De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.

Publié le par Bernard Gasnot

De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.
De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.
De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.
De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.
De I G FARBEN (SOCIETE NAZI) au CODEX ALIMENTARIUS.

Apres la guerre 40/45 la société IG Farben est démantelée en plusieurs entités dont :

AGFA, BASF, BAYER, HOECHST SANOFI etc.

Ces entreprises ont encore beaucoup d’explosifs mais la guerre est finie alors elles décident ;

De vendre la marchandise sous forme de pesticides.

En accord avec OMS, la FAO (organisations des Nations Unies) elles créent le Codex Alimentarius

Pour écouler légalement ces pesticides et autoriser les résidus dans les aliments.

Ensuite la population développe des cancers et Bayer crée les médicaments pour la soigner.

De cette façon par la sécurité sociale l’argent de l’état va vers le privé (Bayer).

Pendant la guerre Bayer a fait des tests monstrueux sur des personnes dans les camps de concentration.

Exemple :

Quand la firme Bayer achetait "des lots de femmes " à Auschwitz

Au début du mois août, le groupe pharmaceutique et chimique allemand Bayer a retiré de la vente un de ses médicaments contre le cholestérol. Associé à un autre remède, il aurait provoqué la mort de plus de 50 personnes dans le monde. La présence du nom de cette firme à la une de l’actualité éveille de pénibles souvenirs.

Sous le régime nazi, Bayer, filiale du consortium chimique IG Farben, procéda en effet à des expériences médicales sur des déportés, qu’elle se procurait dans les camps de concentration en particulier. Nous avons retrouvé dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant les extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz. Elles étaient publiées dans un article traitant de quelques-uns des méfaits des industriels allemands sous le nazisme - alors que leur procès était instruit par le tribunal de Nuremberg.

Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943. Elles se passent de tout commentaire.

Première lettre : " En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous."

Deuxième lettre : " Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. "

Troisième lettre : " D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. "

Quatrième lettre : " Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. "

Cinquième lettre : " Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. "

IG Farben fournit aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz et utilisa massivement la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines. Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

IG Farben à été financé par: la Reserve Federal des USA, Les Rockefellers par la Standard Oïl,

Henry Ford par la Ford Motor Company, Paul Warburg par la Bank of Manhattan Etc...

Tout ça pour financer Hitler discrètement.

Aux sources du Codex Alimentarius, l’histoire inconnue de la naissance du Trust Mondial de la Pharmaco-chimie…

Qui a pris la peine de s’informer sur le Codex Alimentarius? Ca répond à pas mal de questions sur cette infâme bouffe, toujours plus chimique et trafiquée, pour faciliter la vie des moutons travailleurs, aveugles et muets……Avec les plans d’appauvrissement des populations, qui n’auront plus bientôt d’autres choix, que de se nourrir de mixtures, qui n’ont d’aliments que le nom….ça ne va pas s’arranger……sauf pour les finances de la pharmaco-agro-chimie.

Aux environs de 1860 «Old Bill» Rockefeller, marchand forain de spécialité pharmaceutique, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur faisant croire que c’était un traitement contre le cancer. Il appelait son pétrole brut en flacon Nujol (New Oil, nouvelle huile). L’affaire était prospère, il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil pour 21 cents et la revendait 2,00 dollars. Très peu cultivé, peu scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale, avec quelques notions de comptabilité et une avidité féroce, il sut s’imposer. Le Nujol fut baptisé «cure contre la constipation» et fut largement commercialisé.

Cependant des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps. La Standard Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut pour parer à toute carence. Le Sénateur Royal S. Coperland de New York était payé 75 000 dollars par an pour promouvoir le Nujol.

L’Empire Rockefeller s’est construit grâce à cette formidable supercherie qui consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut enrichi en carotène, aux populations. C’est ainsi que les fondations de l’industrie pharmaco-chimique furent posées. Nous sommes bien loin des fondements des médecines chinoise, tibétaine, védique ou perse.

Le succès commercial du Nujol permit de diversifier la production pharmaco-chimique et d’atteindre des sommets en terme de bénéfices. En 1948, le chiffre d’affaire annuel de la Rockefeller s’élevait à 10 milliards de dollars. Le médicament Nujol existe toujours sous forme d’huile de paraffine pure, classé comme laxatif doux, il est recommandé pour la constipation chronique rebelle aux thérapeutiques hygiéno-diététiques habituelles. Il est fabriqué par le laboratoire Fumouze.

