Les assassins de D. Balavoine.......... a suivre

Publié le par Bernard Gasnot

S’il est un personnage haut en couleur, c’est bien Daniel Balavoine. Il aura laissé une empreinte indélébile sur cette Terre à l’occasion d’un passage malheureusement trop court. Les gens ne se doutent pas que c’est un géant spirituel qui est venu parmi nous. La plupart des textes de ses chansons dévoilent la puissance de l’inspiration divine dont il a sans aucun doute bénéficié. Daniel s’est imposé malgré l’adversité. Il a chanté l’amour, le véritable Amour. Mais il a également provoqué, chahuté, bousculé le pouvoir et son autorité. L’homme fut touché au plus profond de son âme par la vision directe d’une terrible pauvreté sévissant en silence sur cette planète. Un cœur d’or au service d’une grande cause : voilà ce qu’il était, ce qu’il est et ce qu’il restera !

Parce que Daniel est toujours là, au grand dam des individus tristement célèbres qui ont souhaité, voire organisé sa disparition. Que tous ceux qui ont haï sa franchise ou ses prises de position courageuses et provocatrices cessent de se réjouir ! Mais que les autres - fans, copains et amis de toujours pour lesquels il fut le modèle, l’exemple, le guide - rayonnent de bonheur : Daniel est Vivant. Il est toujours actif et bouillonnant. Il transmet des messages pour continuer son œuvre par nous interposés. Il nous demande d’agir, de poursuivre à sa place une action qui ne doit plus être différée.

Mais Daniel nous réserve aussi d’autres surprises ; comment s’en étonner ? Malgré l’interdiction de dénonciation qui lui est imposée, il est autorisé par son Maître divin à lever une partie du voile qui enveloppe de façon nébuleuse les circonstances de sa mort. Les manœuvres de l’autorité politique ont permis de masquer la véritable cause du terrible accident. Mais faut-il en être surpris ? Faut-il s’étonner que les mensonges et la fourberie aient encore une fois sévi parmi les politiciens ? C’est devenu pour eux un exercice tellement régulier qu’il n’émeut plus grand monde. Pourtant, ces pauvres naïfs, « innocents » aux mains pleines, sombres incrédules souvent comiques mais plutôt écœurants, sont loin d’appréhender que les morts sont vivants…

Le 4 novembre 1996, Olivier m’avait déclaré spontanément dans un message : « Daniel est mon ami, mon fidèle compagnon. » Je n’avais pas été surpris par cette affirmation, considérant alors qu’il devait s’agir de l’un des nombreux Daniel habitant désormais l’autre monde. Je n’avais pas demandé davantage de précisions sur l’identité de cette personne désincarnée, pensant, l’espace d’une seconde qu’il pouvait s’agir du Daniel, prophète de la bible. Ce n’est que quelques mois plus tard que le prénom Daniel m’a vraiment interpellé. J’ai alors fait la relation avec le nom et compris qu’il s’agissait bien du génial auteur, compositeur et interprète auquel je pensais. Olivier s’empressa d’ailleurs de me le confirmer et de m’indiquer le niveau d’évolution de Daniel Balavoine. Le verdict tomba : « Il est au sixième plan et Guide Spirituel, comme moi. »

En ce début d’année 2004, Daniel, Olivier et l’ensemble de leur groupe m’ont délivré plusieurs messages à notre intention, et surtout à l’adresse des pouvoirs corrompus, irresponsables, incompétents, que j’interpelle de nouveau : Vous n’aurez pas les moyens de camoufler plus longtemps vos mensonges, le mieux serait d’avouer… pour être, comme il est dit, à moitié pardonné. Prenez donc connaissance des messages qui suivent, et interrogez-vous sur le sens à donner à votre vie publique, personnelle, politique. Sachez que tous ces textes seront médiatisés, ils n’ont pas vocation à demeurer cachés. Leurs auteurs sont très clairs, il ne saurait être question d’une quelconque dissimulation ou diffusion « sous le manteau » Ce serait les tromper, les trahir, en un mot agir dans le sens de ce qu’ils dénoncent.

