Héroïne de la seconde guerre mondiale, historienne d’art et résistante ….Un rosier pour Rose Valland .1

Publié le par Bernard Gasnot

Héroïne de la seconde guerre mondiale, historienne d’art et résistante ….Un rosier pour Rose Valland  .1
Héroïne de la seconde guerre mondiale, historienne d’art et résistante ….Un rosier pour Rose Valland  .1

Héroïne de la seconde guerre mondiale, historienne d’art et résistante ….Un rosier pour Rose Valland

.1

Héroïne de la seconde guerre mondiale, historienne d’art et résistante, Rose Valland née à Saint-Etienne-de –Saint-Geoirs (1898 – 1980), a sauvé et participé à la récupération de nombreuses œuvres d’art pendant et après la guerre. Nos sites "La mémoire de Rose Valland" et un ouvrage édité par le Musée dauphinois, retracent l’histoire de cette grande dame qui mit son courage au service de la France et de l’art. Le Rosier qui lui est dédié est une création moderne, hybride de variétés anciennes issues de la roseraie Guillot de Chamagnieu.

La belle histoire du retour de Rose Valland : un nouveau film ....

Après la décision des Conservateurs de musées de mettre Rose Valland à l'honneur, M. Cesario arrive avec, 50 ans après, un nouveau lancement du film "Le Train", dont il a acheté les droits pour 5 ans.

2 3

Pendant le tournage du film, « le train », Rose Valland à coté de Jeanne Moreau

St Etienne de St Geoirs, 18 août 1998 un groupe d’habitants de cette agglomération, laquelle aura vu naître Rose Valland 100 ans plus tôt, se réunissent un mois avant l’anniversaire, bien décidés « à faire quelque chose » pour sortir cette grande Résistante de l’oubli .Une association est créée qui se dénommera« La Mémoire de Rose Valland » son but :
réaliser toute action destinée à faire connaître Rose Valland du grand public et reconnaître son oeuvre. Première décision importante, réaliser une exposition retraçant sa vie qui sera installée dans la salle des spectacles de la commune. Le 7 mai 1999 est inaugurée une exposition sur 400 m2, qui durera trois semaines malgré des moyens limités. En 8 mois le petit groupe réussit à réunir suffisamment de documentation et de matériel pour faire que cette installation soit attrayante et instructive à la fois.
En 14 ans d’existence l’association et ses membres ont poursuivi leur combat en agissant en permanence sur tous les « fronts ». Envoi de courriers aux éditeurs de livres traitant des spoliations durant la dernière guerre, dans lesquels il n’est pas ou peu fait mention de l’action de Rose Valland n’ayant pas le plus souvent l’adresse de l’écrivain.
Démarches pour l’apposition de plaques souvenir : au Musée du Jeu de Paume à Paris, à St Etienne de St Geoirs sur sa tombe, au collège Rose Valland ainsi que pour faire donner son nom à une place. En 2000 c’est la réalisation d’une nouvelle exposition à L’Orangerie du Musée d’Art l’Evêché de Limoges durant trois semaines avec des visites de nombreuses classes d’établissements scolaires de l’agglomération.
L’association ayant de plus en plus de contacts apporte selon ses moyens des éléments aux historiens qui écrivent des livres sur les spoliations d’oeuvres d’art, les sociétés de production qui réalisent des documentaires sur le sujet. Ainsi que lors d’expositions à Berlin au Musée d’histoire Juive, à Brive au Musée de la Résistance et au Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon où a été réalisée en 2010 une magnifique exposition sur Rose Valland. De nombreuses
interventions sont effectuées auprès des jeunes des classes de 3è dans les établissements scolaires en Rhône-Alpes ou de groupes d’amateurs d’histoire. L’historien Frédéric Destremau a écrit la biographie de Rose Valland et bien qu’aucun éditeur français n’ait voulu encore sortir ce document, il a été possible d’obtenir le concours de la direction du Patrimoine de l’Isère qui en a édité un livre résumé.
En 2011 c’est la réalisation de la fresque monumentale sur le mur d’un particulier dans la ville de St Etienne de St Geoirs qui met Rose Valland à la vue de tous dans leur quotidien et comme nombre d’entre eux se posent des questions sur ce qu’ils voient l’association a réalisé une plaquette explicative diffusée dans les commerces.
Rappel du film : Etats-Unis - France - Italie | 1964 | 133mn | d'après le livre Le Front de L'art de Rose Valland Musique

SYNOPSIS : Juillet 1944, le colonel Von Waldheim fait évacuer les tableaux de maîtres de la Galerie nationale du Jeu de Paume pour les envoyer en Allemagne. Labiche, un cheminot résistant, est chargé de conduire le train transportant ces objets d'art. Avec l'aide de ses compagnons résistants, il va chercher à faire en sorte que le train et les tableaux n'arrivent jamais à destination...

