DANS LA FAMILLE SARKOZY, JE VOUDRAIS…. LE GROUPE CARLYLE

Publié le par Bernard Gasnot

Pour comprendre pourquoi on se scandalise de cette “filiation” de Nicolas Sarkozy avec le Groupe Carlyle - nébuleuse opaque au service du complexe militaro-industriel atlantiste et disposant de “conseillers” prestigieux (nicolas, guillaume Sarkozy, Bush père, John Major, Henri Martre, Etienne Davignon…) dans le monde entier et maintenant Oliver Sarkozy, banquier d’affaires vedette d’UBS, recruté par Carlyle

Il est le demi-frère de Nicolas Sarkozy; mais surtout, à 37 ans, une vedette du monde bancaire new-yorkais. L’un des plus talentueux. En 2002, Credit Suisse avait tenté de le retenir avec un gros bonus. Peine perdue : UBS avait fait mieux. Et aujourd’hui c’est Carlyle, une des plus grosses sociétés mondiales d’investissement, qui s’attache son expertise, sa fibre internationale et son carnet d’adresses.

Oliver Sarkozy, jusque-là codirigeant de la branche institutions financières de la banque d’investissement UBS, Co pilotera dès avril l’activité mondiale de services financiers de la firme de LBO cofondée (en 1987) et dirigée par David M.Rubenstein. Et cet ancien de l’administration Carter de s’en féliciter: « L’arrivée d’Oliver à la tête de notre équipe récemment constituée va permettre à Carlyle de se positionner avec succès sur le secteur mondial et actuellement chahuté des services financiers. »

Carlyle, dont Abu Dhabi est devenu à l’automne le premier actionnaire indépendant (7,5% du capital), veut donc passer à l’offensive … «J’ai hâte de participer à cette aventure, aux côtés de Dave Zwiener (l’autre dirigeant) et de faire de Carlyle un acteur de référence dans ce secteur d’investissement de plus en plus important », se réjouit Oliver Sarkozy.

Comme Forbes le soulignait, si l’on a beaucoup fait état des liens du président avec les financiers français, on a peu parlé de sa proximité avec ce demi-frère new-yorkais, brillant et influent. Pierre-Olivier (son vrai prénom) était présent à Paris le 6 mai pour fêter sa victoire et, lors de son voyage présidentiel à NewYork, ce dernier avait organisé une grande soirée en son honneur.

Grand, élégant et avenant, ce père de deux enfants, marié à une Française (une nièce du Pr Jean Bernard), est le fils de Paul Sarkozy et de Christine de Ganay, remariée ensuite à un diplomate américain. Enfance voyageuse et diplôme en histoire médiévale de la prestigieuse St. Andrews University en poche, ses premiers pas dans la finance chez Dillon, Read & Co l’ont mené loin. À son palmarès, d’importantes transactions bancaires comme la vente de MBNA ou d’US Trust à Bank America ou encore la fusion de Mellon avec Bank of New York.

L’EMPIRE CARLYLE

Le site Stop Carlyle est une mine de renseignements sur ce groupe opaque et influent… Le plus grand investisseur privé du monde, bien implanté dans le secteur de l’armement, l’assurance, est un groupe discret, qui cultive les accointances avec les hommes influents, dont les Bush, père et fils. Il y a un an, le 1er mai 2003, George Bush atterrissait, sanglé dans une combinaison de pilote de chasse, sur le porte-avions USS Abraham-Lincoln au large de la Californie. L’image est devenue célèbre. Sous une banderole proclamant “Mission accomplished” (mission accomplie), le président annonçait prématurément la fin des opérations militaires en Irak et sa victoire. Le lendemain, de retour sur la terre ferme, il prononçait un autre discours martial, non loin de San Diego, dans une usine d’armement d’United Defense Industries. Cette entreprise est l’un des principaux fournisseurs du Pentagone. Elle fabrique, entre autres, des missiles, des véhicules de transport et, en Californie, le blindé léger Bradley. Son principal actionnaire est le plus grand investisseur privé au monde. Un groupe discret, baptisé Carlyle.

