Impérialisme et réfugiés

Publié le par Bernard Gasnot

Alors que les réfugiés et parmi eux les combattants islamiques infiltres continuent d'inonder l'Europe, la couverture de l'évènement par les médias corporatistes occidentaux a été bien prévisible. Plutôt que de poser les questions qui s'imposent comme par exemple "pourquoi" tant de milliers de gens désespérés en provenance de Syrie, d'Irak, de Libye et d'Afghanistan laissent leur vie, leurs maisons, leurs possessions derrière eux pour s'embarquer dans un périlleux voyage vers le nord, la pressetituée occidentale se focalise sur la tragédie humanitaire et le traitement de ces réfugiés par les différentes nations européennes.

Cliniquement, ceci est un cas classique de dissociation et de déni de réalité. Ces conditions sont chroniques à l'occident, où, malgré la protestation occasionnelle, la machine de guerre impérialiste est en marche et continue son chemin.

Ce qui nous mène à la réponse encore plus douloureuse à cette question vitale du "pourquoi". Pour le dire simplement, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN, qui sont comme d'habitude au service entier des banksters de la City de Londres/Rothschild, ont soit bombardé, soit occupé, soit envahi ou attaqué ces pays en utilisant leurs unités terroristes musulmanes bidons d'Al Qaïda/EIIL/EI dans chacun de ces pays.

Il n'y aurait pas de crise de réfugiés en Europe si ces pays n'avaient pas été systématiquement et méthodiquement détruits ainsi que leurs infrastructures et leurs peuples qui, ce qui n'est pas coïncidentelle, ont une tendance à pencher "à gauche".

De manière plus importante encore, l'Irak possède la seconde réserve de pétrole au monde, l'Afghanistan est l'épicentre mondial de la culture et de la production du pavot, contrôlée par la Couronne (City de Londres) depuis bien longtemps, la Syrie possède des dépôts majeurs de gaz naturel et se tient sur la route de l'eau israélienne, alors que la Libye est la nation la plus riche d'Afrique et se tient bien stratégiquement sur la Mer Méditerranée.

La notion qu'une "élite" globaliste psychopathe pondrait un plan de dépopulation de cette zone entière de ses peuples bronzés en utilisant des escadrons bidons de l'EI/Mossad afin d'installer des marionnettes et commencer l'extraction des ressources, n'est certainement pas une exagération ni une vue de l'esprit. Et comme bonus, les banksters peuvent enflammer l'extrême droite européenne et lui faire mouiller le pantalon au sujet des vagues "d'immigrants illégaux". Le choc des cultures est le pain béni des oligarques. S'ils peuvent nous faire haïr quelques pauvres hères, ils pourront continuer à voler en dessous du radar et on ne s'occupera pas de leurs crimes...

Diviser pour mieux régner

Que ce grand vide perpétré au Levant et en Afrique du Nord soit partie intégrante d'un plan pour le "Grand Israël" ou l'expansion d'un "califat saoudien" (tous deux quoi qu'il en soit, des outils des Rothschild), une chose est certaine : cette vague de réfugiés n'est que la première.

Lors de voyages très récents au Guatemala et au Népal, pays que j'avais déjà visité il y a plusieurs années, j'ai été le témoin de la transformation de ces nations de pays du tiers monde en pays du quart monde. Des choses aussi basiques et fondamentales comme l'eau potable, n'existent plus dans ces pays. La dévastation environnementale y est extrême.

Les banksters ont utilisé leurs tentacules entrepreneurials pour voler quasiment toutes les ressources naturelles de bien des pays ces dernières décennies, laissant les peuples avec rien d'autre qu'une dette odieuse, un environnement délabré et une pauvreté extrême. L'impérialisme a fait son œuvre.

Ainsi, alors que maintenant l'économie mondiale se contracte irrémédiablement, attendez-vous à toujours plus de réfugiés. Lorsque vous en rencontrerez un, donnez-lui quelque chose à manger ou une couverture. C'est la moindre des choses que vous puissiez faire pour lui et les siens après toutes ces années d'essence, de café et de fringues pas chers, que votre gouvernement, que vous soyez d'accord ou pas, a pillé, volé en votre nom.

Nous sommes le peuple. Nous devons coopérer ensemble et devons lancer un assaut frontal sur ces va t'en guerre psychopathes et nous devons reconnaître, admettre, que cette crise des réfugiés a été causée par une politique étrangère impérialiste de l'occident qui doit être changée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article