Trois millions de migrants attendus en Europe d'ici 2017

Publié le par Bernard Gasnot

Les Etats européens doivent se préparer à l'idée qu'une situation très difficile nous attend dans les prochains mois

L'afflux de migrants tentant de rejoindre l'Union européenne ne cesse d'augmenter. L'Union européenne vient de rendre ses nouvelles estimations.

Incroyable !

La situation n'a jamais été aussi alarmante. Alors que plus de 800.000 «entrées illégales» dans l'Union européenne ont été dénombrées depuis le début de l'année 2015, la crise ne fait que commencer. La Commission européenne a prédit ce jeudi l'arrivée dans l'UE d'ici à 2017 de trois millions de migrants fuyant la guerre et la pauvreté, alors que les effets de la crise migratoire n'avaient jamais été évalués à un tel niveau. L'afflux de réfugiés en Europe devrait avoir «un impact sur la croissance économique qui serait faible mais positif pour l'Union Européenne dans son ensemble», a toutefois indiqué Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques.

«Les Etats européens doivent se préparer à l'idée qu'une situation très difficile nous attend dans les prochains mois», avait déjà alerté mercredi Fabrice Leggeri le patron de l'agence Frontex, rappelant que Frontex est chargée de la «surveillance» des frontières mais n'a pas le pouvoir de refouler les migrants. Il a jugé que les «hotspots», centres d'accueil et d'enregistrement prévus sur les îles grecques et en Sicile, ne permettraient pas de résorber l'afflux de demandeurs d'asile, puisqu'ils ne permettent pas un «séjour prolongé» sur place.

En outre, «celui qui est entré illégalement et n'a aucun droit à l'asile doit être rapidement renvoyé dans son pays», a insisté le patron de Frontex, estimant que l'UE a besoin «de structures d'accueil» où les migrants «doivent au besoin être enfermés». Ce dernier appelle donc les Etats européens à «faire usage de manière plus conséquente» de leur droit, prévu par les textes européens, de placer en rétention «jusqu'à 18 mois» un étranger en situation irrégulière pour «organiser son retour».

Un nouveau record mensuel

Le chiffre des 800.000 migrants arrivés en Europe dépasse les dernières estimations du Haut-commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (HCR) et de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Toutefois, le mode de comptage de Frontex permet de recenser la même personne plusieurs fois, avait précisé l'agence mi-octobre. À un tel rythme, le nombre de migrants rejoignant l'Union européenne pourrait avoisiner le million voire le dépasser.

En début de semaine, le HCR a annoncé qu'un peu plus de 218.000 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe en octobre. Un «record mensuel». Le mois de septembre dernier constituait le précédent record avec 172.843 arrivées. Les chiffres actualisés du HCR montrent que 218.394 traversées de la Méditerranée ont été effectuées en octobre, soit légèrement plus que durant les 12 mois de 2014. Un constat sans appel qui démontre que l'afflux de migrants ne cesse de croitre.

Jusqu'à présent, le HCR prévoyait que 700.000 migrants allaient chercher refuge en Europe cette année en empruntant les routes périlleuses de la Méditerranée, et qu'ils seraient au moins aussi nombreux en 2016. Mais étant donné que plus de 744.000 sont déjà arrivés, le HCR va revoir à la hausse ses estimations et les publier d'ici la fin du mois. En 2015, environ 3.440 personnes ayant tenté de traverser la Méditerranée pour rallier l'Europe sont mortes ou portées disparues, selon le HCR. La majorité des décès ont toutefois eu lieu sur le trajet vers l'Italie, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Trois routes principales

Pour rallier l'Europe, trois routes sont principalement empruntées par les migrants. Celle de la Méditerranée orientale, la plus fréquentée, celle des Balkans, qui rencontre un essor grandissant sur les cinq dernières années et enfin celle de la Méditerranée centrale, en nette baisse par rapport à 2014. Mais globalement le nombre de migrants arrivant en Europe est en constante évolution. Selon Frontex, «il y a plusieurs raisons à cette hausse spectaculaire - une situation dramatique en Syrie, en Érythrée, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo, en Irak combinée au fait que la Libye est de facto un État défaillant où la loi n'est pas appliquée».

Commenter cet article