Certains l’ont bien compris et en particulier Jean-Claude Carton, animateur de l’émission « Plus près des étoiles » sur Radio Ici et Maintenant, qui m’invita le 12 mars 2004, pour la révélation en direct de cette puissante information.

L’animateur de radio Jean-Claude Carton

Résidant en province, je ne connaissais absolument pas cette radio qui diffuse essentiellement sur Paris/Ile de France. Je l’ai découverte en décembre dernier sur Internet, sans vraiment la rechercher. Le « hasard » que j’appellerai plutôt un guidage invisible, m’a conduit jusqu’à elle.

« Ici et Maintenant ! » : un slogan politique, le titre d’un ouvrage ? De qui, de quoi, de quand ? Décidément, quand le destin s’en mêle, les affaires se démêlent…. Imaginez pourquoi, imaginez comment !

J’ai reçu ce premier message le mardi soir 13 janvier 2004, date importante à retenir.

" Je suis Daniel Balavoine. Je vous communique ce message depuis le monde merveilleux qui m’accueille désormais. Vous, mes amis de toujours, mes compagnons de route, mes fidèles partenaires, ne restez pas les bras croisés. Partez à la conquête d’un territoire perdu, partez à l’assaut de toutes les citadelles qui gouvernent le monde. Ces châteaux forts ne sont pas imprenables, il suffit d’avoir suffisamment de culot et de volonté pour les ébranler. Je l’ai fait en mon temps, j’ai provoqué ces individus suffisants qui parlent avec le mensonge à la bouche.

Les êtres qui vous gouvernent sont de dangereux prédateurs. Ils n’ont pas de scrupule et cherchent à s’imposer partout où ils le peuvent. La seule chose qui les intéresse, c’est le pouvoir. Et certains sont prêts à trahir leur propre famille politique ou biologique, pour le garder ou pour le conquérir.

Pour l’instant, ils se sont installés dans un confort matériel qu’il vous est impossible, vous : les gens simples et honnêtes, d’imaginer. Le pouvoir appelle le pouvoir, l’argent appelle l’argent. Et plus ils en ont, plus ils en veulent. Ils ne seront jamais rassasiés, toute leur vie sera consacrée à cette course infernale qui consiste à prendre, et à ne rien donner.

Le monde est aujourd’hui malade à cause de ces personnes, qui, pour la plupart, ne sont que d’obscurs esprits à la vision très limitée. Ils sont tous solidaires malgré les apparences, et se soulagent toujours sur le dos du plus faible. Pensez à toute leur fortune et à l’argent qu’ils pourraient, sans en souffrir un seul instant sur le plan matériel, distribuer abondamment aux pauvres gens démunis. Ils en ont de pleins coffres de cet argent maudit, mais ils ne prennent jamais le moindre risque avec lui. Sauf quelques kamikazes, abusés et trompés par les leurs, qui se hasardent bien imprudemment dans la plus aveugle des spéculations. Ils sont pris à leur propre jeu, ils sont pris à leur propre piège, parce que l’argent les rend sourds et aveugles.

Sortez, mes chers amis, mes compagnons, mes frères de cœur et de combat, sortez de votre timidité et lancez dès maintenant toutes les attaques qu’il vous sera possible d’organiser. Mesurez l’écart qui vous sépare de ces êtres abjects qui dirigent le monde. L’écart dont je parle est spirituel, il n’existe pas dans un autre domaine parce que l’instruction n’est rien. Elle n’est surtout pas synonyme d’intelligence. La plupart des humains ont l’intelligence du cœur mais ils subissent, parce qu’ils le veulent bien, la bêtise humaine qui progresse chaque jour et qui est pour nous, observateurs patients de l’au-delà, un grand drame.

Personne, ici-bas, n’est aujourd’hui en mesure de relever le défi de la sauvegarde planétaire. Personne ne sait comment s’y prendre. Personne ne souhaite inverser la tendance. Personne ne désire vraiment changer sa façon de vivre. Si vous n’évoluez pas très rapidement vers une autre forme de vie, vers un partage plus équitable, vers plus d’amour à l’endroit de votre prochain, vous allez droit dans un mur qui ne vous fera pas de cadeau. Risquez l’inconnu. Risquez-vous à devenir meilleurs et plus conciliants. Risquez-vous à partager vos richesses, et surtout votre amour.

