Attentats de Paris ce qu’il faut savoir, ce qu’il ne faut pas oublier, ce dont il faut se méfier!

Publié le par Bernard Gasnot

le Vendredi 13 n’a rien à envier au cinéma hollywoodien avec des attentats multiples dans Paris la grande, Paris la magnifique, et si aux premières heures les informations avaient tendance à se contredire, le bilan final est à la hauteur de l’événement: tragique. Au final, ce sont pas moins de 140 personnes qui ont perdu la vie dans ces attaques, plusieurs terroristes de morts, 8 zones d’attaque avec le Bataclan, et la planète se dit scandalisée… il y a de quoi, c’est clair, mais rappelons qu’elle l’a moins été quand le nombre de morts atteignait plusieurs dizaines de milliers dans des conflits voulus par nos politiques comme en Syrie, que le nombre d’indigné est également moindre quand il s’agit de la Palestine, quand il s’agit de l’Ukraine (surtout quand on sait qui a provoqué ce conflit), la planète s’indigne moins pour la guerre au Yémen, pour le Darfour, et la liste est longue… Quand il s’agit d’une guerre, même illégale, avec une ingérence complète le la part de l’occident, que ce sont des enfants à plusieurs milliers de kilomètres, le nombre d’indignés baisse radicalement. La grande différence, c’est qu’en France, ce n’était pas une zone de guerre, la ville n’était pas pillée au grand jour par certaines nations que l’on nous dit « amies » mais dans un grand silence, que cela n’aurait jamais dû arriver, c’est un symbole planétaire qui est en deuil, Paris. Et finalement, cela ne serait même plus de simples attentats, mais bel et bien une guerre comme nous le disent certains médias…

Ce que cela implique dans un premier temps? Cela implique que les frontières ont été fermées, pour quelles raisons? On peut se le demander, elles avaient déjà été renforcées hier au nom de la COP21 par mesure de sécurité, bien après qu’ils se soient rendu compte que cela ne servait à rien puisque les pseudos-militants dangereux étaient déjà sur le sol français depuis plusieurs semaines., pour le terroriste islamique, c’est pareil, cela fait des années que les réseaux sont sur le sol français. Cela implique également « l’alerte rouge Alpha », le niveau le plus élevé qui relance l’utilité de Vigipirate puisque l’ensemble des militaires était fatigué, usé, quand à la réelle utilité de ce plan… Étaient protégés, les synagogues et les mosquées, les églises tout le monde s’en fout, les profanations antichrétiennes se sont multipliées ces dernières années cela n’a pas d’importance.

Enfin, pour la liberté de la presse, au niveau des informations, vous risquez maintenant de ne savoir que ce qui arrange les dirigeants, c’est à dire le petit monde de la politique, et la finance qui ne se cache même plus. En effet, avec l’état d’Urgence, l’état prend le contrôle:

Le décret déclarant ou la loi prorogeant l’état d’urgence peuvent, par une disposition expresse :

1° Conférer aux autorités administratives visées à l’article 8 le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;

2° Habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales.

La presse a pour l’instant tenté de rivaliser au niveau imagination pour proposer les titres les plus accrocheurs, les clichés les plus choquant, dans le lot nous avons même un média que je ne nommerai pas, qui pour parler des tirs au bar « Le carillon », a choisi une formule détonante (sans mauvais jeu de mots) du « carillon de la mort qui avait sonné »… Quelle surenchère! N’oubliez pas que pour les médias c’est une histoire en or que celle-ci, cela fait de nombreux lecteurs en plus qui achètent pour savoir, qui regardent pour mieux être informés, le monde des médias à perdu beaucoup de monde ces dernières années, c’est une belle opportunité, mais cela reste très secondaire dans un sujet aussi grave que celui-ci. Pas importe le sens de la formule, peu importe le slogan, le bilan reste ce qu’il est: 126 morts, 200 blessés, 8 terroristes de morts.