Il n’est pas coté en Bourse et n’a de comptes à rendre qu’à ses 550 investisseurs - milliardaires ou fonds de pension. Carlyle gère aujourd’hui 18 milliards de dollars, placés dans les secteurs de la défense et de la haute technologie (biologie notamment), le spatial, l’informatique liée à la sécurité, les nanotechnologies, les télécommunications et assurances. Les entreprises qu’il contrôle ont pour caractéristique commune d’avoir pour clients principaux des gouvernements et administrations. Comme la société l’a écrit dans une brochure : ” Nous investissons dans des opportunités créées dans des industries fortement affectées par des changements de politique gouvernementale.”

Carlyle est un modèle unique, construit à l’échelle planétaire sur le capitalisme de relations ou le ” capitalisme d’accès” pour reprendre l’expression du magazine Americain New Republic, en 1993. Le groupe incarne aujourd’hui, malgré ses dénégations, le “complexe militaro-industriel” contre lequel le président républicain Dwight Eisenhower mettait en garde le peuple américain en quittant ses fonctions, en 1961.

Cela n’a pas empêché George Bush père d’occuper pendant dix ans, jusqu’en octobre 2003, un poste de conseiller de Carlyle. C’était la première fois dans l’histoire des Etats-Unis qu’un ancien président travaillait pour un fournisseur du Pentagone. Son fils, George W. Bush connaît aussi très bien Carlyle. Le groupe lui a trouvé un emploi en février 1990, alors que son père occupait la Maison Blanche : administrateur de Caterair, une société texane spécialisée dans la restauration aérienne. L’épisode ne figure plus dans la biographie officielle du président. Quand George W. Bush quitte Caterair, en 1994, avant de devenir gouverneur du Texas, l’entreprise est mal en point.

“Il n’est pas possible d’être plus proche de l’administration que l’est Carlyle“, affirme Charles Lewis, directeur du Centre pour l’intégrité publique, une organisation non partisane de Washington. “George Bush père a gagné de l’argent provenant d’intérêts privés qui travaillent pour le gouvernement dont son fils est le président. On peut même dire que le président pourra un jour bénéficier financièrement, via les investissements de son père, de décisions politiques qu’il a prises”, ajoute-t-il.

La collection de personnages influents qui travaillent, ont travaillé ou ont investi dans le groupe ferait l’incrédulité des adeptes les plus convaincus de la théorie du complot. On y trouve entre autres : John Major, ancien premier ministre britannique, Fidel Ramos, ancien président philippin, Park Tae Joon, ancien premier ministre de la Corée du Sud, le prince saoudien Al-Walid, Colin Powell, actuel secrétaire d’Etat, James Baker III, ancien secrétaire d’Etat, Caspar Weinberger, ancien secrétaire à la défense, Richard Darman, ancien directeur du budget à la Maison Blanche, le milliardaire George Soros et même des membres de la famille Ben Laden. On peut ajouter à cette liste Alice Albright, la fille de Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’Etat, Arthur Lewitt, ancien président de la SEC (le gendarme de Wall Street), William Kennard ex-patron de l’autorité des télécommunications (FCC). Enfin, il faut ajouter, parmi les Européens, Karl Otto Pöhl, ancien président de l! a Bundesbank, feu Henri Martre, qui a été président de l’Aerospatiale, et Etienne Davignon, ancien président de la Générale de Belgique. Carlyle n’est pas seulement une collection d’hommes de pouvoir. Il possède des participations dans près de 200 sociétés et surtout, la rentabilité annuelle de ses fonds dépasse 30 % depuis une décennie. “Par rapport aux cinq cents personnes que nous employons dans le monde, le nombre d’anciens hommes d’Etat est très faible, une dizaine tout au plus, explique Christopher Ullmann, vice-président de Carlyle, responsable de la communication. On nous accuse de tous les maux. Mais personne n’a jamais apporté la preuve d’une quelconque malversation. Aucune procédure judiciaire n’a jamais été lancée contre nous. Nous sommes une cible commode pour qui veut s’en prendre au gouvernement américain et au président.” Carlyle a été créé en 1987, avec 5 millions de dollars, dans les salons du palace new-yorkais du même nom. Ses fondateurs, quatre juristes, dont David Rubenstein (ancien conseiller de Jimmy Carter), ont alors pour ambition - limitée - de profiter d’une faille de la législation fiscale. Elle autorise les sociétés détenues en Alaska par des Eskimos à céder leurs pertes à des entreprises rentables qui payent ainsi moins d’impôts. Le groupe végète jusqu’en janvier 1989 et l’arrivée à sa tête de l’homme qui inventera le système Carlyle, Frank Carlucci. Ancien directeur adjoint de la CIA, conseiller à la sécurité nationale puis secrétaire à la défense de Ronald Reagan, M. Carlucci compte à Washington. Il est l’un des amis les plus proches de Donald Rumsfeld, actuel ministre de la défense. Ils ont partagé une chambre quand ils étaient étudiants à Princeton. Ils se sont ensuite croisés dans de nombreuses administrations et ont même travaillé, un temps, pour la même entreprise, Se! ars Robuck.