Le déclin s’accélère, mais il reste un problème secondaire aux yeux des dirigeants. Bien au contraire, leurs décisions irresponsables tendent à l’amplifier. Livrer la Terre aux pillards des temps modernes ne les fait pas sourciller un seul instant. Livrer la planète comme on livre un animal blessé, est même pour certains d’entre eux une grande jouissance.

Les États-Unis d’Amérique, pour parler de ces dirigeants honteux, ont sous leur botte la quasi-totalité des humains. Les autres états modernes, occidentaux ou non, leurs acolytes des pays alliés et tous ceux qui sont sur la voie de la loi de la jungle (cette loi sans pitié qui se dote de règles que personne ne respecte) ne sont pas en reste. Ils font quelquefois semblant d’être en désaccord avec leurs maîtres, mais c’est seulement une attitude de façade.

Les maîtres resteront les maîtres, jusqu’au jour où leurs pouvoirs seront ébranlés par la Puissance divine qui les dominera définitivement, et les réduira à leur tour à l’état d’esclave.

Le maître trouvera son Maître, et la Terre retrouvera son Créateur. "

Daniel Balavoine, Guide Spirituel.

Nous ne connaissons pas encore "l'autre côté" de Daniel Balavoine.

Jean-Claude prend connaissance de ce message. Nous sommes convenus de l’évoquer à l’occasion de notre prochaine rencontre. Il reconnaît globalement les termes et autres expressions utilisés par Daniel, qu’il me dit par ailleurs avoir côtoyé durant plusieurs années. Cette incroyable révélation sonne définitivement le glas du doute, susceptible de germer dans mon esprit. Daniel avait donc désigné un ami qu’il savait fidèle, sincère, courageux et fier d’être le relais de ses communications.

Quelques semaines plus tard, soit le lundi 9 février 2004, je reçois un second message. Sa teneur n’est plus de même nature. De toute évidence, ce qui se tramait depuis quelque temps s’impose en termes forts et non ambigus. Daniel et ses amis souhaitent qu’une partie de la lumière soit faite sur les véritables causes de cet accident d’hélicoptère de janvier 1986, qui lui coûta la vie, mais lisez plutôt :

" La mort de Daniel Balavoine n’est pas une mort naturelle (une mort naturelle est prévue par Dieu, en opposition à une mort provoquée). Il y a autour de cette mort une intrigue politique, parce que Daniel dérangeait énormément le pouvoir en place.

Ce pouvoir n’avait pas supporté d’être pris à partie et malmené très fortement à l’occasion d’un journal télévisé. Il s’est vengé, et Daniel a payé.

Il n’est pas en révolte contre ses assassins, mais désire simplement que la lumière soit faite sur les véritables causes de sa mort.

Un participant au rallye de l’époque a joué un rôle important dans cette affaire. Il était un complice de ce pouvoir pourri, mais il était également un faux ami de Daniel. C’est lui qui est à l’origine de l’accident par le sabotage auquel il a contribué.

La date réelle de sa mort n’est pas le 14 janvier, mais le 13 janvier. C’est encore une magouille politique pour disperser les cartes. Parce que l’enquête diligentée immédiatement après l’accident, aurait pu découvrir des faits troublants complètement effacés le lendemain.

Rassurez-vous, personne n’échappe à la Justice divine. Coulez des jours heureux, vous-autres, assassins de Daniel, mais soyez certains d’une chose : vous serez un jour placés face à lui, dans le monde qui l’accueille aujourd’hui. Et croyez-moi, ce jour-là vous ne serez pas fiers, parce que l’heure de rendre les comptes les plus lourds, aura sonné. "

Olivier, Daniel et leurs amis de l’au-delà

. Ce dernier message est transmis dans l’instant à Jean-Claude. Il lui donne immédiatement suite en ces termes écrits « Olivier parle juste…la vérité jaillira » De toute évidence, Jean-Claude n’est pas surpris par la révélation plutôt explosive d’Olivier, Daniel et consorts ! Sait-il quelque chose de concret, ou est-ce tout simplement son intime conviction qui rencontre enfin l’écho attendu depuis si longtemps ?