Ce que nous pouvons également apprendre, c’est que si au début de l’année nous avons eu les « Charlie » en masse à travers la planète qui ont régit par solidarité et pour sauver la liberté de la presse qui existe aussi peu que la réelle démocratie, ce que certains médias comme l’Express ne s’empressent pas d’expliquer, nous avons maintenant les « Pray for Paris » qui se mobilisent de partout sur la planète, autant de monde qui n’a pas bronché lorsque c’étaient des enfants et des civils qui étaient massacrés dans des pays du Maghreb pour mieux piller le pétrole.

Mais peut-être cela va-t-il pousser un peu au patriotisme comme ce fut le cas hier lors de l’évacuation du stade de France:

Peut-être cela va-t-il donner un peu au français l’envie d’aimer réellement leur pays qui n’existe pratiquement plus et qui ne demande qu’à vivre… Et peut-être vont-ils enfin réagir en se rendant compte que ces politiciens qui sont censés travailler pour nous ne travaillent en fait ni pour les citoyens français, ni-même pour la France, mais pour la finance, pour plus d’Europe et pour cette saloperie de Nouvel Ordre Mondial.

Autre point important: Cet événement est organisé, planifié, voulu, reste à savoir par qui et au profit de qui. Les théories du complot se multiplient déjà sans que nous n’en ayons aucune réelle preuves, ce n’est pas parce que pour Charlie Hebdo il y a de nombreuses questions en suspens et de gros doutes, qu’il y en a un pour cette nuit d’horreur. Il faut bien reconnaître que les avantages que certains vont en tirer à l’approche de la COP21 sont nombreux, une sécurité largement renforcée et justifiée, des moyens d’enquête lus conséquents, cela justifie certaines lois sur la surveillance des citoyens, et certaines décisions politiques, mais rien, vraiment rien ne nous autorise pour l’heure à nous diriger dans le sens du complot.

Enfin, dernière information importante, un article du journal Le Point qui peut inquiéter beaucoup, vraiment beaucoup de monde. Il nous est expliqué que le Bataclan est depuis longtemps la cible de menaces simplement par ce que les propriétaires sont juifs. Soit, mais là, les mots utilisés sont capitaux, il est dit que le Bataclan est la cible de groupes antisionistes, pas antisémites, antisionistes!!! Vous comprenez bien l’amalgame largement utilisé par certains en France comme Manuel Valls? Ce qui suggère que les terroristes potentiels en France sont maintenant les antisionistes, pas des antisémites, et nous sommes nombreux dans le domaine.

Le Bataclan, une cible régulièrement visée

Depuis des années, cette salle était la cible de groupes antisionistes. Le groupe de rock qui s’y produisait ce vendredi était en tournée en Israël cet été.

« Nous avions un projet d’attentat contre le Bataclan parce que les propriétaires sont juifs ». Cette phrase, glaçante au regard de la prise d’otages et du carnage qui aurait fait ce vendredi « une centaine de morts » selon des sources policières, a été prononcée dans les bureaux de la DCRI, en février 2011. Les services français interrogeaient alors des membres de «Jaish al-Islam», l’Armée de l’Islam, soupçonnées de l’attentat qui a coûté la vie à une étudiante française au Caire en février 2009. Ils panifiaient un attentat en France et avait donc pris pour cible la célèbre salle de spectacle parisienne.

Peuvent-ils se tromper dans les termes à ce point? Peu probable, mais cela, beaucoup l’ignorent, antisémite et antisionistes sont deux choses bien différentes. Rappel indispensable sur le sujet:

Il y a effectivement des antisémites, et des antisionistes, ce sont deux choses complètement différentes ce que beaucoup ignorent. Suivant Manuel Valls, « les discours antisionistes qui critiquent Israël sont indissociables des discours antisémites« , ce qui va avec le temps entrainer le blocage des sites antisionistes en France. Mais voilà, l’amalgame est démenti par Pascal Boniface, directeur de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques), qui explique dans Le Figaro que «Critiquer la politique d’Israël, ce n’est pas être antisémite». Valls ment ouvertement, entretient un amalgame dangereux qui est justement mis en avant dans l’article du Point du dessus.