Six jours après avoir officiellement quitté le Pentagone, le 6 janvier 1989, Frank Carlucci devient directeur général de Carlyle. Il emmène avec lui des hommes de confiance, anciens de la CIA, du département d’Etat et du ministère de la défense. Surnommé “M. Clean” (”M. Propre”), Frank Carlucci a une réputation sulfureuse.

Ce diplomate était en poste dans les années 1970 dans des pays comme l’Afrique du Sud, le Congo, la Tanzanie, le Brésil et le Portugal où les Etats-Unis et la CIA ont joué un rôle politique douteux. Il était le numéro deux de l’ambassade américaine au Congo belge, en 1961, et a été soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de Patrice Lumumba. Il a toujours fermement démenti. La presse américaine l’a aussi accusé d’être impliqué dans plusieurs trafics d’armes dans les années 1980, mais il n’a jamais été poursuivi. Il a dirigé un temps Wackenhut, une société de sécurité à la réputation détestable, impliquée dans l’un des plus grands scandales d’espionnage, le détournement du logiciel Promis. Frank Carlucci a eu pour mission de faire le ménage dans l’administration Reagan au moment de l’affaire Iran-Contra et a succédé alors au poste de conseiller à la sécurité nationale à John Pointdexter. En entrant en fonctions, il avait pris comme adjoint un jeune général… Colin Powell.

Sur son nom, Frank Carlucci attire les capitaux chez Carlyle. En octobre 1990, le groupe s’empare de BDM International qui participe au programme de “guerre des étoiles”, et en fait une tête de pont. En 1992, Frank Carlucci s’allie avec le groupe français Thomson-CSF pour reprendre la division aérospatiale de LTV. L’opération échoue, le Congrès s’oppose à la vente à un groupe étranger. Carlyle trouve d’autres associés, Loral et Northrop, et met la main sur LTV Aerospace rapidement rebaptisé Vought Aircraft qui participe à la fabrication des bombardiers B1 et B2.

Dans le même temps, le fonds multiplie les acquisitions stratégiques, telles Magnavox Electronic Systems, pionnier en matière d’imagerie radar, et DGE qui détient la technologie des cartes en relief électroniques pour les missiles de croisière. Suivent trois sociétés spécialisées dans la décontamination nucléaire, chimique et bactériologique (Magnetek, IT Group et EG G Technical services). Puis, via BDM International, une firme liée à la CIA, Vinnell, laquelle est parmi les premières à fournir à l’armée américaine et ses alliés des contractants privés. C’est-à-dire des mercenaires. Ceux de Vinnell encadrent les forces armées saoudiennes et protègent le roi Fahd. Ils ont combattu lors de la première guerre du Golfe aux côtés des troupes saoudiennes. En 1997, Carlyle revend BDM et surtout Vinnell, trop dangereux. Le groupe n’en a plus besoin. Il est devenu le onzième fournisseur du Pentagone en mettant la main la même année sur United Defense Industries.

