LE SORT DE MAKHNO ET DE CERTAINS DE SES CAMARADES HOMMAGE AUX CAMARADES LIBERTAIRES

Publié le par Bernard Gasnot

Extrait de LA RÉVOLUTION INCONNUE de Voline

En guise d'épilogue, quelques détails sur la répression finale et aussi sur le sort personnel de certains militants makhnovistes seront ici à leur place.

Naturellement, la troisième et dernière guerre des bolcheviks contre les makhnovistes fut, en même temps, une guerre contre toute la paysannerie de l’Ukraine.

Il s'agissait, non seulement de détruire l'Armée insurrectionnelle, mais de maîtriser définitivement toute cette masse à esprit rebelle, lui enlevant la moindre possibilité de reprendre les armes et de faire renaître le mouvement. Il s'agissait d'extirper les germes mêmes de tout esprit de révolte.

Méthodiquement, les divisions rouges traversaient tous les villages de la région insurgée, exterminant les paysans en masse, souvent - détail savoureux - d'après les indications des fermiers riches (les " koulaks ") de l'endroit.

Plusieurs centaines de paysans furent fusillés à Goulaï Polé, à Novospassovka, à Ouspénovka, Malaïa-Tokmatchka, à Pologui et dans d'autres grands villages de la région.

En plusieurs endroits, les tchékistes, assoiffés de meurtre, fusillaient les femmes et les enfants des insurgés.

Ce fut Frounzé, le commandant en chef du front Sud, qui dirigea cette campagne " répressive ". " Il faut en finir avec la Makhnovtchina, en deux temps et trois mouvements ", écrivait-il dans son ordre aux armées du Sud, à la veille de déclencher l'action. Et il se comporta comme un soudard, serviteur fidèle de ses maîtres, traitant " cette canaille de moujiks " en véritable conquérant, en " nouveau noble ", semant la mort et la désolation devant lui.

Et maintenant, quelques notes brèves sur le sort personnel des principaux animateurs du mouvement populaire d'Ukraine.

Simon Karetnik - déjà cité, paysan de Goulaï-Polé. Un des plus pauvres du village. Il travailla surtout comme valet de ferme. Il ne put suivre les études scolaires que pendant un an. Anarchiste depuis 1907, il participa au mouvement dès les premiers jours. En diverses occasions, il fit preuve d'un talent guerrier remarquable. Il fut blessé plusieurs fois dans les combats contre Dénikine. Membre du Conseil des insurgés révolutionnaires de l'Ukraine, il fut l'un des meilleurs commandants de l'Armée insurrectionnelle. A partir de l'année 1920, il remplaça souvent Makhno au commandement suprême de l'armée. Il commanda l'armée expédiée en Crimée contre Wrangel. Après la défaite de ce dernier, il fut mandé par les bolcheviks, soi-disant pour assister à un conseil militaire, mais traîtreusement saisi en cours de route et fusillé à Mélitopol. Il laissa une veuve et plusieurs orphelins.

Martchenko - Issu d'une famille de paysans pauvres de Goulaï-Polé. Instruction scolaire incomplète. Anarchiste depuis 1907 (avec Makhno et Karetnik) et l'un des premiers insurgés de la région de Goulaï-Polé. Il fut blessé plusieurs fois dans des combats contre les troupes de Dénikine. Pendant les deux dernières années de l'insurrection, il commanda toute la cavalerie makhnoviste et fut membre du Conseil des insurgés révolutionnaires. Il fut tué en janvier 1921, près de Poltava, au cours d'une bataille avec les rouges. Il laissa une veuve.

Grégoire Vassilevsky - Fils d'un paysan pauvre de Goulaï-Polé. Instruction primaire. Anarchiste avant 1917, il participa à la Makhnovtchina dès ses débuts. Ami personnel de Makhno, il le remplaça plusieurs fois à la tête de l'armée. Il fut tué en décembre 1920, au cours d'une bataille contre les rouges dans la région de Kiew. Il laissa une veuve et des orphelins.

Boris Vérételnikoff. Paysan, originaire de Goulaï-Polé. Ensuite, ouvrier fondeur dans des usines locales. Plus tard, ouvrier à l'usine Poutiloff, à Pétrograd. Socialiste-révolutionnaire à ses débuts, il devint anarchiste en 1918. Orateur et organisateur très doué, il participa activement à toutes les phases de la Révolution russe. En 1918, il retourna à Goulaï-Polé et s'adonna surtout à la propagande. Plus tard, il entra dans l'Armée insurrectionnelle, y fit preuve de grandes qualités militaires et remplit, pendant quelque temps, les fonctions de chef d'état-major. En juin 1919, il marcha, à la tête d'un détachement formé en hâte, contre les forces supérieures de Dénikine, pour tenter de défendre Goulaï-Polé. Totalement encerclé, il se battit jusqu'au dernier instant à côté de ses camarades et périt avec tout son détachement. Il laissa une veuve et des orphelins.

Pierre Gavrilenko. - Paysan de Goulaï-Polé, anarchiste depuis la révolution de 1905-1906. Un des militants les plus actifs de la Makhnovtchina, il joua un rôle de premier plan dans la débâcle des troupes dénikiniennes en juin 1919 ; en tant que commandant du IIIe corps des insurgés makhnovistes. En 1921, il remplit les fonctions de chef d'état-major de l'armée de Crimée. Après la débâcle de Wrangel, il fut traîtreusement saisi par les bolcheviks, comme Karetnik, et fusillé à Mélitopol.

Basile Kourilenko. - Paysan de Novospassovka, il reçut une instruction scolaire primaire. Anarchiste dès le début de la révolution. Propagandiste populaire de talent, militant de très haute qualité morale, il se révéla aussi comme un des meilleurs commandants de l'Armée insurrectionnelle. Plusieurs fois blessé, il remporta de nombreuses victoires sur les troupes de Dénikine. Il fut tué dans une escarmouche avec les rouges en été 1921 et laissa une veuve.

Victor Bélach. - Paysan de Novospassovka. Instruction primaire Anarchiste. Jusqu'en 1919, il commanda un régiment makhnoviste. Stratège très habile, il fut ensuite chef d'état-major de l'armée insurrectionnelle et élabora plusieurs plans de combats remarquables. En 1921 il tomba entre les mains des bolcheviks. Son sort nous est resté inconnu.

Vdovitchenko. - Paysan de Novospassovka. Anarchiste. Instruction primaire. Un des participants les plus actifs de l'insurrection révolutionnaire, il commanda le détachement spécial des troupes makhnovistes. Il joua un rôle considérable dans la défaite de Dénikine sous Pérégonovka, en septembre 1919. En 1921, fait prisonnier par les bolcheviks, il repoussa avec dédain leur proposition de passer à leur service. Son sort nous est resté inconnu.