C’est fait, la mèche est allumée et se consume lentement. La déflagration se produira inévitablement. Fera-t-elle des « victimes » ? En l’état actuel de la situation, il est bien difficile de le dire. Les musiciens prennent peu à peu leur place dans l’orchestre et accordent leurs instruments. La partition prend forme, elle devient cohérente. Faisons confiance à nos guides, ils sauront choisir les bons relais au moment opportun pour que la vérité éclate. C’est une volonté divine, que pouvons-nous contre elle ? Restons de dociles instruments et laissons nous guider. Ne pas se départir de la confiance qui nous est accordée reste un impératif. La protection de Dieu est sur nos têtes, il n’existe pas de meilleur bouclier.

Le 11 février 2004, à 23 heures 15, je pressens qu’il me faut réceptionner un nouveau message. J’ai depuis plusieurs années l’expérience de cette relation avec l’au-delà. Je reconnais facilement les signes qui me font comprendre que je dois établir le dialogue. D’ailleurs, l’étonnante facilité avec laquelle j’établis alors la communication me conforte dans cette forte impression, incompréhensible pour autrui. C’est ce que j’appellerais un ressenti inexplicable.

Dans ce message, Daniel ébranle ceux qu’il appelle : Chers assassins. Il n’y a bien sûr aucune dénonciation, aucun nom prononcé. La délation n’existe pas dans l’autre monde, excepté peut-être chez certains esprits errants ou chez ceux qui occupent les sphères les plus basses. Il est certain qu’un courant d’air glacial refroidira l’échine de ceux qui sont à priori concernés par l’affaire, directement ou non. Cependant, personne ne leur demande de parler ou d’avouer. Qu’ils gardent le silence et commencent à apurer le passif. Chacun d’entre-nous sera un jour ou l’autre appelé à le faire.

La parole est à Daniel :

" Sous peu, le sort va s’acharner sur ceux qui m’ont exterminé physiquement. Ils seront les premiers à récolter le fruit de leurs semailles. Qui sème le vent récolte la tempête… du désert. Pardonnez-moi de vous le dire, chers assassins, votre futur passera par de tristes moments.

Il n’est pas question pour moi qui suis votre victime, de vous plaindre. Parce que cette épreuve vous permettra de tirer un trait sur vos erreurs passées, et de commencer à préparer votre vie future. Parce que cette vie existera, n’en ayez pas le moindre doute et surtout, sachez que nous nous reverrons. Nous aurons enfin le plaisir d’être présentés : les assassins face à leurs victimes ! Parce que je ne suis pas seul à être passé dans l’autre monde par votre faute. Quel programme ! Je suggère d’ailleurs à un metteur en scène de réfléchir à la création d’un film sur le sujet.

Je plaisante, bien sûr. Pourtant, il me serait agréable qu’un tel scénario voie le jour. En tout cas soyez certains, ministres du passé, et vous, cireurs de bottes, que personne ne vous soutiendra dans cette affaire. Vous pourrez toujours nier et argumenter. Votre innocence tiendra bien peu de temps face à l’exigence populaire de voir enfin la vérité éclater. Parce qu’il s’agira bien, ministres et président, d’un règlement de comptes. Vous pensiez certainement cette chose impossible, ni ici, ni là-bas. Il est vrai que c’est plutôt dans l’autre monde que les affaires empoisonnées se règlent. Elles ne sont que très rarement solutionnées sur Terre, et tout reste à faire lorsque l’être traverse le voile.

Parfois, certaines peines terrestres permettent au bilan final d’être moins lourd. Mais vous, chers assassins, permettez-moi de vous dire que vous ne prendrez pas ce risque, parce que vous êtes faibles et froussards. Vous serez bien sûr informés, parce que cette initiative a bien pour objectif de vous faire comprendre que vos victimes vous attendent.