-

4

5 6

7 8

9 10

11 12

L'histoire de Rose...

Sur une photographie prise au musée du Jeu de Paume en 1934, Rose Valland (1898-1980) apparaît, droite comme un point d’exclamation posé là par hasard, dans une austère tenue noire dont la jupe atteint les chevilles. Avec son allure figée, ses lunettes finement cerclées, ses cheveux strictement tirés en arrière, sa silhouette semble d’autant plus modeste et fragile qu’elle se trouve à proximité d’une monumentale statue du sculpteur argentin José Fioravanti. Elle fait irrésistiblement penser à Pauline Carton campant Madame Muscat dans Bonne chance, un film que Sacha Guitry devait tourner au même moment. Une Pauline Carton bien austère toutefois.

C’est cette même femme, attachée de conservation qui, dès mars 1941, jouera un rôle capital en s’improvisant espionne dans cet établissement voisin du Louvre devenu, à l’initiative de l’occupant nazi, la plaque tournante d’un ahurissant trafic d’œuvres d’art, pour la plupart confisquées à des collectionneurs et des galeristes juifs et francs-maçons.

Les rapports et les notes que Rose Valland adressa au directeur des Musées nationaux Jacques Jaujard – 172 feuillets inédits – sont importants à plus d’un titre. Ils témoignent d’abord de l’institutionnalisation, via un organisme directement rattaché à Adolf Hitler, l’Einsatzstab Reichleiter Rosenberg für die bestzten Gebeite (E.R.R.), du pillage des œuvres d’art dans les pays occupés, notamment en France et dans le Benelux. Ils dressent ensuite des listes, hélas non exhaustives, d’œuvres spoliées, souvent identifiées. Ils indiquent en outre leurs destinations outre-Rhin, une démarche qui facilitera grandement, après la guerre, la récupération d’une partie d’entre elles.

Enfin, ils apportent des informations sur les curieuses pratiques qui sévissaient à l’E.R.R., lieu d’intrigues de palais, de conflit d’intérêts – la concurrence entre l’enrichissement des musées du Reich voulu par Hitler et celui de la collection personnelle d’Hermann Goering qui se rendit 21 fois sur place pour faire son marché en offre un exemple – ou théâtre de simple rapine. Car, dans l’entrepôt au stock constamment renouvelé que constituait le Jeu de Paume, des objets disparaissaient, parfois volés par des soldats, parfois empaquetés pour la femme du directeur allemand, comme ces meubles, fourrures et argenterie signalés dans une note du 25 septembre 1943. Il est piquant de voir ainsi les représentants de la « race des seigneurs » s’approprier les petites cuillers en catimini, comme des truands sans envergure, au beau milieu des tableaux de Braque, de Picasso, de Courbet, de Renoir.

Patiemment, discrètement, écoutant aux portes, fouillant les poubelles, Rose Valland consignait tous les détails qu’elle jugeait utiles, conversations, bruits de couloir, circulaires, incidents, actes de vandalisme. Elle croquait aussi sur le vif, et non sans ironie, le portrait des responsables nazis, de leurs visiteurs; elle notait des adresses, faisait part, tour à tour, de ses espoirs, de ses indignations. Autant d’informations factuelles et précises qui renseignent les historiens de l’art sur les spoliations perpétrées durant toute l’occupation et témoignent de la qualité des services que cette héroïne de l’ombre, tenace, peu commode et surtout trop vite oubliée, rendit à son pays. Rose Valland publia en 1961, Le Front de l’art (Plon) qui fut réédité en 1997 par la Réunion des musées nationaux, mais demeure aujourd’hui malheureusement épuisé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article