Si réellement les terroristes étaient antisionistes, cela ne fait pas des antisionistes des terroristes pour autant, et quelle explication peut-il donner à ce qui suit:

Plus de 3 000 juifs antisionistes manifestent contre Netanyahou à New York

Héritiers de la tradition juive d’opposition au sionisme, plus de 3 000 disciples du Rabbin de Satmar venant de Williamsburg se sont rassemblés devant le consulat israélien situé à Manhattan pour protester contre le discours de Benjamin Netanyahou au Congrès américain.

Le rabbin David Neiderman a dit à la foule : « Aux Etats-Unis comme dans le monde entier, nous les juifs sommes des citoyens loyaux aux pays dans lesquels nous résidons, et aucun gouvernement étranger ne peut prétendre nous représenter ou parler à notre place ».

D’autres intervenants ont été bien plus durs à l’égard du Premier Ministre israélien, l’appelant « Haman » et « Amalek » (l’équivalent du « Hitler » de la fête juive de Pourim), et l’accusant de générer de l’antisémitisme par ses actions « téméraires ».

Le rabbin Shapiro a déclaré « Nous ne croyons pas qu’Israël soit l’Etat nation du peuple juif. Et quand le leader d’un pays étranger vient aux Etats-Unis pour attaquer le président et dire qu’il est notre représentant, la question n’est pas pourquoi nous sommes ici, mais plutôt où sont tous les autres ? »

Autre point important pour dénoncer l’amalgame, expliquer ce qu’est exactement le sionisme, en utilisant comme source un média ouvertement de gauche:

Voici une définition : un sioniste est un individu qui désire ou soutient la création d’un Etat juif en terre d’Israël qui serait, dans le futur, l’Etat du peuple juif. Selon les propos mêmes de Herzl : «A Bâle, j’ai fondé l’Etat des juifs.» Le mot-clé en l’occurrence est : «Etat». Et, de manière naturelle, il s’agit de la terre d’Israël à cause de l’attachement historique du peuple juif à cette terre.

Suggérer que les terroristes peuvent être des antisionistes et non des antisémites est un amalgame extrêmement dangereux qui implique que l’ensemble des antisionistes peuvent être considérés comme étant potentiellement terroristes, et donc être mis sous surveillance, si cela ne se limite qu’à cela. Ce n’est pas la première fois que la France se met à genou devant les intérêts d’Israël, il y a quelques jours l’interdiction du boycott des produits israéliens en est un exemple flagrant, et l’utilisation ici d’un mot au lieu d’un autre n’est réellement pas anodine.

Il faudrait d’ailleurs nous expliquer comment des rabbins juifs parfois israéliens peuvent être antisémites alors qu’ils ne peuvent pas être antisémites. N’oubliez pas que le diable se cache dans les détails…

Clairement, cela augure que les antisionistes vont pouvoir être déclarés comme terroristes potentiels et donc à surveiller de près. Au niveau de l’information, des blogs et de la haine, cela va prendre des proportions extrêmement dangereuses…

Quant aux responsables, réellement des islamistes? Admettons, mais à qui la faute alors? Nous avons l’ensemble des pseudo-crédibles politiques dont Hollande et Sarkozy qui parlent d’un drame inacceptable, d’actes terroristes qu’il faut condamner, mais dans les faits, qui sont les responsables? N’est-ce pas ceux qui ont laissé cette situation s’envenimer? Si réellement ce sont des islamistes qui ont agi ainsi, alors il aurait fallu agir plus tôt, à commencer par interdit le financement de l’Islam de France par le Qatar qui n’a jamais hésité à aider et financer le terrorisme sur la planète, ce n’est pas un secret, nos politiques sont vendus pour des raisons électoralistes à ceux qui financent l’Islam en France qui ne représente pas grand monde, et surtout pas les musulmans en eux-mêmes, tout comme les sionistes ne représentent pas les juifs de France. Le paroxysme est atteint avec le Conseil Théologique Musulman de France inauguré récemment, et là, nous avons tout le monde: Qatar, Arabie Saoudite (tellement grande démocratie ce pays-là…), tous ceux qui financent de près ou de loin le terrorisme et qui prônent un Islam radical.

Qui a permis tout cela si ce n’est nos politiques?


Commenter cet article