Maintenant, je vais vous faire une révélation qui torpillera définitivement votre agression gratuite et non-fondée.

Vous m’avez fait mourir physiquement, et avec moi bon nombre de mes amis. C’est moi qui étais visé, pas eux. Pourtant, vous n’avez pas hésité à sacrifier des innocents. Permettez-moi maintenant de vous dire ceci : la mort, ma mort, que vous avez provoquée et précipitée, devait de toute façon se produire dans les mois suivants. Je devais être victime d’un accident d’automobile. Il était prévu que mon rappel se produise assez rapidement.

Je suis désolé de vous le dire, mais toute votre stratégie n’aura servi à rien. Si ce n’est de vous retrouver bientôt, et pour certains d’entre-vous c’est déjà le cas, face au tribunal de votre âme et de votre conscience. Pardonnez-moi de vous le dire et de vous le répéter : vous vous êtes trompés sur toute la ligne.

Mais il est trop tard, le mal est fait. L’acte est consommé et il vous est impossible de revenir sur vos pas. Donc, à partir d’aujourd’hui, il ne vous reste plus qu’une seule chose à faire : c’est d’avouer en silence votre faute, et de demander à Dieu son immense pardon. Soyez certains d’être écoutés si votre repentir est sincère et profond.

Toutefois, cette démarche ne vous dispensera pas de payer, sans être jugés, votre erreur terrestre. "

Daniel

Un nouveau message d’Olivier, reçu jeudi 19 février 2004 à 7h00, donna le dernier coup d’accélérateur. Il apporta de nouvelles précisions ô combien importantes pour un enquêteur potentiel, sans toutefois citer ou désigner qui que ce soit. L’important était de cibler le ou les éventuels coupables, ce qui fut fait. L’étau se resserrait, la partie de bras de fer psychologique se mettait progressivement en place. L’issue était connue mais le suspens allait dépasser nos espérances.

À ma question : Olivier, dois-je parler de cette affaire lors de ma conférence du 27 février ? Il répondit :

" Oui, tu dois commencer à semer le trouble dans les esprits, parce qu’il est grand temps que les humains, tous les humains, se posent enfin les bonnes questions sur la vie.

L’affaire que tu évoqueras très bruyamment, ne sera en réalité que le prétexte qui permettra à l’humanité de s’ouvrir à notre dimension. Elle a pour but de semer une nouvelle graine dans l’esprit des gens, parce que celle qui a germé produit un fruit sec et sans saveur. Pourtant, la saveur existe, mais elle est protégée par une gaine très hermétique qui l’empêche de se manifester.

C’est tout le sens de notre mission qui consiste à éclater progressivement la coque du fruit, pour lui permettre d’exploser dans l’amour de son Créateur. Toutes les graines ne produiront pas le même résultat. Certaines d’entre-elles chercheront à se protéger des attaques de ces nouvelles semailles occupant le terrain. Parfois, la lutte sera sévère. Parfois, le mal résistera parce qu’il ne supportera pas d’être affaibli, et de reconnaître ses erreurs.

C’est exactement le même processus qui accompagnera le déroulement de cette triste enquête sur le faux accident de Daniel. Les différents protagonistes se protégeront derrière le mensonge. Ils feront croire à l’innocence mais ce qui n’est qu’un leurre ne tiendra pas très longtemps, parce qu’un maillon faible de leur équipe cédera. Il ne sera pas très difficile de lui faire comprendre qu’il ne peut se taire plus longtemps. Parce que c’est nous qui agirons sur lui. Personne ne réussira à le démasquer même si son nom court dans la tête de nombreuses personnes. C’est lui et lui seul qui sera confondu par sa propre conscience. Il ne pourra plus se retenir, il aura besoin de se libérer et cédera inévitablement à l’appel de la raison.

