STRATEGIE DE MANIPULATION

Publié le par Bernard Gasnot

1-La stratégie de la distraction et de la diversion, elle consiste à détourner l’attention du public des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. Empêcher le public de s’intéresser aux choses essentielles Pour nos chers moutons que nous sommes c’est bien.. ne pas réfléchir

2-Créer des problèmes puis les faire gober, offrir des solutions pour que le public soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, lui cree des attentats afin de le rendre stressé et peureux, nos moutons seront demandeur de lois sécuritaires. Endetter le pays pour casser les acquis sociaux et les services publics.

3-La stratégie de la dégradation pour faire accepter une mesure inacceptable il suivra bêtement sans rochigner, il suffit de l’appliquer progressivement, sur une durée de 10 ans. Chômage massif, précarité, flexibilité, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4-La stratégie du différé est une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5-S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge naïf donner lui un hochet ,bilboquet (phrase d’henry III) ou autre tiens un match de foot ça marche il foutra la paix au gourvernement, la plupart des publicités utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura une réaction aussi dénuée de sens critique qu’une personne de 12 ans.

6-Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs chauds, des peurs, des pulsions, ou des comportements.

7-Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise, faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les méthodes utilisées pour son contrôle comme le moutons lui marche sans reflechir. La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit incompréhensible par les classes inférieures.

8-Encourager le public à se complaire dans la médiocrité. Encourager le public à trouver « cool »ajouté de la beur le fait d’être bête, vulgaire, et inculte.

9-Remplacer la révolte par la culpabilité pour faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, de ses capacités, ou de l’insuffisance de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise.

10-Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes, au cours des 50 dernières années, les progrès de la science ont creusé un fossé entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui- même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle sur les individus que les individus eux-mêmes.

et avec la tele et la radio de merde ils seront content cela passe le temps

Commenter cet article