Carlyle sort de l’ombre malgré lui le 11 septembre 2001. Ce jour-là, le groupe organise au Ritz Carlton de Washington une réunion avec cinq cents de ses plus importants investisseurs. Frank Carlucci et James Baker III jouent les maîtres de cérémonie. George Bush père fait un passage éclair en début de journée. La présentation est rapidement interrompue, mais un détail n’échappe à personne. Un des invités porte sur son badge le nom de Ben Laden. Il s’agit de Shafiq Ben Laden, un des nombreux demi-frères d’Oussama.. Les médias américains découvrent Carlyle. Un journaliste, Dan Briody, écrit un livre sur la face cachée du groupe, The Iron Triangle, et s’intéresse notamment aux relations étroites entre le clan Bush et les dirigeants saoudiens. Certains s’interrogent sur l’influence de George Bush père sur la politique étrangère américaine. En janvier 2001, lorsque George Bush fils rompt des négociations avec la Corée du Nord sur les missiles, les Coréens du Sud, consternés, interviennent auprès de son père. Carlyle a des intérêts importants à Séoul. En juin 2001, Washington reprend les discussions avec Pyongyang.

Autre exemple, en juillet 2001, selon le New York Times, George Bush père téléphone au prince saoudien Abdallah mécontent des prises de position du président sur le conflit israélo-palestinien. George Bush père assure alors au prince que son fils “fait de bonnes choses” et que “son coeur est du bon côté”. Larry Klayman, directeur de Judicial Watch, une organisation résolument conservatrice, demande au ” père du président de démissionner de Carlyle. Le groupe a des conflits d’intérêts qui peuvent créer des problèmes à la politique étrangère américaine”. Finalement en octobre 2003, George Bush père quitte Carlyle. Officiellement, car il approche les 80 ans.

Carlyle a beau mettre fin à toute relation avec la famille Ben Laden en octobre 2001, le mal est fait. Le groupe devient avec Halliburton la cible des opposants à l’administration Bush. ” Carlyle a remplacé la Commission trilatérale dans les théories du complot”, reconnaissait David Rubenstein, en 2003, dans une interview au Washington Post. Pour la première fois, le groupe nomme un responsable de la communication et change de patron. Frank Carlucci devient président honoraire et Lou Gerstner, dirigeant respecté qui a sauvé IBM, prend officiellement les rênes. L’opération semble surtout cosmétique. M. Gerstner ne passe pas beaucoup de temps à son bureau. Mais Carlyle veut devenir respectable.

Le groupe crée un site Internet. Il ouvre certains fonds à des investisseurs apportant “seulement” 250 000 dollars (210 000 euros). Il aurait réduit sa participation dans United Defense Industries, et affirme que la défense et l’aérien ne représentent plus que 15 % de ses investissements. Mais Carlyle fait toujours un usage intensif des paradis fiscaux et il est difficile de connaître son périmètre et le nom des sociétés qu’il contrôle.

Carlyle multiplie aussi les efforts en Europe. En septembre 2000, il prend le contrôle du groupe suédois d’armement Bofors via United Defense. Il tente ensuite, sans succès, de mettre la main sur Thales Information Systems et, début 2003, sur les parts de France Télécom dans Eutelsat, qui joue un rôle important dans le système européen de positionnement par satellite Galileo - concurrent du GPS américain. De 1999 à 2002, il gère une participation dans Le Figaro. En Italie, il fait une percée en reprenant la filiale aéronautique de Fiat, Fiat Avio. Cette société fournit Arianespace et permet à Carlyle d’entrer au Conseil de la fusée européenne. Autre coup, en décembre 2002 Carlyle achète un tiers de Qinetic, la filiale privée du Centre de recherche et développement militaire britannique. Qinetic occupe une position unique de conseil du gouvernement britannique.

“Anticiper sur les technologies du futur et les entreprises qui les développeront est notre premier rôle d’investisseur. Les fonds de pension nous apportent leur argent pour cela. On ne peut tout de même pas nous reprocher de chercher à prendre des positions stratégiques”,

Commenter cet article