Pierre Rybine (Zonoff). - Ouvrier tourneur, originaire du département d'Orel. Révolutionnaire depuis 1905, il émigra en Amérique où il prit une part active au mouvement révolutionnaire russe exilé. En 1917, il rentra en Russie s'établit à Ekatérinoslaw et accomplit une oeuvre populaire considérable dans le domaine de la réorganisation de l'industrie et des transports. Il collabora d'abord avec les bolcheviks en qualité de spécialiste du mouvement professionnel. Mais, en 1920, il sentit qu'il lui était impossible de continuer cette collaboration, l'activité des bolcheviks allant, à son avis, à l'encontre des véritables intérêts des ouvriers et des paysans. En automne 1920 il adhéra au mouvement makhnoviste et lui consacra toutes ses forces et connaissances. En 1921 il fut arrêté à Kharkov par la Tchéka puis, fusillé

Kalachnikoff. - Fils d'ouvrier, il reçut une certaine instruction et devint sous-lieutenant dans l'armée tzariste avant la Révolution. En 1917, il était secrétaire du groupe anarchiste de Goulaï-Polé. Plus tard il entra dans l'Armée insurrectionnelle et devint un de ses commandants les plus éminents. Il fut le principal organisateur du soulèvement des troupes rouges à Novy-Boug, en 1919, lorsque les régiments makhnovistes, momentanément incorporés dans l'armée bolcheviste, furent appelés à rejoindre l'Armée insurrectionnelle et entraînèrent avec eux plusieurs régiments rouges. Il amena toutes ces troupes dans la région insurgée. Il fut tué en 1920 dans un combat contre les rouges. Il laissa une veuve et un orphelin.

Mikhaleff-Pavlenko. - Fils de paysan de la Russie centrale. En 1917, membre d'un groupe anarchiste de Pétrograd. Il arriva à Goulaï-Polé au début de 1919. Possédant une bonne instruction professionnelle, il y organisa et commanda les troupes de génie et de sapeurs de l'Armée insurrectionnelle. Le 11 ou le 12 juin 1919, étant de service sur un train blindé, engagé dans la lutte contre les troupes de Dénikine, il tut traîtreusement saisi, avec son camarade Bourbyga, par ordre de Vorochiloff (qui commandait la XIVe armée bolcheviste) et exécuté le 17 juin, à Kharkov.

Makéeff. - Ouvrier d'Ivanovo-Voznessensk, près de Moscou. Membre du groupe anarchiste de cette ville. Fin avril 1919 il arriva à Goulaï-Polé avec 35 camarades. Il se consacra d'abord à la propagande. Par la suite, il entra dans l'Armée insurrectionnelle. Il fut élu membre de l'état-major. Il fut tué, en novembre 1919, dans un combat contre les dénikiniens.

Stchouss. - Paysan pauvre du village Bolchaïa-Mikhaïlovka il servit dans l'armée tzariste comme matelot. Au début de la Révolution, il devint des premiers et des plus actifs insurgés du sud de l'Ukraine. Avec un groupe de partisans il mena une lutte farouche contre les troupes austro-allemandes et contre celles de l'hetman. Plus tard, il se joignit à l'Armée insurrectionnelle. Il y occupa divers postes importants. Il fut blessé mortellement en juin 1921, au cours d'une bataille contre les troupes bolchevistes.

Isidore Luty. - Un des plus pauvres paysans de Goulaï-Polé. Peintre en bâtiment. Anarchiste et ami intime de Makhno, il prit part à l'insurrection dès ses débuts. II fut tué dans la bataille de Pérégonovka contre les troupes de Dénikine, en septembre 1919.

Thomas Kojine. - Paysan révolutionnaire. Commandant remarquable de la section des mitrailleurs à l'Armée insurrectionnelle, il joua un rôle de premier plan dans toutes les défaites infligées à Dénikine et à Wrangel. Il fut grièvement blessé lors d'un combat avec les rouges, en 1921. Son sort ultérieur nous est inconnu.

Les frères Lépetchenko, Jean et Alexandre. - Paysans de Goulaï-Polé. Anarchistes. Ils furent parmi les premiers insurgés contre l'hetman et participèrent activement à toutes les luttes de l'armée makhnoviste. Alexandre Lépetchenko fut saisi et fusillé par les bolcheviks à Goulaï-Polé, au printemps 1920 Le sort de son frère nous est inconnu.

Séréguine. - Paysan. Anarchiste depuis 1917. II prît part à l'insurrection dès le début et fut surtout chef du service de ravitaillement de l'armée makhnoviste. Nous ignorons ce qu'il est devenu.

Les frères de Nestor Makhno : Grégoire et Savva. Tous deux participèrent activement à l'insurrection. Grégoire fut tué lors des combats contre Dénikine, en septembre 1919. Savva, l'aîné de la famille, fut saisi par les bolcheviks à Goulaï-Polé - non pas au cours d'une bataille, mais dans sa maison - et fusillé.

Nommons encore sommairement : Boudanoff , ouvrier anarchiste (sort inconnu) ; Tchernoknijny, instituteur (sort inconnu) ; les frères Tchouvenko, ouvriers (sort inconnu) ; Daniloff, paysan (sort inconnu) ; Séréda, paysan (grièvement blessé dans un combat contre Wrangel et hospitalisé par les bolcheviks avant leur rupture avec Makhno, il fut fusillé par eux, dans des conditions particulièrement odieuses, après la rupture, en mars 1921) ; Garkoucha (tué en 1920) ; Koliada (sort inconnu) ; Klein (sort inconnu) ; Dermendji (sort inconnu) ; Pravda (sort inconnu) ; Bondaretz (tué en 1920) ; Brova (tué) ; Zaboudko (tué). Pétrenko (tué) ; Maslak (sort inconnu) ;

Troïane (tué) ; Golik (sort inconnu) ; Tchéredniakoff (fusillé) ; Dotzenko (sort inconnu) ; Koval (sort inconnu) ;

Parkhomenko (tué) ; Ivanuk (tué) ; Taranovsky (tué) ; Popoff (fusillé) ; Domachenko (sort inconnu) ; Tykhenko (sort inconnu) ;

Bouryma (sort inconnu) ; Tchoumak, Krat, Kogan et tant d'autres, dont les noms nous échappent.

Tous ces hommes, comme des milliers de combattants anonymes, sortirent des couches les plus profondes de la population laborieuse ; tous se révélèrent au moment de l'action révolutionnaire et servirent la vraie cause des travailleurs de toutes leurs forces et jusqu'à leur dernier souffle. En dehors de cette cause, ils n'avaient plus rien dans la vie. Leur existence personnelle, et presque toujours leurs familles et leurs maigres biens, furent détruits. Il faut avoir le toupet, l'insolence, l'infamie des bolcheviks - ces parvenus de la race ignoble des " hommes d'Etat " - pour qualifier ce sublime mouvement révolutionnaire populaire de " soulèvement de koulaks " et de " banditisme ".

Citons encore un cas personnel, odieux entre tous.

Bogouche, anarchiste russe, jadis émigré en Amérique, venait de retourner en Russie en 1921, expulsé des Etats-Unis avec d'autres émigrés

Au moment de l'accord conclu entre les makhnovistes et les bolcheviks, il se trouvait à Kharkov. Ayant beaucoup entendu parler du légendaire Goulaï-Polé, il voulut y aller étudier la Makhnovtchina sur place. Hélas ! il ne put voir Goulaï-Polé libre que pendant quelques jours. Aussitôt après la rupture, il retourna à Kharkov. Là il fut arrêté sur l'ordre de la Tchéka et fusillé, en mars 1921.

Cette exécution n'admet qu'une seule explication : les bolcheviks ne voulurent pas laisser en vie un homme ayant des relations à l'étranger, qui connaissait la vérité, sur l'agression contre les makhnovistes et pouvait la révéler hors de Russie.

Quant à Nestor Makhno lui-même, il arriva à l'étranger - en Roumanie d'abord - en août 1921. Interné dans ce pays avec ses camarades, il parvint à le quitter et passa en Pologne. Là, il fut arrêté, jugé pour de prétendus forfaits accomplis en Ukraine contre les intérêts de la Pologne et acquitté. Il vint à Dantzig et y fut de nouveau emprisonné. Ayant réussi à s'échapper, avec l'aide de ses camarades, il s'installa définitivement à Paris.

