Naomi Klein: «Cette manifestation est un geste de défi»

Publié le par Bernard Gasnot

Pour la journaliste canadienne, le gouvernement français pratique la « stratégie du choc » en utilisant l’état d’urgence pour réduire au silence les militants du climat.

Journaliste, activiste : Naomi Klein est l’une des critiques de la mondialisation néolibérale et des régressions autoritaires qui l’accompagnent les plus populaires et les plus écoutées. Après La Stratégie du choc sur le capitalisme du désastre, qui prospère sur les violences infligées aux sociétés (cataclysme, putschs, effondrements politiques…), elle a publié en 2014Tout peut changer, qui décrit à quel point le dérèglement climatique impose une épreuve vitale au système capitaliste.

Note personnel avez-vous lu ce livre….. non…..

C’est la montée d'un capitalisme du désastre comment s’emploi les capitalistes a faire ceci, il applique la doctrine de l'école de Chicago de l'école de Chicago dont Milton Friedman est l'un des représentants les plus connus. Ils imposeraient des réformes économiques désastreuses, les torture et plus les expériences de lavage de cerveau effectuées financées par la CIA., suivis la privatisation de l'énergie et les services publics comme la sécurité sociale, les hôpitaux la traque des communistes dans le pays par une arme prive payer par le gouvernement

Plusieurs exemples pour étayer sa thèse. les dictatures de Pinochet au Chili et de Soeharto en Indonésie ainsi que le cas de la Bolivie où les réformes ont été conduites en déportant temporairement les responsables de gauche. L'auteur évoque de plus les libéralisations qui ont suivi la chute du bloc de l'Est en Pologne et en Russie au début des années 1990, le gouvernement de Margaret Thatcher au Royaume-Uni, la fin de l'apartheid en Afrique du Sud. Les politiques qui ont été pratiquées aux États-Unis depuis 1990, mais plus particulièrement sous l'administration Bush, sont particulièrement visées, notamment la privatisation progressive de la sécurité aux États-Unis. Cela la conduit à s'intéresser à la gestion de la guerre en Irak. depuis 2001 à l'émergence d'une industrie de la sécurité intérieure, les attentats du 11 septembre ayant été utilisés comme un choc « utile »..

les réformes engagées et les mesures prises après la crise asiatique de 1997, l'ouragan Katrina ou encore le tsunami de 2004.

Commenter cet article