en moins de brevets de manière officielle.

Aussi, c'est avec une certaine rancœur et un désir de revanche que le Serbe vient présenter à l'Exposition Universelle de Bruxelles une invention unique :

La machine à communiquer dans le temps. 1910 est également l'année de la mort de son ami Mark Twain, ce serait une excellente occasion de lui rendre un fabuleux hommage. Le Duc d'Ursel, qui sait que Marconi a été invité à donner un exposé sur la télégraphie sans fil au cours du mois de septembre, ne peut décemment refuser à Nikola Tesla de présenter une invention de ce calibre. Même si la situation peut devenir conflictuelle. (Et puis, Tesla est l'ami du roi Albert I qui vient de succéder à Léopold II. Lorsqu'il n'était que prince, Albert fut fasciné par une démonstration que lui fit Tesla dans son laboratoire américain, et l'a maintes fois invité en Belgique.)



D'autant qu'il comprend très vite les phénoménales possibilités de la machine et de la fortune que peut faire le détenteur de l'engin... Aussi, il offre à Tesla de tester la machine en présence d'un nombre limité de témoins.

Il propose donc la date du dimanche 14 août 1910 vers 20.00 heures ; dans le bureau du commissariat général de l'exposition. Ce bureau se trouve juste à côté de la section électricité dans la section belge.

Cette expérience se fera en présence d'un savant belge de haut niveau, le Professeur François de Walque. Ingénieur civil des mines, ingénieurs des arts et manufactures, professeur à l'université de Liège puis de Louvain, collaborateur à la société scientifique de Bruxelles, collaborateur honoraire du Surnatéum, actionnaire de l'exposition universelle. D'une haute intelligence et d'une probité à toute épreuve, ce savant sera le juge idéal et impartial de l'expérience. Et si celle-ci s'avère être positive, Nikola Tesla se verra offrir une place de conférencier au Congrès International de la mi-septembre. Le duc d'Ursel ne pouvant être présent ce jour-là, déléguera son cousin, le Comte d'Ursel comme témoin. Un journaliste et une secrétaire compléteront le groupe. Le temporisoscope. Bureau du Duc d'Ursel à l'exposition ; le 14 août 1910 Tesla qui parle couramment plusieurs langues, dont le français, a appelé son appareil le temporisoscope, c'est du moins ce que nous pensons, probablement pour faire plaisir à son ami français d'Arsonval, qui ne doit pas être totalement étranger à l'invention.

Les découvertes de Planck en 1900 et d'Einstein en 1905 - 1906 permettent à Nikola Tesla d'imaginer la théorie qui suit. Si l'on rend porteuse d'une information une onde qui se déplace plus vite que la lumière (que nous nommons actuellement un tachyon), cette information voyagera dans le temps. A condition de disposer du récepteur adéquat on pourra donc recevoir un message du futur ou du passé. Aucun déplacement ou communication temporel ne pourra se faire avant la première date de mise en fonction de la machine. Hélas !



Conclusion

Il restait une petite chose que nous ne pouvions accomplir qu'à la fin de l'expérience. Il se trouvait dans le coffre et parmi les objets reçus, une boîte en fer scellée qui ne devait être ouverte sous aucun prétexte avant la fin de l'expérience sous peine de courir de graves dangers ! Quand l'huissier la descella, il constata que cette boîte contenait le billet emprunté et la perle de plastique, vieillis de près de 90 ans. Le coffre contenait un ensemble de tubes, une machine à écrire bizarre, des générateurs, des câbles, une série d'instruments scientifiques détériorés, des coupures de journaux pourries et un plan de montage fortement abîmé. Le tout pesait une petite centaine de kilos, poussière comprise, et ne ressemblait à aucune machine connue.

A ce moment la partie de la machine qui n'avait pas été endommagée par l'explosion se remis à fonctionner. Et un curieux message venu d'un autre temps et d'un autre lieu apparut :

Le jour de son décès, en janvier 1943, le F.B.I., CIA et le gouvernement americain a fait irruption dans son appartement et à subtilisé tout les documents et d'objets qui s'y trouvaient

Commenter cet article