Très sérieusement malade, souffrant atrocement de ses nombreuses blessures, ne connaissant pas la langue du pays et s'adaptant difficilement à la nouvelle ambiance, tellement différente de celle qui fut la sienne, il mena à Paris une existence extrêmement pénible, aussi bien matériellement que moralement. Sa vie à l'étranger ne fut qu'une longue et lamentable agonie contre laquelle il fut impuissant à lutter. Ses amis l'aidèrent à supporter le poids de ces tristes années de déclin.

Par moments, il esquissa une certaine activité. Il employa surtout ses loisirs à écrire l'histoire de ses luttes et de la Révolution en Ukraine. Mais il ne put l'achever. Elle s'arrête à la fin de l'année 1918. Nous avons déjà dit qu'elle parut en trois volumes : le premier, en russe et en français, du vivant de l'auteur; le second et le troisième, en russe seulement, après sa mort.

Sa santé empirait rapidement. Admis à l'hôpital Tenon, il y mourut en juillet 1935.

Il fut incinéré au Crématoire du Père-Lachaise où l'on peut voir l'urne contenant ses cendres.

Il laissait une veuve et une fille.

Quelques notes et appréciations personnelles sur Makhno et sur le mouvement

Avant de clore ce dernier chapitre, j'ai un double devoir à accomplir : d'une part, réfuter définitivement les calomnies - bolchevistes ou autres - à l'aide desquelles on a toujours cherché et on cherche encore à défigurer le mouvement, à salir la réputation de l'Armée insurrectionnelle et celle de Makhno ; d'autre part, examiner de plus près les faiblesses et les débuts réels de la Makhnovtchina de ses animateurs et de son guide.

Nous avons parlé des efforts déployés par les bolcheviks pour représenter le mouvement makhnoviste comme une manifestation du banditisme et Makhno comme un bandit de grande envergure.

La documentation apportée permettra au lecteur - je l'espère - d'être lui-même juge de ces ignominies. Je n'insisterai plus sur ce point.

Cependant, il est indispensable de mettre en relief certains faits qui donnèrent à cette version un semblant de véracité, favorisant sa diffusion et son enracinement. Les bolcheviks surent très habilement mettre ces faits à profit.

Signalons, avant tout, qu'en dépit de sa vaste envergure, le mouvement makhnoviste resta - pour de nombreuses raisons - enfermé dans ses propres limites, comme dans un vase clos, isolé du reste du monde.

Etant un mouvement surgi des masses populaires elles-mêmes, il resta absolument étranger à toute manifestation de parade, d'éclat, de publicité, de " gloire ", etc. Il ne réalisa aucune action " politique ", ne fit surgir aucune " élite dirigeante ", ne fit miroiter aucune " vedette ".

En tant que véritable mouvement - concret, plein de vie et non de paperasserie ni d'exploits des " chefs géniaux " et des " surhommes " - il n'eut ni le temps, ni la possibilité, ni même le besoin d'amasser, de fixer " pour la postérité " ses idées, ses documents et ses actes. Il laissa peu de traces palpables. Ses titres réels ne furent gravés nulle part. Sa documentation ne fut ni conservée, ni répandue au loin.

Entouré de toutes parts d'ennemis implacables, combattu sans trêve et sans quartier par le parti au pouvoir, étouffé par le tapage étourdissant des " hommes d'Etat bolchevick " et de leur entourage, enfin ayant perdu au moins 90 % de ses meilleurs militants, ce mouvement était fatalement voué à rester dans l'ombre.

Il n'est pas facile de pénétrer sa profonde substance. De même que des milliers de héros modestes des époques révolutionnaires restent à jamais inconnus, il s'en fallut de peu que le mouvement makhnoviste ne restât, lui aussi, une épopée héroïque des travailleurs ukrainiens à peu près ignorée. Et, dans les conditions actuelles, je ne sais pas si cette étude, extrêmement réduite, sera suivie, un jour, d'un vaste ouvrage, digne du sujet.

Il va de soi que les bolcheviks utilisèrent admirablement toutes les circonstances particulières et cette ignorance pour raconter sur le mouvement ce qu'ils voulurent.

Voici un autre point important :

Au cours des luttes intestines en Ukraine - luttes confuses, chaotiques, et qui désorganisèrent complètement la vie du pays - des formations armées, composées d'éléments simplement déclassés et désœuvrés, guidées par des aventuriers, des pillards et des " bandits ", y pullulaient. Ces formations ne dédaignaient pas de recourir à une sorte de " camouflage " : leurs " partisans " se paraient souvent d'un ruban noir et se disaient volontiers " makhnovistes ", dans certaines circonstances. Naturellement, cela créait des confusions regrettables.

Il va de soi que ces formations n'avaient rien de commun avec le mouvement makhnoviste.

Il va de soi aussi que les makhnovistes eux-mêmes luttaient contre ces bandes et finirent par en venir à bout.

Il va de soi, enfin, que les bolcheviks connaissaient parfaitement la différence entre le mouvement insurrectionnel et les bandes armées sans foi ni morale. Mais cette confusion servait à merveille leurs desseins et, en " hommes d'Etat expérimentés ", ils l'exploitaient dans leur intérêt.

Ajoutons, à ce propos, que les makhnovistes tenaient beaucoup à la bonne renommée de leur armée. Ils surveillaient de près - et d'une façon tout à fait naturelle - la conduite de chaque combattant et, d'une façon générale, se comportaient correctement à l'égard de la population. Ils ne gardaient pas dans leurs rangs les éléments qui, tout en étant venus chez eux, n'arrivaient pas à s'élever à leur niveau mental et moral.

Nous en trouvons une preuve dans l'épisode qui eut lieu à l'Armée insurrectionnelle, après la défaite de l'aventurier Grigorieff (été 1919).

Cet ancien officier tzariste réussit à entraîner dans une assez vaste émeute contre les bolcheviks - émeute réactionnaire, pogromiste et mue, en partie, par un simple esprit de pillage - quelques milliers de jeunes paysans ukrainiens pour la plupart inconscients et trompés. Les masses laborieuses, rapidement fixées sur la véritable nature du mouvement, aidées par les bolcheviks véreux, les makhnovistes, eurent vite raison de l'aventure.

En juillet 1919, au village Sentovo, Makhno et ses amis démasquèrent Grigorieff devant une assemblée publique à laquelle ils l'invitèrent. Brutal, ignorant et nullement fixé sur la mentalité des makhnovistes, il parla le premier et y prononça un discours réactionnaire. Makhno lui répondit de belle façon qu'il se vit perdu et voulut faire usage de ses armes. Au cours d'une courte lutte, il fut abattu ainsi que ses gardes du corps.

Il fut décidé alors que les jeunes partisans de Grigorieff, dont l'écrasante majorité était, malgré tout, empreinte d'un esprit révolutionnaire abusé par leur chef, entreraient - s'ils le voulaient - dans l'Armée insurrectionnelle makhnoviste.

Or, plus tard, on fut obligé de laisser partir presque toutes ces recrues. Car, inconscients et ayant pris de mauvais penchants pendant leur séjour dans les formations de Grigorieff, ces soldats n'arrivaient pas à s'élever au niveau moral des combattants makhnovistes. Certes, ces derniers étaient d'avis qu'avec le temps on arriverait à les éduquer. Mais, dans les conditions de l'heure, on ne pouvait s'occuper d'eux. Et, pour ne pas porter préjudice à la bonne renommée de l'Armée insurrectionnelle, on les congédia.

