1 H.A.A.R.P Testa l’inventeur de ce projet Nikolas testa

Publié le par Bernard Gasnot

1 H.A.A.R.P Testa l’inventeur de ce projet Nikolas testa
1 H.A.A.R.P Testa l’inventeur de ce projet Nikolas testa
1 H.A.A.R.P Testa l’inventeur de ce projet Nikolas testa

Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project), est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif, composé de 48 antennes érigé en Alaska centrale, à 300 km à l'Est d'Anchorage (62 deg 23.5'N, 145 deg 8.8'W).

L'un des buts serait de constituer une sorte " d'arc antenne " électrique permettant de provoquer une pluie de radiation électromagnétique sur une zone prédéterminée.


Au début des années 80, le principe mis en place était axé sur la recherche optimisée de réservoirs de gaz naturel dont le sous-sol est abondamment pourvu, pour les besoins énormes locaux dans un environnement difficile pour l'homme.

L'un des premiers brevets concernant des systèmes de type radio émetteurs du projet HAARP avait pour projet un site de plus de 70 km de diamètre utilisant de grandes quantités d'énergie électrique fournies par les turbines de centrales fonctionnant au gaz naturel. Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher au président Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la " guerre des étoiles ", du temps de la présidence de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n'importe quel missile en vol et ce, sur n'importe quel point du globe.

Avant d'entrer d'avantage dans le vif du sujet, une référence doit être faite à propos de Nikola Tesla, un génial inventeur…

Nikola Tesla, ce savant aussi génial que méconnu du grand public, contemporain de T. Edison, avait déjà inventé en 1891 un système de bobine capable de générer plusieurs millions de volts à haute fréquence à partir d'une simple prise électrique murale. Ses travaux concernaient déjà les communications globales, le transport d'énergie électrique sans fil, un système d’éclairage haut fréquences, une bobine d'amplification électrique, … On lui doit le système de courant alternatif actuel. Il est à l'origine de 30 brevets sur la seule période s'étendant entre 1890 et 1921.
A l'âge de 12 ans il était capable de réciter par cœur les tables logarithmiques.

Pour tenter de donner une vague définition du système du projet HAARP, on pourrait associer l'image d'un four à micro-ondes et celle des aurores boréales visibles dans cette partie du globe. L'une des applications serait d'utiliser ces " Lumières du Nord " et d'en faire un transmetteur gigantesque, un miroir résonnant capable de renvoyer des signaux en direction de points terrestres spécifiques comme par exemple les sous-marins nucléaires. Une interaction des vents solaires et des champs magnétiques terrestres est utilisée pour constituer des antennes virtuelles pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres d'envergure.

N'oublions pas que le télescope Hubble gravite dans l'espace, officiellement dirigé vers les confins de l'univers. La même technologie permet de vérifier la validité des macarons collés sur les pare-brise de voiture ou de lire l'heure sur la montre d'un poignet anonyme dans la rue.

L'idée de base de ce nouveau concept d'arme est de générer un faisceau d'ondes radio d'une intensité énorme (1.7 Gigawatts - 2.8 à10 MHz) en direction de la haute atmosphère selon le mode opératoire inversé d'un radio télescope puisqu'il s'agit d'émission et non de réception, afin d'y provoquer l'ionisation de certaines particules neutres par l'échauffement des électrons à certaines altitudes. N. Tesla avait baptisé ces ondes " ondes stationnaires terrestres ". L'ionosphère serait alors utilisée comme des lentilles, un miroir ou un système d'antennes. L'ionosphère constitue un bouclier électrique contre le bombardement cosmique constant de particules à haute énergie et les piège pour les empêcher d'atteindre la surface de la planète.

La partie de l'ionosphère concernée se situe à une altitude comprise entre 60 et 900 kilomètres au-dessus de la surface terrestre. Les recherches officiellement reconnues tendent à assurer l'amélioration des communications radio à longue portée, ou des moyens de transmission avec les sous-marins Le Pentagone est le principal pourvoyeur de fonds. Le Département de la défense, de l'Air Force et de la Marine sont tout aussi naturellement concernés.

Les ondes générées par les systèmes de transmission radio à hautes fréquences classiques sont pour la plupart absorbées par les couches de la basse atmosphère et se désintègrent.

La basse atmosphère terrestre est principalement composée de gaz constitués de molécules et d'atomes neutres. L'ionisation concerne la haute atmosphère, l'ionosphère donc, où les rayons ultraviolets et les rayons X transforment ces particules en électrons libres et en ions. La notion de température est plutôt fonction de l'état " d'excitation " des électrons. Suivant les fréquences et les conditions atmosphériques, l'ionosphère réfléchit, absorbe ou altère les signaux radio. Les ondes radio de Moyenne Amplitude (AM) " passent " mieux de nuit lorsque la réflectivité de l'ionosphère est accrue, alors que leur portée est nettement diminuée de jour. Les champs magnétiques terrestres perturbent d'autre part notablement la nature de l'ionosphère.


Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique et peu de citoyens du monde ont conscience de la révolution profonde qui va s'appliquer aux moyens de servitude dont va pouvoir disposer un jour ou l'autre une élite qui rêve d'un contrôle total de l'humanité. Afin par exemple d'ausculter la surface terrestre, des antennes virtuelles générant des trains d'ondes gigantesques à fréquences extrêmement basses

(Extremely Low Frequency ELF)), enregistrent leurs réflexions pour les renvoyer à des laboratoires où des calculateurs les analysent. L'imagerie ainsi constituée est le reflet des ruptures d'homogénéité du sous-sol terrestre ou des profondeurs marines. Des micro-ondes à pulsion rapide excitent les composants électroniques et provoquent leur destruction finale par fusion, tout ceci s'accomplissant à la vitesse de la lumière .

Cette technologie, à caractère environnemental, permet dans le cadre d'applications purement militaires de:

Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète…

De modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon…

De modifier la météorologie au-dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.

De modifier les fréquences de l'air.

D’affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine,

D’augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiques; des problèmes de santé.


De provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles…

De mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.

De brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.

De modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants.

D'effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains…

Parmi d'autres fonctionnalités on peut citer celles qui permettent :

De détecter des tremblements de terre ou de les provoquer…

De faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).


De créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental.

De provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.

D’améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires.

De zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.

De constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.

De générer une imagerie tridimensionnelle… ("Projet blue beam")

Dangers immédiats:

Humanité sous contrôle d'une élite possédant un savoir-faire technologique qui dépasse notre imaginaire. Les politiques permettant cette prise de contrôle sont déjà mise en place et opérationnelles.

Un nouveau système de toile géomagnétique permettrait donc de contrôler les deux hémisphères comme le ferait une araignée.

Utilisation des médias pour en faire valoir le bien fondé.

Confusion, perturbation, scènes de folie, tueries de masse à première vue " incompréhensibles " et inattendues, spontanément générées au sein de la société…

La couche atmosphérique supérieure terrestre pourrait subir des dommages majeurs à long terme ou même irréversibles et ce sur une amplitude mondiale.

Les systèmes générateurs d'ondes seraient susceptibles d'engendrer des erreurs de bits sur les ordinateurs qui ne sont pas blindés.

Commenter cet article