Cette personne est un homme charmant, bien sous tous rapports selon la formule consacrée. On lui donnerait le Bon Dieu sans confession. C’est le dernier de tous les suspects possibles qui pourrait être accusé. Il trompe son monde, il a trompé sa famille et ses propres amis. Il a trahi pour une piètre ambition, pour un petit pouvoir et pour une bien modeste somme d’argent, au regard de l’immense richesse qui l’attendait ici. Sa grande erreur a été de renoncer aux valeurs qu’il prônait lui-même. Il a été bien naïf de croire en certains prophètes du pouvoir. Il a cru qu’il serait placé sur un piédestal après cette histoire sordide. Il est vrai qu’il a bénéficié de certaines faveurs. Pourtant, le véritable piédestal sur lequel il se hissera très bientôt est celui de la vérité, qu’il ne pourra plus très longtemps dissimuler… "

Au cours des diverses conférences que nous donnons ici et là, ainsi que sur certains forums, quelques personnes (une minorité) se disent surprises de l’information et parfois choquées par la dureté des messages relatifs à cette affaire. Elles sont troublées et ne comprennent pas pourquoi Dieu laisse ses serviteurs formuler de tels propos. Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire au risque de heurter… et bien davantage ? Pouvez-vous, Olivier, Daniel et vos amis, être plus explicite sur le sens de votre démarche qui peut sembler contrarier la notion d’Amour et de Pardon ?

- " Que vous soyez dans l’expectative ou dans l’incompréhension de certains messages n’est pas pour nous étonner. Rassurez-vous, nous le répétons : le Seigneur ne juge pas ! Le jugement par un tiers n’existe pas dans notre monde. Il est le vôtre. Il est celui que votre âme a décidé selon vos propres fautes.

Quant à cet attentat, il est vrai que notre prise de position peut faire frémir. Mais tel est son but ! Nous souhaitons que les responsables de cet acte ignoble soient démasqués pour qu’ils ouvrent la voie à d’autres vérités. Ce serait une réaction en chaîne et un assainissement de tout ce mal qui enveloppe votre société hypocrite, menteuse et matérialiste. Ce qui peut passer aux yeux de nombreuses personnes pour un châtiment, n’est en réalité qu’un acte d’amour qui consiste à aider son prochain. Nous sommes obligés de vous ouvrir les yeux quelquefois brutalement, sinon, vous seriez pris à votre propre piège dans de nombreuses situations. L’amour n’est pas l’aveuglement ou la fermeture de toute intervention envers autrui, surtout lorsque ce dernier agit dans un sens très négatif. L’appréciation est parfois difficile, mais dans de nombreux cas, il n’est pas nécessaire de réfléchir très longuement sur la nature de l’acte commis. Pour ce qui est de l’affaire qui nous mobilise aujourd’hui, nous sommes des missionnaires qui ont pour objectif de faire éclater la Vérité…, avec un grand V.

La dénonciation ne fait pas partie de notre démarche. Il s’agit pour nous de confondre, d’aider les auteurs à se confondre et à s’avouer vaincus tout en sachant que cette victoire sur eux-mêmes les aidera, ici, et plus tard dans le monde divin, à progresser considérablement lorsqu’ils auront définitivement admis leur égarement. Soyez certains que la haine ne nous habite d’aucune façon. C’est tout simplement l’amour qui nous guide : cet amour qui, nous le répétons, est le seul avocat qui pourra vous sauver de la mort. La mort dans l’âme vous habite ! La mort de l’âme est sous-jacente en vous ! La mort de votre être spirituel menace ! C’est notre seule et unique motivation : vous sauver de cette mort irréversible. Il vous faut comprendre notre intervention en ce sens, et uniquement avec ce souci qui nous habite tous. C’est l’expression divine qui se manifeste par nous. Elle utilise et utilisera différents moyens qui, souvent, vous précipiteront dans un océan d’incertitude et de doute, en jetant sur votre vision de la vie un brouillard très épais. Grâce à Dieu, nous sommes à vos côtés pour rétablir l’éclaircie et la lumière en votre vie, quels que soient les actes que vous aurez commis.

Restez confiants et sûrs de notre Amour pour vous. Grandissez encore et toujours, et n’ayez qu’un seul projet : celui de votre retour vers le Père. Il est désireux de vous voir revenir avec une besace chargée de bonnes intentions. "

Daniel et Olivier

Document transmis par Jean Pernin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article