Makhno et l'antisémitisme

Une diffamation particulièrement ignoble fut lancée, entre autres, contre le mouvement makhnoviste en général et contre Makhno personnellement. Elle est répétée par de nombreux auteurs de tous camps et par des bavards de tout acabit. Les uns la répandent intentionnellement. D'autres - la plupart - la répètent, sans avoir le scrupule de contrôler les " on-dit " et d'examiner les faits de plus près.

On prétend que les makhnovistes, et Makhno lui-même, étaient imprégnés d'esprit antisémite, qu'ils poursuivaient et massacraient les Juifs, qu'ils favorisaient et même organisaient des pogromes. Les plus prudents reprochent à Makhno d'avoir été un antisémite " caché ", d'avoir toléré, " fermé les yeux " sinon sympathisé avec les actes d'antisémitisme commis par " ses bandes ".

Nous pourrions couvrir des dizaines de pages en apportant des preuves massives, irréfutables, de la fausseté de ces assertions. Nous pourrions citer des articles et des proclamations de Makhno et du Conseil des insurgés révolutionnaires contre cette honte de l'humanité qu'est l'antisémitisme. Nous pourrions raconter quelques actes de répression spontanée exercée par Makhno lui-même ou par d'autres makhnovistes, contre la moindre manifestation d'un esprit antisémite (de la part de quelques malheureux isolés, égarés) dans l'armée et parmi la population. (Dans ces cas, Makhno n'hésitait pas à réagir sur-le-champ personnellement et violemment, comme le ferait n'importe quel citoyen devant une injustice, un crime ou une violence flagrante.)

L'une des raisons de l'exécution de Grigorieff par les makhnovistes fut son antisémitisme et l'immense pogrome antijuif qu'il avait organisé à Elisabethgrad et qui coûta la vie à près de 3.000 personnes.

L'une des raisons du renvoi des anciens partisans de Grigorieff, incorporés tout d'abord dans l'armée insurrectionnelle, fut l'esprit antisémite que leur ancien chef avait réussi à leur inculquer.

Nous pourrions citer tonte une série de faits analogues et donner des documents authentiques prouvant abondamment le contraire de ce qui est insinué par les calomniateurs et soutenu par des gens sans scrupule. Pierre Archinoff en cite un certain nombre. Nous ne croyons pas utile de les répéter ici ni de nous étendre trop sur ce sujet, ce qui nous demanderait beaucoup de place. Et, d'ailleurs tout ce que nous avons dit du mouvement insurrectionnel démontre assez l'absurdité de l'accusation.

Notons sommairement quelques vérités essentielles :

1° Un rôle assez important fut tenu dans l'armée makhnoviste par des révolutionnaires d'origine juive.

2° Quelques membres de la Commission d'éducation et de propagande furent des Juifs.

3° A part les nombreux combattants juifs dans les diverses unités de l'armée, il y avait une batterie servie uniquement par des artilleurs juifs et un détachement d'infanterie juif.

4° Les colonies juives d'Ukraine fournirent à l'armée makhnoviste de nombreux volontaires.

5° D'une façon générale, la population juive, très nombreuse en Ukraine, prenait une part active et fraternelle à toute l'activité du mouvement. Les colonies agricoles juives, disséminées dans les districts de Marioupol, de Berdiansk, d'Alexandrovsk, etc., participaient aux assemblées régionales des paysans, des ouvriers et des partisans ; ils envoyaient leurs délégués au Conseil Révolutionnaire Militaire régional.

6° Les Juifs riches et réactionnaires eurent certainement à souffrir de l'armée makhnoviste, non pas en tant que Juifs, mais uniquement en tant que contre-révolutionnaires, de même que les réactionnaires non Juifs.

Ce que je tiens à reproduire ici, c'est le témoignage autorisé de l'éminent écrivain et historien juif, M. Tchérikover, avec qui j'eus l'occasion de m'entretenir de toutes ces questions, il y a quelques années, à Paris.

M. Tchérikover n'est ni révolutionnaire ni anarchiste. Il est simplement un historien scrupuleux, méticuleux, objectif. Depuis des années, il s'était spécialisé dans les recherches sur les persécutions des Juifs, sur les pogromes en Russie. Il a publié sur ce sujet des oeuvres fondamentales extraordinairement documentées et précises. Il recevait des témoignages, des documents, des récits, des précisions, des photographies, etc., de tous les coins du monde. Il a entendu des centaines de dépositions, officielles et privées. Et il contrôlait rigoureusement tous les faits signalés, avant d'en faire usage.

Voilà ce qu'il répondit, textuellement, à ma question s'il savait quelque chose de précis sur l'attitude de l'armée makhnoviste et de Makhno lui-même, particulièrement à l'égard de la population juive :

- J'ai eu, en effet, me dit-il, à m'occuper de cette question à plusieurs reprises. Voilà ma conclusion, sous réserve des témoignages exacts qui pourront m'arriver dans l'avenir : une armée est toujours une armée, quelle qu'elle soit. Toute armée commet, fatalement, des actes blâmables et répréhensibles, car il est matériellement impossible de contrôler et de surveiller chaque individu composant ces masses d'hommes arrachés à la vie saine et normale, lancés dans une existence et placés dans une ambiance qui déchaîne les mauvais instincts, autorise l'emploi de la violence et, très souvent, permet l'impunité. Vous le savez certainement aussi bien que moi. L'armée makhnoviste ne fait pas exception à cette règle. Elle a commis, elle aussi, des actes répréhensibles par-ci par-là. Mais - c'est important pour vous, et j'ai le plaisir de pouvoir vous le dire en toute certitude - dans l'ensemble, l'attitude de l'armée de Makhno n'est pas à comparer avec celle des autres armées qui ont opéré en Russie pendant les événements de 1917-1921. Je puis vous certifier deux faits, d'une façon absolument formelle :

1° Il est incontestable quel parmi toutes ces armées, y compris l'Armée Rouge, c'est l'armée de Makhno qui s'est comportée le mieux à l'égard de la population civile en général et de la population juive en particulier. J'ai là-dessus de nombreux témoignages irréfutables. La proportion des plaintes justifiées contre l'armée makhnoviste, en comparaison avec d'autres, est de peu d'importance.

2° Ne parlons pas des pogromes soi-disant organisés ou favorisés par Makhno lui-même. C'est une calomnie ou une erreur. Rien de cela n'existe.

Quant à l'armée makhnoviste comme telle, j'ai eu des indications et des dénonciations précises à ce sujet. Mais, jusqu'à ce jour au moins, chaque fois que j'ai voulu contrôler les faits, j'ai été obligé de constater qu'à la date indiquée aucun détachement makhnoviste ne pouvait se trouver au lieu indiqué , toute l'armée se trouvant loin de là. Cherchant des précisions, j'établissais ce fait, chaque fois, avec une certitude absolue : au lieu et à la date du pogrome, aucun détachement makhnoviste n'opérait ni ne se trouvait dans les parages. Pas une fois je ne pus constater la présence d'une unité makhnoviste à l'endroit eu un pogrome juif eut lieu. Par conséquent le pogrome ne fut pas l'oeuvre des makhnovistes.

Ce témoignage, absolument impartial et précis, est d'une importance capitale.

Il confirme, entre autres, un fait que nous avons déjà signalé : la présence des bandes qui, commettant toutes sortes de méfaits et ne dédaignant pas les " profits " d'un pogrome juif, se couvraient du nom des " makhnovistes ". Seul un examen scrupuleux pouvait établir la confusion. Et il est hors de doute que, dans certains cas, la population elle-même était induite en erreur.

