Merkel provoque une inondation d’émigrants puis construit des digues de toute urgence

Publié le par Bernard Gasnot

Merkel fait le jeu de l’extrème droite

La chancelière allemande Angela Merkel a essayé de se faire bien voir de ses amis néolibéraux, des grandes entreprises et des donateurs en ouvrant brusquement sa frontière aux "réfugiés" de toutes sortes, même à ceux qui viennent de pays sûrs. Ces migrants devaient contribuer à faire baisser les salaires allemands qui, après des années de croissance zéro, ont lentement commencé à augmenter à nouveau.

Mais, ni elle, ni ses alliés, n’avaient préparé l’opinion publique allemande à l’arrivée soudaine de plusieurs centaines de milliers d’étrangers. Les changements dans la politique de l’immigration ont été introduits en douce, sans aucun débat public. Soudain, 800.000 étrangers sont attendus cette année et beaucoup plus encore dans les prochaines années. Des gens qui ne parlent pas allemand et qui ne sont pas faciles à intégrer dans l’environnement culturel et socio-économique national. La plupart d’entre eux ne fuient pas des dangers réels, mais viennent de pays sûrs.

Mme Merkel a été félicitée par toutes sortes de médias néolibéraux anglo-américains, de l’Economist jusqu’à au Washington Post en passant par le Financial Times et Newsweek, mais le retour de bâton ne s’est pas fait attendre en Allemagne. Dans l’article : “ Qui mène la campagne médiatique en faveur de l’accueil des migrants et pourquoi ? ”, je l’avais prédit :

Avec le temps Il y aura un formidable retour de bâton contre les politiciens européens qui, comme Mme Merkel, encouragent les migrants à venir dans leur pays. Les salaires stagnent ou baissent en Europe et le chômage est encore beaucoup trop élevé. La dernière chose que les gens veulent en Europe, en ce moment, c’est de se retrouver avec encore plus de concurrence sur le marché du travail. Les parties d’extrême droite vont profiter de tout cela tandis que le centre-droit va perdre le soutien qu’il a.

Malgré une énorme campagne de propagande pro-migrants dans les médias qui soutiennent Merkel, la population allemande lui en veut beaucoup de son coup de pub. Le retour de bâton vient de tous les côtés, mais surtout de son propre parti conservateur. En outre, de nombreux dirigeants européens soulignent que Merkel, qui a insisté pour que les règles européennes soient respectées à la lettre dans le cas de la Grèce, enfreint maintenant ouvertement les lois et les accords européens.

Le flot de migrants que Merkel a provoqué avec sa politique d’ouverture des frontières, met gravement en péril sa position dans les prochaines élections. L’inondation doit maintenant être stoppée. De toute urgence. Merkel se jette sur le frein de secours :

L’Allemagne se prépare à réintroduire une certaine forme de contrôle le long de sa frontière avec l’Autriche, selon les médias locaux.

Le journal allemand Bild a dit que les fonctionnaires bavarois allaient "fermer" la frontière avec l’Autriche, dans ce qu’il décrit comme un "changement radical de la politique des réfugiés".
...
Le ministre de l’Intérieur de l’Allemagne, Thomas de Maizière, a prévu une conférence de presse pour 18 heures, heure locale (17:00 BST), au cours de laquelle il devrait donner plus de détails sur ce qui est pr
évu.

Je prédis que, dans une semaine ou deux, les frontières allemandes seront étroitement contrôlées et les nouveaux migrants auront du mal à entrer. Beaucoup d’entre eux, sinon la plupart, seront renvoyés soit dans leur pays d’origine, soit dans le pays d’où ils viennent.

Sur cette question, Mme Merkel avait perdu le sens des réalités politiques allemandes. Cela pourrait bien lui coûter sa réélection. Ce serait alors le seul effet positif de cette affaire.

Qui dirige la campagne médiatique migrante et quel est son but?

La morale se tordre les mains actuelle campagne médiatique autour de migrants en provenance de Syrie a quelques similitudes avec la campagne de propagande qui a accompagné le putsch en Ukraine et l'attaque sur la Libye. Il comprend de fausses informations, des photos de provenance inconnue, des histoires personnelles "déchirantes" boiteux et aucune mention ou la question posée à tous les véritables raisons pour lesquelles les gens se déplacent.

Que les USA, la Turquie et les pays du CCG menons activement la guerre contre la Syrie et de provoquer le sort n'a pas discuté du tout. Que ces «réfugiés» sont maintenant la plupart des migrants en provenance de lieux plutôt sûrs en Turquie en est exclu. Au lieu de cela nous obtenons, au moins en Europe, un barrage soudain du-ciel est en chute couverture dans tous les médias tout le temps.

Il y aura au fil du temps une énorme réaction contre les hommes politiques européens qui, comme Mme Merkel, pratiquement inviter plus de migrants. Les salaires sont stagnants ou en baisse en Europe et le chômage est encore beaucoup trop élevé. La dernière chose que les gens veulent en Europe en ce moment est plus de concurrence dans le marché du travail. Parties sur l'extrême droite vont profiter de cette tandis que le centre-droit va perdre le soutien. Pourquoi est-Merkel prêts à payer ce prix?

Erdogan est pousse réfugiés hors de la Turquie vers l'Europe en raison de critiques contre ses politiques?

Est la campagne destinée à gagner le soutien du public en Europe pour une grande intensification de la guerre sur la Syrie?

La campagne médiatique migrante ne se sent pas comme une ruée de titre normal, mais comme une opération d'information prévue. Qui est derrière cette campagne et ce qui est l'intention? Devinez ?

Il faut savoir que l’Allemagne fait face à un véritable raz-de-marée humain, que ces réfugiés sont répartis selon une clé bien précise et que les maires n’ont aucun moyen de s’y opposer mais doivent conjuguer le verbe “demerdieren”. Schwerte avec 60 millions d’Euros de dette pour 45.000 habitants est pratiquement en faillite (comme la plupart des villes allemandes, mais chut on ne le dit pas en France) et a vu le nombre de “ses” réfugiés tripler depuis 2011 (chiffres de janvier 2015, à ce jour c’est bien davantage), alors on se démerde.

Commenter cet article