Le terrorisme est-il la cause du déraillement du TGV au lendemain des attentats de Paris ?

Publié le par Bernard Gasnot

La publication de deux des ouvrages majeurs de la combattante de la Commune de Paris, militante républicaine, socialiste et anarchiste, est l’occasion d’une redécouverte de son œuvre à la fois littéraire et politique.

L’espérance révolutionnaire de Louise Michel fut celle d’un siècle. Née deux mois avant les journées de juillet 1830 qui virent se rallumer le brasier de la Révolution française, son existence s’acheva, à presque soixante-quinze ans, le 9 janvier 1905 à Marseille.

La publication, aux éditions La Découverte, du second tome de ses Mémoires , ainsi que la réédition de ses Souvenirs sur la Commune de Paris, sont l’occasion de redécouvrir ce personnage que Victor Hugo déclara « viro major », « plus grande qu’un homme », institutrice, militante inflexible et incorruptible, journaliste, écrivain et poète.

« La Mégère, la Pétroleuse, le Monstre à face humaine »

Au lendemain de la Semaine sanglante, elle fait partie des milliers de communards condamnés par les conseils de guerre à la déportation. Après avoir passé deux ans en prison, elle demeure sept années en Nouvelle-Calédonie. Sur la presqu’île Ducos tout d’abord, à Nouméa ensuite, sa peine commuée en « déportation simple ». En Nouvelle-Calédonie, elle se lie avec les habitants par l’intermédiaire de Daoumi, Kanak travaillant pour l’administration française. Elle recueille les légendes et chants kanaks et prend fait et cause, en 1878, pour le soulèvement des Mélanésiens contre la spoliation de leurs terres par les colonisateurs.

« La Mégère, la Pétroleuse, le Monstre à face humaine, tels sont les noms que plusieurs générations de bourgeois ont mis à côté de son nom », écrivit Henri Barbusse. Les premiers qui caricaturèrent ainsi la combattante du Comité de vigilance de Montmartre et l’animatrice du Club de la Révolution à l’église Saint-Bernard qui fut des ultimes combats de la Commune ne furent pas les derniers à se presser pour admirer les têtes coupées des chefs kanaks rebelles envoyés par le gouverneur Jean-Baptiste Olry pour la troisième Exposition universelle de Paris. Les 500 survivants du massacre colonial seront vendus comme esclaves à des négriers. Autre « bienfait » local de la colonisation, oubliée sans doute par ses « héritiers », leurs femmes et leurs enfants seront abandonnés comme butin aux troupes. « Eux aussi luttaient pour leur indépendance, pour leur vie, pour la liberté. Moi, je suis avec eux, comme j’étais avec le peuple de Paris, révolté, écrasé et vaincu », écrit Louise Michel. Elle reprend son métier d’institutrice à Nouméa peu de temps avant l’amnistie complète des communards obtenue en 1880. Elle avait refusé la sienne l’année précédente.

Fille illégitime de Clément Demahis et de Marie-Anne Michel, domestique au château de Vroncourt-la-Côte, dans la Haute-Marne, Louise Michel reçoit une éducation mêlant Lumières républicaines et Arts romantiques entourée de son « grand-père » Étienne-Charles Demahis et de sa « grand-mère » Louise-Charlotte. Elle évoque les années passées auprès d’eux dans le « nid » de son enfance aux quatre tours carrées, en ruine presque, au début du premier tome de ses Mémoires . Comme souvent, sinon toujours, sa prose est parsemée de poésies et de chansons. À vingt et un ans, elle devient institutrice et enseigne une année à l’école libre d’Audeloncourt avant de se rendre à Paris. « École libre, comme on disait », sinon, « il eût fallu prêter serment à l’Empire », écrit-elle. Elle ne le fit jamais. Le coup d’État du 2 décembre 1851 de Louis Napoléon Bonaparte avait mis la République sous le joug du plébiscite et exilé Victor Hugo avec lequel Louise Michel, jeune poète, avait engagé une correspondance. À Paris, elle enseigne rue du Château-d’Eau, puis à Montmartre. Elle suit des cours d’instruction populaire à la rue Hautefeuille. Républicaine « rouge », elle ravive la cause du féminisme, défend une pédagogie anti-autoritaire et laïque et adhère au socialisme. Elle rencontre Vallès, Varlin, Rigault, Ferré. Blanqui est enfermé. L’Empire s’épuise et s’enlise. Le drapeau noir et rouge flotte sur la marmite et quand, au lendemain de la défaite de Sedan, le Parti de l’ordre et la République « modérée » complotent pour vendre la France à l’Allemagne, les travailleurs allemands aux Junkers prussiens et saxons et ceux de France aux Maîtres des mines et des forges, elle est en première ligne pour défendre les hauteurs de Montmartre, le 18 mars 1871.

Une activité militante dans les rangs de l’anarchisme

Le second tome des Mémoires de Louise Michel, inédits depuis leur publication sous forme de feuilletons en 1890 dans le journal l’Égalité, reviennent sur son activité militante dans les rangs de l’anarchisme. Il montre aussi un auteur en prise avec les apories du pacte autobiographique. On lira avec intérêt la présentation des problématiques associées à cet ouvrage que donne Claude Rétat, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des rapports entre littérature et politique, dans le livre proposé par les éditions La Découverte.

À ce moment de son œuvre qu’elle voulait « à travers la mort », Louise Michel survivra quinze ans au cours desquels elle s’épuisera à force de conférences, de procès, d’actions d’éclat et de polémiques enflammées. Elle rencontre Lénine le 18 mars 1903 à Londres, à l’occasion d’un meeting consacré à la Commune. Zalman Wendroff évoque cette rencontre. « Plusieurs orateurs prennent la parole, chacun dans sa langue, écrit-il. Les discours sont ensuite traduits en russe. La parole est donnée à Louise Michel. En français, dans une langue littéraire, passionnée et mélodieuse, elle parle de la Commune et de la chute de la Commune. Quand elle termine, un silence poignant règne dans la salle. Très peu d’auditeurs comprennent le français, mais tous restent immobiles, comme ensorcelés par ses paroles. Lorsque le président annonce qu’un camarade va traduire le discours de Louise Michel en russe, des voix se font entendre de toutes parts : “Ce n’est pas la peine ! Ce n’est pas la peine, nous avons tout compris !”

L’émotion et la mémoire portée avec ardeur par Louise Michel pendant trente-cinq ans, son appel infatigable à la révolution à venir devaient céder la place à l’action.

Aux funérailles de Louise Michel, 120 000 personnes l’accompagneront, drapeaux noirs, drapeaux rouges piquant bonnets phrygiens, jusqu’au cimetière de Levallois-Perret. Le même jour, la répression sanglante d’une manifestation sur la place du palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg par l’armée du tsar Nicolas II marque le début de la première révolution soviétique. De la Liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix, à la Révolution russe de 1905 qu’immortalisa Sergueï Eisenstein dans le Cuirassé Potemkine, l’ardent appel aux floraisons de germinal de celle que Paul Verlaine appelait la Vierge rouge traverse le nôtre, selon les mots de Zola, « pour les récoltes du siècle futur ». C’était le 22 janvier 1905. Le 9 d’après le calendrier julien.

Commenter cet article