Et voici, avec son importance, un fait que le lecteur ne doit jamais perdre de vue.

Le mouvement " makhnoviste " fut loin d'être le seul mouvement révolutionnaire des masses en Ukraine. Ce ne fut que le mouvement le plus important, le plus conscient, le plus profondément populaire et révolutionnaire. D'autres mouvements du même type - moins vastes, moins nets, moins organisés - surgissaient constamment ça et là jusqu'au jour où le dernier cri libre fut étouffé par les bolcheviks : tel fut, par exemple, le mouvement dit " des verts ", dont la presse étrangère donna des échos et que l'on confond souvent avec le mouvement makhnoviste.

Moins conscients de leur véritable tâche que les insurgés de Goulaï-Polé, les combattants de ces diverses formations armées commettaient fréquemment des écarts et des excès regrettables. Et, très souvent, le mouvement makhnoviste (il avait " bon dos ") supportait les conséquences de cette inconduite.

Les bolcheviks reprochaient aux makhnovistes, entre autres, de ne pas avoir su réduire " ces diverses bandes chaotiques ", les englober dans un seul mouvement, les organiser, etc. Ce reproche fut un des exemples de l'hypocrisie bolcheviste. En réalité, ce qui inquiétait le plus le gouvernement soviétique, c'était, justement, l'éventualité d'un rassemblement de toutes les forces populaires révolutionnaires de l'Ukraine sous l'égide du mouvement makhnoviste. Aussi, les bolcheviks firent-ils leur possible pour l'empêcher. Après cela, reprocher aux makhnovistes de ne pas avoir su réaliser ce ralliement revient à reprocher à quelqu'un de ne pas pouvoir marcher après qu'on lui a lié les pieds.

Les makhnovistes auraient certainement fini par réunir sous leur étendard tous les mouvements populaires révolutionnaires du pays. C'était d'autant plus sûr que chacun de ces divers mouvements prêtait l'oreille à tout ce qui se passait dans le camp makhnoviste, considérant ce mouvement comme le plus important et puissant. Ce ne fut vraiment pas de leur faute si les makhnovistes ne purent remplir cette tâche dont la réalisation aurait pu changer la face des événements.

D'une façon générale, les insurgés makhnovistes - et aussi toute la population de la région insurgée et même au-delà - ne faisaient aucun cas de la nationalité des travailleurs.

Dès le début, le mouvement connu sous le nom de " Makhnovtchina " embrassa les masses pauvres, de toutes nationalités, habitant la région. La majeure partie consistait, naturellement, en paysans de nationalité ukrainienne. Six à huit pour cent étaient des travailleurs d'origine russe. Venaient ensuite les Grecs, les Juifs, etc.

" Paysans, ouvriers et partisans - lisons-nous dans une proclamation makhnoviste du mois de mai 1919 - vous savez que les travailleurs de toutes nationalités : Russes. Juifs, Polonais, Allemands, Arméniens, etc., croupissent tout pareillement dans l'abîme de la misère. Vous savez combien d'honnêtes et vaillants militants révolutionnaires juifs ont donné leur vie au cours de la lutte pour la Liberté. La Révolution et l'honneur des travailleurs nous obligent, tous, à crier aussi haut que nous le pouvons que nous faisons la guerre à un ennemi commun : au Capital et au principe de l'Autorité, qui oppriment également tous les travailleurs, qu'ils soient de nationalité russe, polonaise, juive ou autre. Nous devons proclamer partout que nos ennemis sont les exploiteurs et les oppresseurs de toutes nationalités : le fabricant russe, le maître de forges allemand, le banquier juif, le propriétaire foncier polonais... La bourgeoisie de tous les pays et de toutes les nationalités s'est unifiée pour une lutte acharnée contre la Révolution, contre les masses laborieuses de tout l'univers et de toutes les nationalités. "

Formé par les exploités et fondu en une seule force par l'union naturelle des travailleurs, le mouvement makhnoviste fut imprégné, dès ses débuts, d'un sentiment profond de fraternité de tous les peuples. Pas un instant il ne fit appel aux sentiments nationaux ou " patriotiques ". Toute la lutte des makhnovistes contre le bolchevisme fut menée uniquement au nom des droits et des intérêts du Travail. Les préjugés nationaux n'avaient aucune prise sur la Makhnovtchina. Jamais personne ne s'intéressa à la nationalité de tel ou tel combattant, ni ne s'en inquiéta.

D'ailleurs, la véritable Révolution change fondamentalement les individus et les masses. A condition que ce soient effectivement les masses elles-mêmes qui la réalisent, à condition que leur liberté de chercher et d'agir reste intacte, à condition qu'on ne réussisse pas à leur barrer la route, l'élan des masses en révolution est illimité. Et l'on voit alors avec quelle simplicité, avec quelle facilité cet élan naturel emporte tous les préjugés, toutes les notions artificielles, tous les fantômes, pourtant amoncelés depuis des millénaires : fantôme national, épouvantail religieux, chimère autoritaire.

Les faiblesses réelles de Makhno et du mouvement

Les bolcheviks portèrent enfin contre Makhno et contre le mouvement insurrectionnel une autre accusation : ils prétendirent que Makhno fut, sinon un " bandit ", du moins un aventurier du genre de Grigorieff, bien que plus intelligent, plus malin, plus " poli " que celui-ci. Ils affirmèrent que Makhno poursuivait, dans le mouvements des buts personnels, se couvrant de l'étiquette et de l'idéologie " anarchistes " ; qu'il faisait son " petit prince ", se moquant de tous les comités, commissions et conseils ; qu'il exerçait, en fait, une dictature personnelle implacable et que les militants d'idée qui participaient au mouvement se laissaient tromper, par naïveté ou à dessein ; qu'il réunit autour de lui toute une camarilla de " commandants " qui se permettaient, en cachette, des actes ignobles de violence, de débauche et de dépravation ; que Makhno couvrait ces actes et y participait à la barbe des " idéologues " qu'au fond il méprisait et dont il se moquait de même que de leurs idées, etc.

Nous touchons là un problème délicat. Car, là également, il y eut des faits qui donnèrent à ces accusations un semblant de véracité et dont les bolcheviks surent profiter admirablement.

En même temps nous touchons de près à certains défauts et faiblesses réels du mouvement et de son guide : défauts et faiblesses dont un examen plus approfondi est nécessaire dans l'intérêt même de la cause.

Nous avons énuméré plus haut, sommairement, les côtés faibles du mouvement. Nous avons fait allusion, également, à certaines défaillances personnelles de Makhno.

Pierre Archinoff, pour sa part, consacre au même sujet quelques lignes, çà et là.

Nous sommes d'avis que ces indications sommaires ne suffisent pas. Il est nécessaire d'insister sur certains points.

En examinant de près le mouvement makhnoviste, il faut y distinguer trois catégories de défauts :

En premier lieu viennent ceux d'ordre général. Ils ne dépendaient pas de la volonté des participants et n'étaient imputables à personne. Ce furent surtout : la nécessité quasi perpétuelle de se battre et de changer de région, sans pouvoir se fixer nulle part ni, par conséquent, se consacrer à un travail positif suivi ; l'existence nécessaire d'une armée qui, fatalement, devenait de plus en plus professionnelle et permanente ; le manque, au sein de l'insurrection, d'un mouvement ouvrier vigoureux et organisé qui l'eût appuyé ; l'insuffisance des forces intellectuelles au service du mouvement.