Rockefeller et IG Farben

Le Trust de la pharmaco-chimie tel que nous le connaissons fut conçu par une association de la Rockefeller avec l’IG Farben de l’Allemagne nazie. La Standard Oil détenue alors par John D. Rockefeller prit une participation de 15% dans ce nouveau trust germano-américain en 1939. L’industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée pour préserver les intérêts de la Rockefeller. Dès 1932, l’industrie pharmaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler, à hauteur de 400 000 Deutsch Mark, sans ce soutien selon le tribunal de Nuremberg «la deuxième guerre mondiale n’aurait pas pu avoir lieu…»

En 1941, IG Farben établît la plus grande industrie chimique du monde à Auschwitz, tirant profit de la main d’oeuvre du camp de concentration fabricant le gaz ZyklonB. Au procès de Nuremberg, 24 responsables de l’IG Farben ont été déclarés coupables de génocide, d’esclavage, de pillages et d’autres crimes. Le Tribunal de Nuremberg avait alors scindé l’IG Farben en BASF, BAYÉ et HOECHST. Tous ces anciens responsables furent cependant libérés après leur condamnation en 1952 avec l’aide de Nelson Rockefeller leur ancien partenaire commercial. Il était alors Ministre des Affaires Etrangères des USA. Une fois libérés, les dirigeants d’IG Farben infiltrèrent les plus hautes fonctions de l’économie allemande. Jusque dans les années 70 les PDG des sociétés BASF, BAYER, et HOECHST étaient des anciens membres du parti nazi. Ils financèrent à partir de 1959 le jeune Helmut Kohl (System Octogon). Avec le support politique de ce dernier les trois filiales issues de l’IG Farben sont actuellement 20 fois plus grande que la maison mère initiale de 1941. L’organisation nazie de mondialisation associée à Rockefeller est une réussite totale, depuis longtemps la planète fut quadrillée, organisée et gérée pour assurer une expansion industrielle mondiale de la pharmaco-chimie.

IG Farben et le Codex

La «tradition» du cartel d’IG Farben s’est poursuivie sous un nouveau nom : Association de l’Industrie Chimique. En 1955, l’industrie chimique pharmaceutique mondiale s’est regroupée sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de code CODEX ALIMENTARIUS. Un grand nombre de partis politiques européens dits de droite et de gauche furent financés par cette industrie pour assurer des législations favorables à l’industrie pharmaceutique

Objectifs du Codex…

Deux idéologies opposées

Nous assistons à un bras de fer entre deux conceptions du monde. D’une part l’idéologie Rockefeller dont l’unique objectif est de vendre sans scrupule, d’asseoir une hégémonie et un pouvoir mondial. Breveter le vivant, tout refaire en molécules synthétiques, nier toute médecine autre que la pharmaco-chimie, c’est l’idée de progrès affiché par tous les Trusts.

Peu de gens connaissent le Codex Alimentarius, et pourtant, cette institution mondiale est l’un des piliers fondamentaux dans l’avènement planifié du Nouvel Ordre Mondial.

Touchant un besoin vital et quotidien de la population terrienne, le Codex Alimentarius a pour objectif officiel de règlementer les échanges et de définir les normes alimentaires au niveau international.

En réalité, son rôle principal secret est d’organiser la filière alimentaire de manière pyramidale, afin qu’à terme toute substance comestible soit systématiquement approuvée par le Lobby mondial de l’alimentaire, en cours de constitution à coup de regroupements et de rachats de multinationales.

Dès lors, il deviendra rapidement impossible de trouver des produits non marqués et non approuvés par le Lobby, qui bien entendu contrôle le marché et récolte des royalties lui permettant de maintenir et renforcer son pouvoir.

Il est illusoire de comprendre les enjeux actuels des OGM sans intégrer le Codex Alimentaire, et notamment son but occulte…

De même, ma médecine naturelle est menacée par le Codex Alimentarius :

Selon John Hammell, un avocat fondateur de l’IAHF (International Advocates for Health Freedom), voici ce qui se prépare :

« Si le Codex Alimentarius est généralisé, alors les plantes, les vitamines, les minéraux, les remèdes homéopathiques, les acides aminés et d’autres médicaments naturels que vous avez utilisés une bonne partie de votre vie disparaitront. Le but du jeu pour le Codex est de rapporter tout remède à une prescription afin de les mettre sous le contrôle exclusif du lobby médical international et ses dirigeants, les grandes multinationales pharmaceutiques.”

Cela étant, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg ; derrière la Commission du Codex Alimentarius il y a les Nations Unies et l’Organisation Mondiale de la Santé, qui travaillent en conjonction avec le cartel pharmaceutique mondial et les banques internationales. C’est ainsi que désormais en Europe, c’est un crime de vendre des herbes comme nourriture : Un accord appelé EEC6565, en vigueur dans certains pays d’Europe, compare la vente de plantes en tant qu’aliments à la vente de drogues illégales. Tout est fait pour accélérer l’harmonisation de cet accord partout en Europe…

Il ne faut pas oublier non plus qu’historiquement le lobby de l’agro-pharmaco-chimie (IG Farben) a joué un rôle important dans la mise en place et le financement du nazisme dans les années 30 et 40

Commenter cet article