MEDEF  une mesure révolutionnaire contre le chômage

Publié le par Bernard Gasnot


MEDEF une mesure révolutionnaire contre le chômage

Hallucinant, et c’est vers cela que nous sommes censés nous diriger? Et combien de milliards d’économie pour les uns, et d’heures d’esclavage pour les autres? Quant à la Sinistre du travail qui accueille cela cette proposition, cela ferait baisser les statistiques quant au nombre de chômeurs dans le pays, que du bonheur… Au fait, où sont les grands syndicats censés nous défendre pour le coup? Schœlcher doit se retourner dans sa tombe…

Pour lutter contre le chômage, le patronat demande l’extension du bénévolat à tous les emplois utiles à la société.

Il ne sera pas dit que le MEDEF reste les bras croisés face à la catastrophe économique et sociale que représente le chômage de masse dans notre pays. Dans une lettre ouverte au premier ministre et publiée hier dans un hebdomadaire dominical, le patronat se mobilise en demandant au gouvernement des mesures radicales visant à supprimer définitivement la charge que représente, pour les entreprises, la rémunération, même faible, des emplois productifs et utiles à la société

.Cette proposition, présentée par le patron des patrons comme « révolutionnaire », se fonde sur un constat simple. « Il y a aujourd’hui, observe Pierre Gattaz, une part encore trop importante des salariés qui réalisent des tâches qui par leur caractère productif, créatif ou social n’ont pas basculé dans la modernité de l’emploi idiot et inutile.

Ce différentiel qualitatif constitue une inégalité entre les employés. C’est une question de bon sens : on ne peut pas avoir en même temps la satisfaction d’effectuer un boulot pas trop stupide, voire éprouver du plaisir au travail et en plus vouloir être payé. Il est logique que le plaisir soit de l’ordre de la dépense et non du gain financiers. »

Ainsi, tous les emplois de production ou à caractère sociaux ne devraient plus être rémunérés par les entreprises. Le MEDEF remarque par ailleurs que la tendance positive au travail gratuit s’intensifie dans l’ensemble des professions artistiques et intellectuelles. Le recours au bénévolat devra être généralisé, voire inscrit dans la loi. Ouvriers, infirmiers, agriculteurs, journalistes, professeurs, écrivains, artistes (y compris de cirque), éducateurs, aides à domicile, réparateurs : autant de métiers pour lesquels la joie éprouvée au travail compenserait le train de vie modeste que pourrait facilement leur assurer de maigres allocations versées par l’État. On sait combien Pierre Gattaz, sous la douche et l’œil qui frise, aime à entonner ce refrain : « la bohème, la bohème, ça veut dire on est heureux… ».

Dans cette perspective, et pour remotiver ceux qui se lancent courageusement dans des carrières idiotes, seuls seraient rémunérés les emplois d’audit, de contrôle, de gestion des ressources humaines ou les tâches administratives dont l’intérêt pour le travailleur comme pour la société est absolument nul. Libérer les entreprises des salaires versés aux emplois productifs permettrait la création de milliers de contrôleurs des travaux finis, de livreurs de pizza nocturne, de gardiens devant la supérette, de vendeurs de temps de cerveau disponible et de producteurs de rapports en dix exemplaires, tout en préservant les dividendes des actionnaires.

La ministre du travail semble accueillir favorablement cette proposition originale et déjà des discussions sont en cours pour mettre en place deux nouveaux contrats destinés aux jeunes, diplômés ou non, qui devront s’engager et choisir entre « un boulot de bolos pour un salaire de trimard» et « un boulot swag pour peau d’zob ». Le ministère du travail espère ainsi faire baisser enfin la courbe du chômage avant le grand primaire de toutes les gauches prévue pour les calendes grecques, que le candidat Hollande a déjà largement remportée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article