En second lieu viennent certains défauts d'ordre individuel, mais dont on ne peut faire grief à personne : le manque d'instruction, l'insuffisance de connaissances théoriques et historiques - donc, fatalement, de larges vus d'ensemble - chez les animateurs du mouvement. Ajoutons à cela l'attitude trop confiante des makhnovistes à l'égard de l'Etat communiste et de ses procédés.

En dernier lieu viennent les défaillances tout à fait personnelles de Makhno et ses amis immédiats. Celles-ci sont parfaitement reprochables. Elles pouvaient être évitées.

Quant aux deux premières catégories, il ne serait pas d'une grande utilité de nous étendre sur elles après tout ce qui a déjà été dit.

Il y existe, cependant, un point qui doit retenir l'attention : c'est la longue existence d'une armée.

Toute armée, qu'elle soit, est un mal. Même une armée libre et populaire, composée de volontaires et consacrée à la défense d'une noble tâche, est un danger. Devenue permanente, elle se détache fatalement du peuple et du travail ; elle perd le goût et l'habitude d'une vie saine et laborieuse ; petit à petit, imperceptiblement - et c'est d'autant plus dangereux - elle devient un ramassis de désœuvrés qui acquièrent des penchants antisociaux, autoritaires, " dictatoriaux " ; elle prend goût à employer la violence, à faire valoir la force brutale, et ce dans des cas où un recours à de tels moyens est contraire à la tâche même qu'elle se flatte de défendre.

Ces défauts se développent surtout chez les chefs. Mais la masse des combattants est de plus en plus disposée à les suivre, presque inconsciemment, même quand ils n'ont pas raison.

C'est ainsi que, en fin de compte, toute armée devenue permanente tend à devenir un instrument d'injustice et d'oppression. Elle finit par oublier son rôle primitif et par se considérer comme une " valeur en soi ".

Il faut vraiment que - même dans une ambiance exceptionnellement saine et favorable - les animateurs et les chefs militaires d'un mouvement possèdent des qualités individuelles - spirituelles et morales - extrêmement élevées, au-delà de toute épreuve, de toute tentation, pour qu'on réussisse à éviter ces maux, ces égarements, ces écueils, ces dangers.

Makhno et les autres animateurs et organisateurs du mouvement et de l'Armée insurrectionnelle possédaient-ils ces qualités ? Surent-ils s'élever au-dessus de tout relâchement, de toute déchéance ? Surent-ils épargner à l'armée et au mouvement le spectacle de la " faillite des chefs " ?

Nous regrettons de devoir constater que les qualités morales de Makhno lui-même et de beaucoup de ses amis et collaborateurs ne furent pas entièrement à la hauteur de la tâche.

Lors de mon séjour à l'armée, j'ai souvent entendu dire que certains commandants - on parlait surtout de Kourilenko - étaient moralement plus désignés que Makhno pour animer et guider le mouvement dans son ensemble. On y ajoutait parfois que, même quant aux qualités militaires, Kourilenko - par exemple - ne le cédait en rien à Makhno et le dépassait certainement par la largeur de ses vues. Quand je demandais pourquoi, dans ce cas, Makhno restait à sa place, on me répondait que, pour certains traits de son caractère, Makhno était plus aimé, plus estimé par la masse ; qu'on le connaissait mieux, qu'on s'était depuis longtemps familiarisé avec lui, qu'il jouissait d'une confiance absolue, ce qui était très important pour le mouvement ; qu'il était plus " simple ", plus " copain ", plus " paysan ", plus " audacieux ", etc. (Je n'ai pas connu Kourilenko et n'ai pu me faire aucune opinion personnelle sur lui.)

De toutes façons, Makhno et plusieurs de ses amis manquèrent à certains devoirs moraux qu'à leur poste ils auraient dû remplir sans la moindre défaillance.

C'est là que nous touchons aux faiblesses irréelles du mouvement et aux défauts personnels de ses animateurs, faiblesses et défauts dont les manifestations donnèrent aux assertions des bolcheviks un semblant de véracité ; faiblesses et défauts qui nuisirent beaucoup au mouvement lui-même et à sa renommée.

Il ne faut pas se créer des illusions. Il serait insensé de se représenter un mouvement makhnoviste exempt de tout péché, s'épanouissant uniquement dans la lumière et l'héroïsme et ses animateurs planant au-dessus de toute défaillance, de tout reproche.

La " Makhnovtchina " fut réalisée et menée par des hommes. Comme toute oeuvre humaine, elle eut non seulement ses lumières, mais aussi ses ombres. Il est indispensable de nous pencher sur celles-ci, aussi bien pour satisfaire notre souci d'impartialité et de vérité que, surtout, pour tâcher de mieux comprendre l'ensemble et d'en tirer des avertissements et des déductions utiles.

Citons d'abord, Pierre Archinoff :

" La personnalité de Makhno dit-il comporte beaucoup de traits d'un homme supérieur : esprit, volonté, hardiesse, énergie, activité. Ces traits réunis lui donnent un aspect imposant et le rendent remarquable, même parmi les révolutionnaires.

Cependant, Makhno manquait de connaissances théoriques, de savoir politique et historique. C'est pourquoi il lui arrivait souvent de ne pouvoir faire les généralisations et les déductions révolutionnaires qui s'imposaient, ou simplement de ne pas s'apercevoir de leur nécessité.

Le vaste mouvement de l'insurrection révolutionnaire exigeait impérieusement que de nouvelles formules sociales et révolutionnaires, adéquates à son essence, fussent trouvées. Par suite de son manque d'instruction théorique, Makhno ne suffisait pas toujours à cette tâche. Etant donnée la position qu'il occupait au centre de l'insurrection révolutionnaire, ce défaut se répercutait sur le mouvement.

Nous sommes d'avis que si Makhno avait possédé des connaissances plus étendues dans le domaine de l'histoire et des sciences politiques et sociales, l'insurrection révolutionnaire aurait eu à enregistrer, au lieu de certaines défaites, une série de victoires qui auraient joué un rôle énorme - peut-être même décisif - dans le développement de la Révolution russe. "

C'est très juste. Mais ce n'est pas tout.

" En outre - continue Pierre Archinoff - Makhno possédait un trait de caractère qui diminuait, parfois, ses qualités dominantes : de temps à autre, une certaine insouciance s'emparait de lui. Cet homme, plein d'énergie et de volonté, faisait parfois preuve, aux moments d'une gravité exceptionnelle et en face de nécessitées tout aussi exceptionnelles, d'une légèreté déplacée et ne témoignait pas de la perspicacité profonde exigée par le sérieux de la situation.

Ainsi, par exemple, les résultats de la victoire remportée en automne 1919 par les makhnovistes sur la contre-révolution de Dénikine ne furent ni mis suffisamment à profit, ni développés jusqu'aux proportions d'une insurrection panukrainienne, bien que le moment fût particulièrement favorable à cette tâche. La raison en fut, entre autres, un certain enivrement de la victoire ainsi qu'une forte dose d'un sentiment de sécurité - erroné - et d'insouciance : les guides de l'insurrection, Makhno en tête, s'installèrent dans la région libérée sans prendre suffisamment garde au danger blanc, qui persistait, ni au bolchevisme qui venait du Nord. "

C'est tout à fait exact. Mais ce n'est pas encore tout.

Nous avons le devoir de compléter Archinoff quant à cette " insouciance " à laquelle il fait à peine allusion. Car, d'une part, cette insouciance était, très souvent, la conséquence d'une autre faiblesse et, d'autre part, ces faillites morales acculaient Makhno, fréquemment, à une véritable déchéance dont le mouvement se ressentait incontestablement.

Le paradoxal du caractère de Makhno fut qu'à côté d'une force de volonté et de caractère supérieure, cet homme ne savait point résister à certaines faiblesses et tentations qui l'entraînaient et où il entraînait derrière lui plusieurs amis et collaborateurs. (Parfois, c'étaient ces derniers qui l'en traînaient et alors il ne savait pas s'y opposer résolument.)

Son plus grand défaut fut certainement l'abus de l'alcool. Il s'y habitua peu à peu. A certaines périodes, c'était lamentable.

L'état d'ébriété se manifestait chez lui surtout dans le domaine moral. Physiquement, il ne chancelait pas. Mais, sous l'influence de l'alcool, il devenait méchant, surexcité, injuste, intraitable, violent. Combien de fois - lors de mon séjour à l'armée - je le quittai désespéré, n'ayant pu rien tirer de raisonnable de cet homme à cause de son état anormal, et cela dans des affaires d'une certaine gravité ! Et, à certaines époques, cet état devenait presque... un état " normal " !...

Le second défaut de Makhno et de beaucoup de ses intimes - commandants et autres - fut leur attitude à l'égard des femmes. En état d'ébriété surtout, ces hommes se permettaient des actes inadmissibles - odieux serait souvent le vrai mot - allant jusqu'à des sortes d'orgies auxquelles certaines femmes étaient obligées de participer.

Inutile de dire que ces actes de débauche produisaient un effet démoralisant sur ceux qui en avaient connaissance. La bonne renommée du commandement en souffrait.

Cette inconduite morale entraînait fatalement d'autres excès et abus. Sous l'influence de l'alcool, Makhno devenait irresponsable de ses actes : il perdait le contrôle de lui-même. Alors, c'était le caprice personnel, souvent appuyé par la violence, qui, brusquement, remplaçait le devoir révolutionnaire c'étaient l'arbitraires les incartades absurdes, les coups de tête, les " singeries dictatoriales " d'un chef armé, qui se substituaient étrangement au calme, à la réflexion, à la clairvoyance, à la dignité personnelle, à la maîtrise de soi, au respect d'autrui et de la cause, qualités qui n'auraient jamais dû abandonner un homme comme Makhno.

Le résultat inévitable de ces égarements et aberrations fut un excès du " sentiment guerrier " qui aboutit à la formation d'une sorte de " clique militaire " - ou de " camarilla " - autour de Makhno. Cette clique se permettait parfois de prendre des décisions et de commettre des actes sans tenir compte de l'avis du Conseil ou d'autres institutions. Elle perdait la juste notion des choses. Elle manifestait du mépris vis-à-vis de tout ce qui se trouvait en dehors d'elle-même. Elle se détachait de plus en plus de la masse des combattants et de la population laborieuse.

Pour appuyer mes dires, je citerai un épisode parmi ceux dont je fus, plus d'une fois, témoin.

Un soir, le Conseil s'étant plaint de l'inconduite de certains commandants, Makhno vint en pleine séance. Il était en état d'ébriété, donc surexcité au paroxysme. Il sortit son revolver, le braqua sur l'assistance et, en l'agitant de droite à gauche et de gauche à droite devant les membres de l'assemblée, les injuria grossièrement. Après quoi il sortit, sans vouloir entendre aucune explication.

Même si la plainte s'était mal fondée, le moyen d'y répondre méritait lui-même plus qu'une plainte.

Je pourrais y ajouter d'autres épisodes du même genre.

Gardons-nous, cependant, d'exagérer les ombres, après avoir évité de porter trop haut les lumières.

D'abord, d'après Archinoff, " la personnalité de Makhno grandissait et se développait au fur et à mesure que croissait la Révolution. Chaque année il devenait plus profond et plus conscient de sa tâche. En 1921 il avait beaucoup gagné en profondeur, par comparaison aux années 1918-1919 ".

Ensuite, les actes d'inconduite de Makhno et de certains de ses amis étaient, tout de même, des actes isolés et sporadiques, plus ou moins compensés par tout un ensemble d'exploits hautement méritoires. Il ne faut pas y voir une " ligne de conduite " : ce ne furent que des écarts.

Ce qui importe, justement, c'est qu'il ne s'agissait pas là de l'attitude calculée, permanente, rigide - d'un gouvernement qui, s'appuyant régulièrement sur une force coercitive, s'imposerait à jamais et à toute la communauté. Dans l'ambiance générale de liberté et en raison de cette base - un vaste mouvement populaire conscient - le mal ne pouvait être qu'une plaie localisée dont la suppuration ne pouvant empoisonner l'organisme entier.

Et, en effet, une résistance sérieuse se fit rapidement jour contre les déviations de Makhno et de " la clique ", aussi bien au sein du groupe même des commandants que dans la masse des insurgés. A plusieurs reprises on tint tête à Makhno et on lui fit carrément sentir la gravité de son inconduite. Il faut dire à son honneur que, généralement, il en convenait et s'efforçait de se perfectionner.

" Il ne faut pas oublier - dit avec juste raison P. Archinoff - les conditions défavorables dans lesquelles il (Makhno) avait vécu dès son enfance, les défauts du milieu qui l'entourait dès ses premières années : un manque presque complet d'instruction parmi ceux qui l'environnaient et, ensuite, un manque complet d'aide éclairée et d'expérience dans sa lutte sociale et révolutionnaire.

Ce qui fut le point le plus important, c'est l'atmosphère générale du mouvement. En fin de compte, ce n'étaient ni Makhno ni les commandants qui comptaient : c'était la masse. Elle conservait toute son indépendance, toute sa liberté d'opinion et d'action. On peut être sûr que, dans cette ambiance générale d'un mouvement libre, l'activité de la masse eût fini par avoir raison des écarts des " chefs ".

Justement, pour que ce frein, cette résistance aux écarts des individus, cette " localisation " du mal soient toujours possibles, la liberté entière d'opinion et d'action des masses laborieuses doit être et rester la conquête la plus importante, la plus absolue et imprescriptible de la Révolution.

Combien de fois, lors de mon séjour en Ukraine, je pus observer face à l'attitude blâmable de certains " chefs ", la réaction simple et saine des masses, tant que celles-ci étaient libres ! Et combien de fois je repensai ceci : " ce n'est pas le " chef ", ce n'est pas le " commandant ", ce n'est pas le révolutionnaire professionnel, ce n'est pas " l'élite " qui comptent dans une véritable Révolution : c'est la masse révolutionnaire. C'est en elle que gît la Vérité... et le Salut. Le rôle de l'animateur, du vrai " chef ", du vrai révolutionnaire, de " l'élite ", est d'aider la masse et de rester à la hauteur de la tâche " ! "

Que les révolutionnaires y réfléchissent bien !

Il n'y a donc pas lieu de " gonfler " les faiblesses du mouvement makhnoviste jusqu'aux proportions qu'elles ont prises sous la plume des bolcheviks. Ceux-ci ont sciemment exagéré et défiguré les fautes de quelques-uns dans le but de discréditer le mouvement tout entier. Et, d'ailleurs, les chefs bolchevistes n'avaient qu'à se regarder eux-mêmes.

Mais, incontestablement, certaines de ces fautes et de ces insuffisances ont momentanément affaibli le mouvement.

Qui sait quelle eût été la tournure des événements - malgré tous les obstacles et les difficultés - si ce mouvement avait été guidé, dès le début, d'une façon plus clairvoyante, plus conséquente plus vaste, en peu de mots : plus digne de la tâche ?

" Les efforts fournis par les makhnovistes dans leur lutte contre Dénikine furent énormes.

L'héroïsme qu'ils y déployèrent durant les derniers mois fit l'admiration de tous. Sur toute l'imposante étendue des régions libérées ils furent les seuls à faire retentir les roulements du tonnerre révolutionnaire et à préparer une fosse à la contre-révolution dénikinienne. C'est ainsi que les masses du peuple entendirent les événements, tant dans les villes qu'à la campagne.

Mais cette circonstance même contribua à entretenir parmi beaucoup de makhnovistes la ferme certitude qu'ils étaient désormais garantis contre toute provocation de la part des bolcheviks ; que l'Armée Rouge qui - à ce moment-là - descendait du Nord, comprendrait combien les calomnies du parti communiste à l'égard des makhnovistes étaient peu fondées ; que cette armée ne prêterait plus l'oreille à une nouvelle supercherie, à une nouvelle provocation ; qu'elle ferait, au contraire, cause commune avec les makhnovistes dès qu'elle se trouverait face à face avec eux.

L'optimisme de certains makhnovistes allait jusqu'à croire invraisemblable que le parti communiste osât organiser un nouvel attentat contre le peuple libre, les tendances makhnovistes étant manifestement acquises par les vastes masses du pays.

L'activité militaire et révolutionnaire des makhnovistes allait de pair avec cet état d'esprit. Ils se bornèrent à occuper une partie de la région du Dniéper et du Donetz. Ils ne cherchèrent pas à avancer vers le Nord et à s'y consolider. Ils pensaient que lorsque la rencontre des deux armées serait un fait accompli, la tactique qu'il conviendrait d'adopter se préciserait d'elle-même.

Cet optimisme ne correspondait pas à la situation telle qu'elle se formait en Ukraine. Et c'est pourquoi les résultats obtenus ne furent pas ceux que les makhnovistes espéraient.

L'anéantissement de la contre-révolution de Dénikine constituait certes en automne 1919, l'une des tâches principales de la Makhnovtchina comme, d'ailleurs, de toute la Révolution russe. Cette tâche, les makhnovistes la remplirent jusqu'au bout. Mais elle ne constituait pas toute la mission échue, du fait de la Révolution, aux makhnovistes lors de cette période tragique. Le pays en révolution libéré des troupes de Dénikine, exigeait impérieusement une organisation de défense immédiate sur toute son étendue. Sans cette défense, le pays et toutes les possibilités révolutionnaires qui s'ouvraient devant lui après la liquidation de la Dénikintchina risquaient quotidiennement d'être écrasés par les armées étatistes des bolcheviks, qui s'étaient élancées en Ukraine à la poursuite des troupes de Dénikine battant en retraite.

Jamais, en aucun cas, le bolchevisme ne saurait admettre l'existence libre d'un mouvement populaire d'en bas, des masses elles-mêmes, tel que la Makhnovtchina. Quelle que fût l'opinion des masses ouvrières et paysannes, le bolchevisme ne se serait pas gêné, au premier contact avec le mouvement, non seulement pour passer outre, mais encore pour tout faire afin de le garrotter et l'anéantir. C'est pourquoi les makhnovistes, placés au coeur des événements et des mouvements populaires en Ukraine, auraient dû commencer par prendre d'avance toutes les mesures nécessaires pour être garantis contre une pareille éventualité.

Il est donc incontestable que l'une des tâches historiques, imposées en automne 1919 à la Makhnovtchina par les événements, fut la création d'une armée révolutionnaire d'une puissance suffisante pour permettre au peuple révolutionnaire de défendre sa liberté, non seulement dans une région isolée et limitée, mais sur tout le territoire de l'insurrection Ukrainienne.

Au moment de la lutte acharnée contre Dénikine, ce n'eût pas été, assurément tâche aisée ; mais elle était historiquement nécessaire et parfaitement réalisable, la majeure partie de l'Ukraine se trouvant en pleine insurrection et penchant vers la Makhnovtchina. Des détachements d'insurgés venaient se joindre aux makhnovistes, arrivant non seulement de la partie méridionale du pays, mais aussi du Nord (comme, par exemple, les troupes de Bibik, qui occupaient Poltava). Certains détachements de l'Armée Rouge arrivaient de la Russie centrale, avides de combattre pour la Révolution Sociale sous les drapeaux de la Makhnovtchina. (Entre autres, les troupes assez nombreuses commandées par Ogarkoff, venant du gouvernement d'Orel pour se joindre aux makhnovistes. Elles arrivèrent vers la fin d'octobre à Ekatérinoslaw après avoir eu en route force batailles contre les armées des bolcheviks aussi bien que contre celles de Dénikine.)

L'étendard de la Makhnovtchina se dressait spontanément et flottait sur l'Ukraine tout entière. Il n'y avait qu'à prendre les mesures nécessaires pour organiser le tout, pour fondre toutes les nombreuses formes armées - qui se remuaient sur toute l'étendue de l'Ukraine - en une seule et puissante armée populaire révolutionnaire qui aurait monté la garde autour du territoire de la Révolution.

Une telle force, défendant ce territoire en entier, et non pas seulement une région étroite et limitée, aurait servi d'argument le plus persuasif contre les bolcheviks, accoutumés à opérer et à compter avec la force.

Cependant, l'enivrement de la victoire remportée et une certaine dose d'insouciance empêchèrent les makhnovistes de créer en temps opportun une force de ce genre. C'est pourquoi, dès que l'armée bolcheviste fit son entrée en Ukraine, ils se virent dans l'obligation de se retrancher dans la région limitée de Goulaï-Polé. Ce fut une faute de guerre grave : faute dont les bolcheviks ne tardèrent pas à tirer profit et dont les suites retombèrent lourdement sur les makhnovistes et avec eux sur toute la Révolution en Ukraine. "

Sans être obligés de nous trouver d'accord avec l'auteur sur tous les points, nous devons convenir avec lui qu'en raison de certaines défaillances graves, des problèmes d'une importance capitale ne furent pas envisages et des tâches impérieuses ne furent pas remplies.

Prêt à clore ce dernier chapitre - que je considère comme le plus important et le plus suggestif - je veux adresser quelques paroles à ceux qui, par leurs dispositions, par leur situation ou pour d'autres raisons, envisagent dès à présent la tâche de concourir à l'organisation d'un mouvement populaire dans sa période initiale, de l'animer, de l'aider .

Qu'ils ne se bornent pas à une simple lecture de cette épopée des masses ukrainiennes ! Qu'ils réfléchissent longuement. Qu'ils réfléchissent surtout aux faiblesses et aux erreurs de cette Révolution populaire : ils ne manqueront pas d'y puiser des enseignements à retenir.

La tâche sera ardue. Parmi d'autres problèmes à résoudre dès à présent, parmi d'autres difficultés à surmonter et à éliminer autant que possible à l'avance, il leur faudra envisager - éventuellement - le moyen de réconcilier la nécessité de défendre la vraie Révolution à l'aide d'une force armée avec celle d'éviter les maux qu'une force armée engendre.

Oui, qu'ils y réfléchissent bien et qu'ils s'efforcent d'établir à cet effet, dès à présent, certains principes fondamentaux de leur future action !

Le temps presse. Leurs conclusions pourront leur être utiles plus vite qu'ils ne le pensent.

) Son camarade et ami, Dvigomiroff, rentré, lui aussi, de d'Amérique et ouvrant comme propagandiste parmi les paysans de la région de Tchernigov, fut saisi traîtreusement et fusillé vers la même époque.

Il arriva en Russie en même temps qu'Alexandra Berkman et Emma Goldman, deux vieux anarchistes fort connus, dont il a été question au chapitre de Cronstadt.

Commenter cet article